Flash Analyse : action, Legrand est fort !

La Bourse de Paris évoluait en quasi équilibre mercredi matin, au lendemain d’une séance qui a vu le CAC atteindre un nouveau sommet depuis septembre 2008 et avant un indicateur important outre-Atlantique.

A mi-séance, l'indice CAC 40 grappillait 0,07 % à 4 429,76 points. Le DAX prenait 0,30 % à 9 632,77 points et le Footsie, 0,26 % à 6 670, 09 points.

Le marché parisien reprenait son souffle ce matin et évoluait en dents de scie autour de son cours de clôture de la veille. L’indice phare de la bourse de Paris a atteint hier un nouveau plus haut depuis début septembre 2008, tant en clôture qu'en séance, en grimpant jusqu'à 4 440,04 points.

Les investisseurs profitent de vents favorables depuis plusieurs jours avant un premier rendez-vous cette après-midi aux Etats-Unis avec la situation du marché de l’emploi avec la publication du taux des emplois non agricoles ADP.

A l’initiative de Vladimir Poutine, la situation en Ukraine s’est apaisée. Les banques centrales américaine et européenne ont assuré les investisseurs de leur soutien pour quelques temps encore et les divers indicateurs macroéconomiques publiés depuis quelques jours montrent que la croissance repart aussi bien aux Etats-Unis que sur le vieux continent. Seul point noir, l’activité en Chine qui subit quelques ratés malgré la très légère amélioration de l’activité manufacturière au mois de mars.

Parmi les indicateurs du jours, les prix à la production industrielle se sont repliés de 0,2% en février dans la zone euro après un recul de 0,3% en janvier, selon Eurostat et, le nombre de demandeurs d'emploi recensés en Espagne a diminué de 0,35% en mars par rapport au mois de février, a annoncé mercredi le ministère du Travail.

Enfin, en France, après n’avoir pas réagi à la nomination de Manuel Valls à Matignon hier, les marchés ont pris acte ce matin sans plus de réactions de la nomination d’Arnaud Montebourg au poste de ministre de l’économie. Pourtant, cette nomination pourrait très vite se montrer problématique en ce qui concerne les relations de la France avec Bruxelles. Alors que les déficits de l’hexagone sont déjà placés sous observation par les responsables de la commission de Bruxelles, ces derniers avaient été durant l'été 2013 traités de «connards» par le tout nouveau ministre de l’économie et chantre de la « démondialisation ».

Outre-Atlantique, avec les chiffres de l’emploi ADP, les investisseurs seront aussi attentifs aux commandes industrielles pour le mois de février ainsi qu’aux propos de James Bullard, membre du FOMC de la FED.

Parmi les valeurs françaises, le feuilleton des télécoms se poursuivait. Bouygues qui a annoncé qu’il laissait le choix à Vivendi entre recevoir plus de cash ou plus d’actions pour le rachat de SFR, prenait 0,46 % à 30,59 euros. Vivendi perdait 0,35 % à 20,09 euros, Numéricable 0,49 % à 28,70 euros et Iliad (FREE), 0,61 % à 204,35 euros.

Vinci reculait de 1,17 % à 53,88 euros malgré l’annonce d’un contrat d'un montant de 850 millions d'euros pour la conception et la construction d'un segment autoroutier au Qatar.

ArcelorMittal se repliait de 1,53 % à 11,575 euros après un abaissement de recommandation de Crédit Suisse de « surperformance »' à « neutre » avec un objectif de cours ramené de 15,7 à 13 euros.

Derichebourg bondissait de 9,03 % à 2,79 euros suite à l’obtention d’un contrat de 110 millions d'euros sur cinq ans pour assurer la collecte des déchets ménagers dans quatre arrondissements de Paris.

Groupe Crit s’envolait de 8,60% à 48,87 euros après l’annonce du quadruplement de sa rentabilité en 2013.

Inside Secure  engrangeait 11,40 % à 3,81 euros. La société a obtenu un accord de 19,2 millions de dollars avec le géant américain Intel portant sur la technologie et la propriété intellectuelle du NFC (paiement sans contact).

Enfin, Nicox perdait 3,07 % à 2,491 euros. La société a vu ses résultats baisser fortement au cours de son exercice 2013 avec une perte nette en hausse de plus de 77% à 18,145 millions d'euros. Le chiffre d'affaires de Nicox s’est aussi nettement replié à 747 000 euros contre 7,614 millions d'euros en 2012.

L’Euro restait quasi stable à1,3793 dollar. L’or rebondissait légèrement à 1 283,66 dollars l’once et le Brent, échéance mai 2014, reculait nettement à 104,76 dollars le baril.

Apprenez-en davantage sur le marché des CFD avec IG.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.