Le CAC 40 s’impatiente avant la Fed

La Bourse de Paris évoluait en hausse mercredi matin touchant un nouveau plus haut de 5 ans, les investisseurs affichant leur confiance quant à la décision favorable de la Fed dans la soirée.

À mi-séance, l'indice CAC 40 prenait 0,54 % à 4 301 points, le DAX 0,38 % à 9 056,03 points et le FTSE 100, 0,50 % à 6 808,73 points.

Les investisseurs anticipent toujours le maintien de la politique monétaire ultra accommodante de la Banque Centrale Américaine qui a largement favorisé la hausse des marchés ces derniers mois.

Après le « shutdown » et en raison de statistiques mitigées sur l'économie américaine notamment celles de l'emploi qui pour l'instant ne satisfait pas la cible d'un taux de chômage de 6,5% que Ben Bernanke avait fixé comme préalable à toute inflexion de sa politique monétaire, une large majorité d'investisseurs et d'observateurs estiment que les injections massives de liquidités sur les marchés ne peuvent que se poursuivre au moins encore pendant un temps.

Le comité de politique monétaire (FOMC) de la Réserve Fédérale Américaine (FED) achève mercredi soir une réunion de deux jours et devrait confirmer par communiqué mercredi la poursuite de ses injections massives de liquidités dans le système financier.

Dans ces conditions, les indicateurs publiés ce matin ont été largement ignorés par les investisseurs. D'un côté, l'Espagne a mis fin à sa récession au troisième trimestre après neuf trimestres de contraction de son produit intérieur brut (PIB), selon des données publiées ce matin par l'Institut national de la statistique (EIN). Dans le détail, l'activité a été soutenue par les exportations, seul secteur en progression depuis le début de la récession et par la saison estivale particulièrement soutenue cette année. De l'autre, le chômage a augmenté en Allemagne en octobre atteignant un plus haut depuis deux ans même s'il reste proche de ses plus bas depuis la réunification il y a plus de 20 ans. Toutefois, le taux de chômage est resté étal par rapport à septembre à 6,9 %.

Outre-Atlantique, plusieurs statistiques importantes seront publiées cette après-midi avant le communiqué de la Fed à 18H00 GMT : à 13h15, le taux des emplois non-agricoles ADP et à partir de 13h30, les indices relatifs au prix et à l'inflation.

Parmi les entreprises françaises, Sanofi prenait 2,34 % à 77,47 euros malgré la baisse de 21,2% de son bénéfice net au 3e trimestre et d'une révision de sa prévision de bénéfice net pour 2013.

Eutelsat Communications progressait de 2,50 % à 22,55 euros, soutenu par un chiffre d'affaires en hausse de 2,9% à 323,5 millions d'euros, au premier trimestre de son exercice décalé 2013-2014.

Nexity s'adjugeait 1,96 % à 28,65, après avoir publié un chiffre d'affaires en légère hausse de 1,9% et confirmé son objectif de résultat opérationnel pour 2013.

Renault augmentait de 1,98 % à 65,30 euros. Bank of America-Merrill Lynch a confirmé sa recommandation « Achat » et son objectif de cours de 72 euros sur le constructeur automobile français.

EADS prenait 1,50 % à 50,07 euros après l'annonce d'une nouvelle commande de 5 A321ceo et 20 A321neo par la compagnie JetBlue Airways portant le total des commandes de la famille A320 à 10 000 exemplaires.

Technip reculait de 1 % à 87,08 euros après un abaissement de recommandation par Goldman Sachs.

Enfin, Blue Solutions, filiale spécialisée dans le stockage d'énergie du groupe Bolloré, prenait plus de son côté 24,83 % à 18,1 euros, pour son premier jour de cotation à la Bourse de Paris.

L'Euro se reprenait à 1,3762 $. L'or rebondissait à 1 349,86 $ l'once et le Brent, échéance décembre 2013, à 109,30 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.