Le CAC poursuit sa consolidation

La Bourse de Paris a poursuivi sa consolidation lundi dans un environnement international instable.

Le CAC poursuit sa consolidation

L'indice CAC 40 a perdu 0,73 % à 4 510,05 points, dans un volume d'échanges de 2,6 milliards d'euros. Le DAX a reculé de 0,29 % à 9 883,98 points et le FTSE 100, 0,34 % à 6 754,64 points.

Après avoir ouvert en baisse, le marché parisien a navigué en zone négative tout au long de la séance pour finir en repli avec la mauvaise tenue de Wall Street en matinée américaine.

La plupart des analystes continuent de préciser que le repli du marché parisien depuis ses plus hauts de l’année atteint il y a quelques jours, ne constitue pas une baisse du marché parisien mais une consolidation et le restera tant que l’indice phare de la bourse de Paris clôtura au-dessus des 4 400 points.

Pour le moment, la dégradation de l’environnement géopolitique internationale ne sert aux investisseurs qu’à prendre quelques bénéfices et à arbitrer leurs portefeuilles. La tendance de fond du marché, avec l’abondance de liquidité qui s’y déverse, reste positive. Les opérateurs gardent toutefois un œil prudent sur la situation irakienne où la moindre aggravation de la situation sur place pourrait faire flamber les cours du brut et de fait, peser sur le reprise de l’économie mondiale.

Hier, les initiatives de l’administration Obama ont apaisé les craintes d’un embrasement du pays et calmé le marché du pétrole. D’un côté, les Etats-Unis ont envoyé plusieurs navires de guerre dans le golfe prêt à intervenir si nécessaire notamment, avec des frappes aériennes à partir du porte-avion George H.W. Bush où des tirs de missiles Tomawawk à partir du destroyer USS Truxtun et du croiseur USS Philippines Sea. De l’autre, Washington a pris contact avec Téhéran afin de mettre en place une éventuelle coopération afin de contrer l’avancée des jihadistes sunnites et de consolider le pouvoir en place, intérêts stratégiques communs aux deux ennemis d’hier.

Aujourd’hui, les séances pourraient être un peu plus animées sur les places boursières avec la publication de l’indice ZEW pour l’Allemagne et la zone euro de ce côté-ci de l’Atlantique et celle des chiffres du secteur immobilier (constructions neuves, mises en chantier, permis de construire) et des prix à la consommation outre-Atlantique.

La réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) qui s’ouvre aujourd’hui pour 2 jours sera aussi particulièrement suivie afin de déterminer dans quelle mesure et à quel rythme la banque centrale américaine va poursuivre sa politique de « tapering » et de remontée de ses taux.

A Wall Street, la publication d’indicateurs encourageants, hausse de la production manufacturière en mai, accélération de la croissance dans la région de New York et amélioration du sentiment des promoteurs immobiliers et une actualité des fusions et acquisitions foisonnante ont permis aux indices locaux de garder la tête hors de l’eau.

L'indice Dow Jones a grignoté 0,03%, à 16 781,01 points, le S&P 500 0,08% à 1 937,78 points alors que le Nasdaq, progressait de 0,24% à 4 321,11 points.

Parmi les valeurs françaises, BNP Paribas a progressé de 0,16% à 51,58 euros. Le ministre des Finances, Michel Sapin, a évoqué des progrès dans les négociations aux Etats-Unis concernant les accusations dont la banque française est l’objet.

Toujours dans le secteur bancaire, Natixis a fortement reculé de 3,42% à 4,97 euros après que sa filiale, l'assureur-crédit Coface, eut annoncé que le prix de l'offre de son introduction en Bourse, prévue le 17 juin, a été fixé entre 9,60 euros et 11,20 euros par action.

Crédit Agricole et Société Générale se sont aussi fortement repliées. La première a perdu 2,22% à 11,46 euros et la seconde, 1,27% à 41,65 euros.

Technip a à peine profiter du soutien d’UBS. La banque suisse a relevé son objectif de cours sur la société française de 85 à 89 euros tout en réitérant son opinion à « achat ». Le titre a pris 0,37 % à 78,79 euros.

Airbus Group et Safran ont perdu respectivement 1,44 % et 0,49 % à 50,54 euros et 48,88 euros après avoir annoncé lundi la création d'une co-entreprise afin de poursuivre le développement de la fusée européenne Ariane 5 et de préparer le lancement d'Ariane 6 qui doit lui succéder.

Alstom a abandonné 0,90% à 29,33 euros. L'allemand Siemens et le japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) ont fait lundi une offre formelle sur l'industriel français. Siemens proposant de racheter pour 3,9 milliards d'euros l'activité turbine à gaz tandis que MHI prendrait jusqu'à 10% du capital et formerait trois coentreprises.

CGG a chuté de 3,40% à 10,52 euros après une séance volatile, les investisseurs finissant par prendre des bénéfices après son envolée de vendredi suite à des rumeurs de rachat.

Enfin, Séché Environnement s’est effondré de 9,07% à 28,78 euros après un avertissement sur résultats. Le groupe anticipe un recul de 6 % de son chiffre d'affaires au premier semestre, rendant plus difficile à atteindre l'objectif de stabilité de l'activité affiché en début d'exercice.

L’Euro a progressé à 1,3574 dollar. L’or s’est replié à 1 271,94 dollars l’once et le WTI, échéance août 2014, à 106,03 dollars le baril.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.