Les marchés européens dans le rouge à la mi-séance

A l’instar des autres places européennes, la Bourse de Paris est repassée dans le rouge, les investisseurs évaluant les résultats à l’aune du communiqué de la Fed.

Les marchés européens dans le rouge à la mi-séance

Les banques sont fragilisées par la chute des établissements de la périphérie de la zone euro. A la mi-séance, le CAC 40 cède 1,12% à 4 064,75 points dans un volume d’affaires de 2,2 milliards d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien perd 0,97%, le Dax de la Bourse de Francfort 1,66% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro 1,60%. Le contrat future décembre sur indice Dow Jones plie de 0,35%.

Après une progression de près de 1% en début de séance, la Bourse de Paris est repassée dans le rouge, les investisseurs tentant d’évaluer les résultats des entreprises à l’aune d’un communiqué du conseil de politique monétaire de la Fed à double tranchant. Il est certes optimiste sur l’économie américaine, attitude qui suggère, a priori, une orientation moins accommodante de sa politique monétaire.

L’indice des banques grecques abandonne près de 7%, tandis que le Stoxx Europe 600 associé abandonne 1,03%, signant ainsi la plus forte baisse sectorielle. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt grec à 10 ans se tend de 40 points de base. La tendance est également à la hausse sur les obligations italiennes et espagnoles, tandis que le rendement du Bund allemand se détend.

Comme prévu, la Fed a mis un terme à son programme d’achat d’actifs qui a été l’un des principaux moteurs de la hausse des marchés depuis 2008. Elle s’est également montrée plus optimiste sur l’économie américaine en retirant sa référence à la sous-utilisation du marché de l’emploi. Une attitude jugée par les analystes comme un premier pas vers une politique plus agressive.

S’il peut être considéré comme accommodant, le maintien de la mention de période « considérable » de taux bas avant un prochain resserrement monétaire, le communiqué ne fait aucune référence au faible niveau de l’inflation et aux craintes manifestées récemment par certains membres du conseil sur l’économie mondiale.

Avec un ton à l’évidence plus optimiste sur l’économie, les traders estiment désormais que la mention de taux bas pour une période « considérable » pourrait être retirée dès le FOMC de décembre, qui sera accompagné des projections économiques de la Fed. Le compte-rendu de la réunion des deux derniers jours, qui sera publié dans deux semaines, pourrait clarifier certains points. Pour ce qui est d’une hausse des taux d’intérêt, le marché semble désormais l’anticiper pour le deuxième trimestre 2015.

Sur le front macroéconomique, le nombre de demandeurs d’emploi a diminué de 22 000 à 2,88 millions en Allemagne au mois d’octobre. Le taux de chômage reste stable à 6,7% de la population active. La confiance s’est améliorée ce mois-ci dans la zone euro, l’indice du climat des affaires a progressé à 0,05 point, contre 0,02 en septembre, tandis que celui mesurant le sentiment économique s’est apprécié de 0,8 point à 100,7.

Le marché a reçu à 14h00 les chiffres provisoires de l’inflation d’octobre outre-Rhin. Deux indicateurs américains sont programmés pour 14h30 : la première estimation du PIB du troisième trimestre et les inscriptions hebdomadaires au chômage.

Du côté des valeurs, Société Générale recule de 3,39% à 36,02 euros, Crédit Agricole de 1,80% à 11,20 et BNP Paribas de 1,73% à 47,635.

L’assureur Axa baisse pour sa part de 1,31% à 17,665 euros.

Les secteurs de l’énergie et des matières premières plient également. Total cède 1,08% à 45,895 euros, EDF 1,87% à 22,56, GDF Suez 1,96% à 18,50 et ArcelorMittal 2,19% à 10,03.

Alcatel-Lucent bondit de 11,55% à 2,284 euros. L’équipementier télécoms a vu sa marge brute s’apprécier de 210 points de base à 34% au troisième trimestre malgré un recul de 5,9% de son chiffre d’affaires à données comparables. Les ventes ont notamment pâti des commandes en Amérique du Nord, l’un de ses principaux marchés.

Renault progresse de 2,25% à 57,52 euros. Le constructeur automobile a enregistré une hausse de 6,7% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre grâce au succès de ses nouveaux modèles en Europe, ainsi qu’à la production pour le compte de ses partenaires, activité pour laquelle il compte doubler ses ventes à l’horizon 2017.

Technip s’adjuge 3,48% à 57,40 euros. Le groupe de services pétroliers a fait état d’un recul de 12,3% de son bénéfice net au troisième trimestre, tandis que le résultat opérationnel courant a augmenté de 10% et le chiffre d’affaires de 17,8%. Technip se dit confiant dans sa capacité à remporter de nouveaux contrats dans un contexte de chute des prix du pétrole.

Sanofi rebondit de 0,56% à 71,55 euros après un plongeon de 16,2% au cours des quatre dernières séances. Le conseil d’administration a contacté Pascal Soriot, le directeur général d’AstraZeneca, en vue de lui proposer le poste de Chris Viehbacher, évincé hier, rapporte Bloomberg en citant des sources proches du dossier.

TF1 avance de 3,63% à 11,39 euros. Le groupe de télévisions a vu les recettes publicitaires de ses chaînes gratuites (TF1, TMC, NT1 et HD1) progresser de 2,6% au troisième trimestre. Le groupe précise toutefois ne pas prévoir « de changement de tendance du marché publicitaire d’ici la fin de l’année 2014, tant en termes de visibilité, qui demeure réduite, qu'en termes d'intensité concurrentielle du marché ».

Sur le marché des changes, la paire EUR/USD cède 0,43% à 1,2579 dollar.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.