Le CAC recule en attendant la BCE

Le marché parisien s’est replié lundi après l’annonce d’un nouveau recul de l’inflation en zone euro qui a alimenté les inquiétudes concernant l’entrée de la zone monétaire du vieux continent en déflation.

L'indice CAC 40 a reculé de 0,45% à 4 391,5 points, dans un volume d'échanges faible de 2,2 milliards d'euro. Le DAX a perdu 0,33 % à 9 555,91 points et le FTSE 100, 0,26 % 6 598,37 points.

Après avoir ouvert en hausse tout près de son plus haut de l’année, la bourse de Paris s’est repliée tout au long de la séance malgré un rebond avorté en début d’après-midi.

En France, après la défaite historique des socialistes aux élections municipales, les investisseurs ont navigué tout au long de la journée au gré des communiqués de presse concernant la constitution d’un nouveau gouvernement et la possibilité pour ce dernier de mettre en place le fameux plan de stabilité alors que la politique d’austérité mis en place par le président Hollande depuis son entrée en fonction est rejetée par une majorité d’électeurs.

Sur un plan macroéconomique, le déficit public de l’hexagone s’est affiché à 4,3% du produit intérieur brut en 2013, un niveau en recul mais supérieur aux prévisions de 4,1 % et toujours éloigné de l’objectif des 3 %, pour fin 2015. L’Insee a confirmé que la croissance de l’hexagone s’est bien affichée à 0,3% en 2013 et qu’elle avait retrouvé au quatrième trimestre son niveau d'avant-crise, en 2008, soutenu par le rebond de l'investissement des entreprises et de la consommation des ménages.

Mais, c’est le chiffre de l’inflation de la zone euro qui a scellé la tendance des marchés européens et français hier. L'inflation de l’union monétaire européenne a de nouveau reculé en mars à 0,5% en rythme annuel, au plus bas depuis novembre 2009 et sous les 1 % pour le sixième mois consécutif selon l'estimation d’ Eurostat et a relancé les craintes de l’entrée de l’union monétaire européenne en déflation.

Pour le moment, le repli des marchés reste limité alors que la BCE va se réunir jeudi. Toutefois, si cette dernière devait rester sur son statu quo malgré les propos de certains de ses membres sur la mise en place d’une politique monétaire accommodante ces derniers jours, les marchés européens pourraient, selon nombre d’analystes, reculer plus sévèrement.

Outre-Atlantique, les marchés américains ont connu un destin différent de celui de leurs confrères européens. Wall Street a clôturé sur une note positive après les propos de Janet Yellen qui a réaffirmé son soutien à l’économie. La patronne de la Fed a indiqué que le soutien exceptionnel de la banque centrale à l'économie était « encore nécessaire » et le serait encore « pendant un certain temps ». Mme Yellen, a estimé en effet que l'activité économique était « encore très loin des deux objectifs de la Fed », l'emploi maximal et des prix stables.

Le Dow Jones a pris 0,82% à 16 457,66 points, le S&P 500 0,79% à 1 872,34 points et le Nasdaq 1,04% à 4 198,99 points.

Parmi les valeurs, Alstom a pris 2,19% à 19,82 euros après l’annonce d'une grosse commande en Irak.

PSA Peugeot Citroën s’est adjugé 1,33% à 13,70 euros alors que son prochain actionnaire le chinois Dongfeng a publié un résultat net meilleur que prévu en 2013 et que le groupe automobile français eut confirmé l'arrivée de Carlos Tavares à la présidence de son directoire afin de restaurer les comptes du constructeur français.

Veolia Environnement a reculé de 1,24% à 14,36 euros après le renoncement du groupe Dassault à son poste d'administrateur.

Bouygues a clôturé à l'équilibre, Numericable a grappillé 0,14% à 28,53 euros Vivendi (SFR) se repliait de 0,47% à 20,22 euros alors qu’Iliad (FREE), prenait 0,58 % à 209,30 euros. L'Autorité des marchés financiers a redemandé aux 3 sociétés de respecter les règles de communication financière. L'institution a rappelé avoir déjà réclamé aux différents acteurs impliqués dans le rachat de SFR, la communication d'éléments d'information supplémentaires.

Groupe Partouche s'est envolé de 16,26% à 1,43 euro. La société, placée en procédure de sauvegarde depuis fin septembre, a annoncé être parvenue à un accord avec ses créanciers dont le fonds américain Oaktree pour rééchelonner sa dette jusqu'en 2022.

Enfin, Pharmagest a bondi de 8,66% à 108,00 euros après avoir vu ses bénéfices augmenter de 17% l’année dernière.

L’Euro a rebondi à 1,3770 Dollar. L’or s’est replié à 1 284,05 dollars l’once et le WTI, échéance mai 2014, est resté quasi stable à 101,47 dollars le baril.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.