Repli en Europe et stabilisation aux Etats-Unis

L’indice phare de la Bourse de Paris a terminé en repli lundi (-0,56% à 4 392,33 points), dans un volume d'échanges modéré de 3,3 milliards d'euros.

Repli en Europe et stabilisation aux Etats-Unis

Ailleurs en Europe, le Footsie londonien perd 0,44%, le Dax de la Bourse de Francfort 0,52% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro 0,89%.

Nouvelle séance en territoire négatif pour les indices actions européens qui subissent de plein fouet le regain d'inquiétude sur le rythme de croissance en Chine, le nouveau repli des cours du pétrole et une série de statistiques mitigées aux Etats-Unis.

L'amélioration graduelle de l’économie en Europe, et tout particulièrement en Espagne n'a pas permis d'inverser la dynamique, qui se traduit par un retour des arbitrages en faveur des actifs sûrs.

En Europe, la meilleure performance a été enregistrée en Espagne au mois de janvier où le secteur manufacturier bénéficie d'une amélioration depuis 2014. L'indicateur PMI manufacturier surprend ainsi à la hausse et atteint un plus haut depuis 3 mois à 55,4 (contre consensus : 52,3 ; précédent : 53,0).

La publication finale des indices en zone euro et en Allemagne confirme la stabilité de la croissance du secteur.

En revanche, l'activité manufacturière reste morose en France où l'indice final reste inchangé à 50,0 en janvier, et ce en dépit de la forte chute des cours du pétrole le mois dernier.

Également à l'agenda, une série d'indicateurs aux Etats-Unis où l'activité dans le secteur manufacturier s'est contractée en janvier pour le quatrième mois consécutif à 48,2 contre 48,6 précédemment.

Malgré cela, Wall Street a fini sans tendance : le Dow Jones a perdu 0,10% mais le Nasdaq a pris 0,14% et l'indice élargi S&P 500, jugé le plus représentatif par de nombreux investisseurs, a reculé de 0,04%, à 1 939,38 points.

Parmi les valeurs, Vallourec a terminé en nette hausse (+7,68% à 4,36 euros), après avoir annoncé une augmentation de capital d'un milliard d'euros, ainsi que la suppression de 1 000 emplois supplémentaires en Europe .

GTT s'est effondré (-23,56% à 26,35 euros) après avoir annoncé faire l'objet d'une enquête du gendarme sud-coréen de la concurrence, la KFTC, au sujet de ses relations avec les chantiers navals coréens.

Nokia a lourdement chuté (-11,29% à 5,86 euros) alors que, selon Aurel BGC, le groupe a pourtant indiqué bénéficier d'un arbitrage favorable dans le litige qui l'oppose à Samsung.
Sartorius Stedim Biotech a bondi (+10,32% à 371,00 euros). La société a prévu des "perspectives positives" en 2016 après une hausse d'activité et de rentabilité en 2015.

Enfin, Air France-KLM a fortement progressé (+3,22% à 7,63 euros). Selon La Tribune, la facture liée au carburant pourrait chuter de 2 milliards de dollars en 2016.

Analyse réalisée en collaboration avec Day by Day.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.