Les tensions sur les taux rendent les marchés très nerveux.

L’indice phare de la Bourse de Paris (CAC 40) a clôturé hier en nette baisse de 0,93% à 4.987,13 points, dans un volume d'échanges nourri de 4,5 milliards d'euros, regagnant cependant une partie du terrain perdu en cours de séance sous l'influence des tensions accrues sur le marché des dettes d'Etats.

Les tensions sur les taux rendent les marchés très nerveux.

Le marché a ouvert en repli puis a creusé ses pertes, perdant même plus de 2% dans la matinée, en raison d'un accès de prudence concernant la Grèce.

Athènes et ses créanciers, après un round de négociations "sportives" à Bruxelles sans trouver d'accord, se préparent au prochain rendez-vous, peut-être dès aujourd’hui, jour d'un important remboursement dû par Athènes au FMI.

La journée a également été très dépendante de la tension qu'il y a pu avoir sur le marché obligataire et sur le marché des changes. Les taux sont fortement remontés dans la matinée en zone euro, la dette allemande rejoignant même ses plus hauts annuels à près de 1%.

L'apaisement sur le marché de la dette souveraine en zone euro en fin de séance a toutefois contribué à calmer le jeu sur les actions.

Par ailleurs, la Banque de France a annoncé anticiper une croissance de 1,2% en France en 2015, de 1,8% en 2016 et de 1,9% en 2017. Elle explique que l'économie française bénéficiera d'un ensemble de facteurs externes (baisse du prix du pétrole et de l'euro), de facteurs communs à la zone euro (politique monétaire expansionniste), et de facteurs internes (amélioration des marges des entreprises).

Aux Etats-Unis, pendant la semaine terminée le 30 mai, 276 000 personnes supplémentaires se sont inscrites au chômage après 282 000 une semaine plus tôt, ce qui est légèrement meilleur que le consensus qui attendait 279 000 inscriptions hebdomadaires.

Dans le sillage des marchés européens, Wall Street a fini en nette baisse, le Dow Jones a perdu 0,94%, le Nasdaq 0,79% et l'indice élargi S&P 500 a perdu 0,86% à 2.095,84 points.

Parmi les valeurs, les banques ont perdu du terrain, le secteur étant sensible au dossier grec. BNP Paribas a reculé de 0,76% à 56,34 euros, Crédit Agricole de 1,44% à 13,66 euros et Société Générale de 0,67% à 43,02 euros.

Plusieurs grandes capitalisations ont également pesé sur la tendance, comme Total (-1,89% à 45,50 euros) et Danone (-1,06% à 62,38 euros).

En revanche, Areva a fini en forte hausse (+2,21% à 8,94 euros). L'Etat a finalement tranché en faveur d'une reprise par EDF (-2,76% à 21,17euros) de la majorité de l'activité réacteurs d'Areva et s'engage à renflouer le groupe.

Sur le marché des changes, l'euro a reflué en cours de journée hier dans un marché attentiste avant les chiffres d’aujourd’hui sur l'emploi aux Etats-Unis qui pourraient se révéler décisifs pour fixer la date d'un relèvement des taux d'intérêt américains.

Vers 21H00 GMT (23H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1261 dollar, contre 1,1270 dollar mercredi vers 21H00 GMT.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.