Le CAC repart à la baisse

La Bourse de Paris est reparti en baisse hier alors que le blocage sur le budget et la paralysie partielle de l'Etat américain se poursuit.

L'indice CAC 40 a perdu 0,77% à 4133,53 points, dans un volume d'échanges faible de 2,3 milliards d'euros, le DAX de 0,42% à 8555,89 points et le Footsie de 1,11% à 6365,83 points.

Le marché parisien a une nouvelle fois été affecté par le blocage au parlement américain. Même si la plupart des investisseurs continue d’estimer qu’un accord sera trouvé avant la date fatidique du 17 octobre entre démocrates et républicains, l’inflexibilité des uns et des autres, fait monter de plus en plus la pression sur les marchés d’autant plus que Goldman Sachs, très influente à Wall Street et aux Etats-Unis, a ajouté sa petite musique à la cacophonie ambiante. La banque d’affaires estime que jusqu’à 4,2% du Pib pourrait disparaître si le congrès ne relevait pas le plafond de la dette dès le 17 octobre.

Dans ces conditions, les indicateurs macroéconomiques publiés hier ont trouvé quelques échos auprès des investisseurs. La Banque de France a révisé à la baisse sa prévision de croissance au 3e trimestre pour la France et l'Allemagne a enregistré une diminution de son excédent commercial, ainsi qu'un nouveau recul des commandes à l'industrie en août. Enfin, le FMI a abaissé ses prévisions de croissance mondiale pour cette année et l'année prochaine.

Wall Street a fini dans le rouge hier alors que le bras de fer entre républicains et démocrates continue. Le président des Etats-Unis Barack Obama s'est de nouveau montré intraitable. Dans une conférence de presse, il a appelé une nouvelle fois les républicains du Congrès à voter un budget et un relèvement du plafond de la dette sans compromis sur sa loi sur l'assurance-maladie.

Le Dow Jones a baissé de 1,07% à 14776,53 points, le S&P 500 de 1,23% à 1655,45 points et le Nasdaq, de 2% à 3694,83 points.

Parmi les valeurs françaises, GDF Suez a perdu 1,69% à 18,90 euros, après un abaissement de recommandation par Citigroup à «neutre» contre «acheter» précédemment.

Alcatel-Lucent s’est effondré de 4,05% à 2,77 euros après la demande du ministre du redressement productif Arnaud Montebourg de baisser le plan social prévoyant la suppression de 900 emplois en France.

Eads a reculé de 2,59% à 49 euros à la suite de prises de bénéfices après sa forte progression lors des dernières séances.

TF1 a pris 3,08% à 13,73 euros après que le groupe de médias américain Discovery Communications eut annoncé son intention de monter à 100% du capital de la chaîne sportive Eurosport en avance sur le calendrier prévu.

L'action Arcelor Mittal s’est replié de 0,90% à 10,46 euros après la vente de plus de 233 millions d'actions du sidérurgiste turc Erdemir, soit 6,66% du capital, pour 267 millions de dollars.

BioMérieux a progressé de 0,13% à 71,28 euros après la réussite d’une émission obligataire de 300 millions d'euros, destinée à financer l'acquisition de l'entreprise américaine BioFire.

L’Euro a légèrement progressé à 1,3566 $. L’or a reculé à 1319,23 $ l’once et le WTI, échéance novembre 2013, s’est repris à 103,58 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.