Les marchés européens décrochent tandis que Wall Street évite le pire

La Bourse de Paris a dégringolé mercredi de 3,63% pour terminer sous les 4 000 points à 3 939,72 points, tirée vers le bas par de mauvais indicateurs aux Etats-Unis qui viennent s'ajouter à un environnement économique morose en Europe.

Les marchés européens décrochent tandis que Wall Street évite le pire

Le volume d'échanges, particulièrement étoffé, s'est élevé à près de 6 milliards d'euros.

Parmi les autres marchés européens, Francfort a atteint un nouveau plus bas annuel, lâchant 2,87%. Londres a perdu 2,83%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a chuté de 3,61%.

Après avoir ouvert à l'équilibre, la Bourse de Paris n'a cessé de perdre du terrain tout au long d'une séance essentiellement animée par de mauvais indicateurs  aux Etats-Unis.

Le feu couvait depuis plusieurs jours mais l'incendie s'est déclenché à Wall Street, qui a subitement décroché dans l'après-midi, allant jusqu'à perdre plus de 2% et provoquant une débâcle en Europe.

Le Dow Jones, après avoir chuté de plus de 2,80% en séance, a finalement perdu 1,06% pour terminer à 16 141 points et le Nasdaq 0,28% à 4 215 points

L'indice élargi S&P 500 s'est replié de 0,81% à 1 862 points après avoir dégringolé de plus de 3% en cours de journée.

Signe de l'anxiété de la place financière new-yorkaise, l'indice VIX, ou "indice de la peur", s'est envolé jusqu'à 31,6, un niveau plus vu depuis fin 2011.

Les courtiers de Wall Street ont cédé à la pression face à l'avalanche de mauvaises nouvelles dépeignant une économie mondiale en panne de croissance.

Les ventes de détail dans le pays ont notamment régressé plus fortement que prévu en septembre, et les prix à la production sur la même période ont baissé pour la première fois depuis août 2013.

La perspective angoissante d'une propagation à grande ampleur du virus Ebola est aussi revenue sur le devant de la scène alors qu'un deuxième membre du personnel soignant d'un hôpital américain a été contaminé.

Parmi les valeurs, les valeurs industrielles, étaient en première ligne face aux craintes sur la croissance mondiale. Elles ont tiré le marché vers le bas, à l'image de Renault (-3,99% à 51,95 euros) et Arcelor Mittal (-5,35% à 9,48 euros).

De même, le secteur bancaire a souffert, avec BNP Paribas (-4,60% à 46,45 euros), Crédit Agricole (-5,45% à 10,49 euros) et Société Générale (-5,17% à 35,14 euros).

EDF a reculé de 3,17% à 22,92 euros. Le gouvernement a décidé de remplacer Henri Proglio à la tête d'EDF par le PDG de Thales (-3,51% à 37,49 euros) Jean-Bernard Lévy.

Sur le marché des changes, l'euro montait nettement hier face au dollar, et repassait au-dessus du seuil des 1,28 dollar, face à un billet vert fortement pénalisé par une salve de statistiques décevantes.

Vers 21H00 GMT (23H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,2834 dollar, contre 1,2663 dollar mardi à la même heure. Elle est montée jusqu'à 1,2887 dollar, son plus haut niveau en trois semaines.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.