Les Bourses en proie aux doutes après la FED

L’indice phare de la Bourse de Paris (CAC 40) a fini en net repli vendredi (-2,56% à 4.535,85 points), dans un volume d'échanges exceptionnel de 9,4 milliards d'euros, les investisseurs se laissant gagner par l'incertitude au lendemain d'une réunion cruciale de la FED qui a finalement opté pour le statu quo.

Les Bourses en proie aux doutes après la FED

Parmi les autres marchés européens, Francfort a cédé 3,06% et Londres 1,34%. Par ailleurs, l'eurostoxx 50 a reculé de 3,03%.

Alors que le monde de la finance était suspendu à ses lèvres, la Fed a finalement choisi jeudi soir de rester prudente et de maintenir ses taux inchangés, une décision essentiellement liée aux récentes turbulences financières venues de Chine.

L'absence de décision va relancer les spéculations sur une prochaine hausse des taux alors que se tiennent encore deux réunions de l'institution monétaire américaine d'ici à la fin de l'année.

Les investisseurs ont par ailleurs continué d'être attentifs aux chiffres macroéconomiques publiés outre-Atlantique: l'indice composite des principaux indicateurs aux Etats-Unis a augmenté légèrement moins que prévu en août.

Aux Etats-Unis, Wall Street a fortement baissé  au lendemain de la  réunion de la Réserve fédérale, le Dow Jones a perdu 1,74% à 16.384,79 points, le Nasdaq a abandonné 1,36% à 4.827,23 points et l'indice S&P 500 a reculé de 1,61% à 1.958,08 points.

Du côté des valeurs, le secteur automobile, exposé à la Chine, a bu la tasse à l'image de Renault (-4,22% à 74,00 euros) et Peugeot (-3,05% à 15,58 euros).

Les financières ont elles aussi terminé la séance en mauvaise posture: BOP Parias a reculé de 4,80% à 52,98 euros, Société Générale de 4,16% à 40,44 euros et Crédit Agricole de 2,52% à 11,01 euros.

Haka Technologies a perdu 5,62% à 25,20 euros. Le groupe de conseil en technologies a dégagé au premier semestre un bénéfice net en recul, mais a toutefois confirmé son objectif de légère augmentation des ventes sur l'année, dans le cadre de son "plan stratégique 2018".

KORIAN a été porté pour sa part (+3,70% à 33,49 euros) par un relèvement de recommandation à "acheter" contre "neutre auparavant" par la banque HSBC.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.