Le CAC 40 s’aligne sur la prudence de Wall Street

La Bourse de Paris a clôturé en quasi équilibre mercredi dans une séance marquée par un plus haut annuel alors que nombre d'investisseurs patientait dans l'attente de la décision de la Fed.

L'indice CAC 40 a abandonné 0,09 % à 4 274,11 points dans un volume d'échanges faible de 2,7 milliards d'euros. Le DAX s'est replié de 0,13 % à 9 010,27 points alors que le FTSE grignotait 0,04 % à 6777,70 points.

Après une ouverture en léger recul, le marché parisien s'est immédiatement inscrit en zone positive allant jusqu'à établir un nouveau plus haut de l'année en séance à 4 309,92 points avant d'abandonner ses gains matinaux dans l'après-midi avec le manque d'enthousiasme de Wall Street.

L'optimisme européen a été refroidi par la prudence américaine. Alors que les investisseurs du vieux continent considéraient comme acquis le maintien de la politique monétaire ultra accommodante de la banque centrale américaine, leurs confrères américains ont affiché une certaine prudence avant le communiqué de la Fed, poussant les bourses européennes dont le marché parisien à des prises de bénéfices en deuxième partie de journée.

Concentrés sur la décision de la Fed, les investisseurs se sont peu souciés des indicateurs publiés de part et d'autre de l'Atlantique. L'Espagne a mis fin à sa récession au troisième trimestre après neuf trimestres de contraction de son produit intérieur brut (PIB), soutenue par les exportations et par une bonne saison estivale . Le chômage a progressé en Allemagne en octobre atteignant un plus haut depuis deux ans, même s'il reste au plus bas depuis 20 ans.

Ensuite, aux Etats-Unis, l'enquête mensuelle ADP a fait état de 130 000 créations d'emplois dans le secteur privé en octobre, un chiffre inférieur de 20 000 au consensus.

Enfin, le déficit budgétaire des Etats-Unis s'est affiché au plus bas depuis 2008 au cours de l'exercice 2013, selon les statistiques publiées mercredi par le département du Trésor.

Wall Street a terminé en baisse hier malgré la décision largement anticipée de la Réserve Fédérale de maintenir sa politique monétaire inchangée. Selon le communiqué de la Fed, la Banque Centrale Américaine va poursuivre ses achats mensuels de bons du Trésor et de titres hypothécaires et laisser inchangé son taux directeur entre 0 et 0,25% comme elle le fait depuis fin 2008.

Le Dow Jones a perdu 0,39 % à 15 618,76 points, le S&P 500 0,49 % à 1763,31 points et le NASDAQ, 0,55 % à 3930,62 points.

Parmi les valeurs françaises, Sanofi a pris 2,44 % à 77,55 euros malgré la baisse de 21,2% de son bénéfice net au 3e trimestre et d'une révision de sa prévision de bénéfice net pour 2013.

Renault s'est adjugé 0,91 % à 64,61 euros après avoir pris 2 % en séance. Bank of America-Merrill Lynch a confirmé sa recommandation « Achat » et son objectif de cours de 72 euros sur le constructeur automobile français.

EADS a clôturé en hausse de 1,93 % à 50,28 euros après l'annonce d'une nouvelle commande de 5 A321ceo et 20 A321neo par la compagnie JetBlue Airways portant le total des commandes de la famille A320 à 10 000 exemplaires.

Technip s'est replié de 2,25 % à 85,98 euros après un abaissement de recommandation par Goldman Sachs.

Maurel et Prom a progressé de 2,35% à 12,17 euros, après une hausse de 36% de son chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois de l'année.

Enfin, le titre de la filiale du groupe Bolloré, Blue Solutions, spécialisée dans le stockage d'énergie, a bondi de 44,55% à 20,96 euros lors de son premier jour de cotations à la bourse de Paris.

L'Euro valait 1,3738 Dollar en fin de journée et l'once d'or 1 342,83 dollars. Le WTI, échéance décembre, a reculé à 96,59 dollars le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.