Les marchés reprennent leur souffle

La Bourse de Paris a clôturé hier en légère progression hier de 0,31% à 5.133,30 points, dans un faible volume d'échanges de 3,3 milliards d'euros.

Les marchés reprennent leur souffle

Le marché parisien a passé l'essentiel de sa journée à reprendre son souffle au lendemain d'un fort rebond, avant de se hisser dans le vert en fin de séance.

En effet, en fin de séance, un certain nombre d'investisseurs se sont mis à tabler davantage sur un ton accommodant de la Fed, compte tenu de la faiblesse relative des dernières statistiques américaines ce qui a engendré une clôture en territoire positif.

Par ailleurs, les investisseurs sont comme toujours restés attentifs à l'évolution des discussions entre Athènes et ses créanciers.

Le programme dont bénéficie la Grèce, et au nom duquel elle peut prétendre à encore 7,2 milliards d'euros d'aides, expire fin mai. Le 5 juin, le pays doit effectuer un gros remboursement au FMI.

Aux Etats-Unis, Wall Street a conclu mercredi en demi-teinte une nouvelle séance hésitante, ne parvenant pas à vraiment se réjouir que la Fed repousse à l'après-juin une éventuelle hausse des taux d'intérêt.

Selon des résultats définitifs, le Dow Jones a perdu 0,15% pour terminer à 18.285,40 points. Le Nasdaq, a gagné juste 0,03%, à 5.071,74 points. L'indice S&P 500 a lui reculé de 0,09% à 2.128,85 points.

Sur le terrain des valeurs, le secteur des télécoms a digéré l'annonce du rachat par Altice, maison-mère de Numericable-SFR (-0,05% à 55,70 euros) de 70% des parts de Suddenlink Communications, le septième câblo-opérateur américain, valorisé 9,1 milliards de dollars par l'opération.

Bouygues, maison-mère de Bouygues Telecom, a perdu 0,73% à 37,92 euros, tout comme Iliad, maison-mère de Free (-0,23% à 214,50 euros) et Orange (-0,20% à 14,84 euros).

Safran a progressé pour sa part de 0,72% à 65,59 euros après avoir annoncé la cession de 5,5% du capital du spécialiste français des terminaux de paiement Ingenico à Bpifrance Participations, pour plus de 363 millions d'euros.

Air-France KLM a perdu 2,15% à 7,84 euros. La compagnie aérienne italienne Alitalia a annoncé son intention de ne pas renouveler son partenariat avec Air France-KLM en janvier 2017, à l'expiration des contrats, jugeant que ces accords n'étaient plus avantageux désormais.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.