Le CAC 40 tergiverse

La Bourse de Paris évoluait en quasi-équilibre jeudi matin dans un marché hésitant suite à des nouvelles contradictoires tant macroéconomiques et des résultats d'entreprises mitigés.

À mi-séance, l'indice CAC 40 grignotait 0,09% à 4 264,62 points. Le DAX progressait de 0,46% à 8 960,75 points et le Footsie, 0,31% à 6694,96 points.

Dans un premier temps le marché parisien a été rassuré ce matin à l'ouverture par une bonne nouvelle en provenance de Chine soulignant une reprise de l'activité dans l'Empire du Milieu. Le secteur manufacturier chinois a fortement progressé en octobre, grâce à une augmentation vigoureuse de commandes nouvelles. L'indice PMI manufacturier Markit/HSBC s'est affiché à 50,9 en octobre contre 50,2 en septembre, au plus haut depuis sept mois.

Puis dans un second temps, les investisseurs ont été déçus par la publication des indices PMI de l'Allemagne et de la zone euro. Globalement, l'activité privée a poursuivi sa progression en octobre, mais a montré des signes de ralentissement, soulignant le fait qu'une reprise robuste n'est toujours pas à l'ordre du jour dans la zone euro.

Dans le détail, en début de matinée la France avait déjà affiché un PMI en recul à 50,1 points contre 50,5 auparavant mais ce dernier avait été ignoré par les investisseurs. C'est surtout le repli du PMI de l'Allemagne, locomotive de la zone euro, à son plus bas en trois mois, à 52,6 contre 53,2 auparavant qui a semé le trouble parmi les investisseurs.

Le marché parisien a aussi réagi aux publications d'entreprises dont Essilor qui perdait à mi-journée 2,55% à 77,96 euros après l'abaissement de sa prévision de ventes pour 2013.

Gemalto chutait de 5,02% à 80,95 euros, malgré des ventes en hausse de 10 % en glissement annuel mais inférieures au consensus.

Air Liquide perdait 2,29% à 100,35 euros, après l'annonce d'un chiffre d'affaires trimestriel moins bon qu'attendu.

Pernod Ricard reculait de 2,55% à 86,60 euros. Le groupe a revu ses prévisions de croissance en baisse pour l'exercice 2013-2014 en raison d'une conjoncture difficile dans les marchés émergents.

Cap Gemini s'affaissait de 2,41% à 46,975 euros après une note défavorable de la banque UBS.

Safran abandonnait 0,14% à 46,93 euros malgré une progression de 9,7% de ses ventes au troisième trimestre.

Suez Environnement prenait 1,31% à 12,80 après avoir pris plus de 3% en début de matinée après avoir publié une rentabilité brute en hausse sur neuf mois.

Les bancaires relevaient la tête. BNP Paribas s'adjugeait 1,53% à 53,81 euros et Société Générale, 1,77% à 41,42 euros suite à un relèvement de recommandation par Bank of America-Merrill Lynch. Dans la foulée, Crédit Agricole progressait de 1,63% à 9,049 euros.

Bull s'envolait de 6,41% 3,32 euros. Le groupe informatique a maintenu ses objectifs de résultat pour 2013, mais a aussi souligné que les conditions de marché restaient "incertaines".

Enfin, la Fnac limitait les dégâts après avoir accusé au troisième trimestre un nouveau recul de ses ventes. Le titre reculait de seulement 0,35% à 20,18 euros.

L'Euro progressait à 1,3808 Dollar tout comme l'or à 1 339,59 dollars l'once et le Brent, échéance décembre 2013, à 107, 80 dollars le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.