Investir dans la technologie blockchain

La technologie blockchain et les crypto-monnaies ont conquis les entreprises et les investisseurs particuliers. Voyons comment les marchés adoptent la blockchain et comment accroître votre exposition à la valeur réelle du marché.

Bitcoin Source: Bloomberg

Blockchain et crypto-monnaie : qu’en pensent les grandes entreprises ?

« Le bitcoin n’est qu’un exemple de l'utilisation d’une blockchain. Les crypto-monnaies ne sont qu'un exemple de technologie décentralisée. Étant donné qu’internet est désormais suffisamment important et diversifié, je pense que nous y verrons différents types de technologies décentralisées et de blockchains. Je pense que les réseaux décentralisés formeront la nouvelle vague en technologie » - Melanie Swan, auteure de Blockchain : Blueprint for a New Economy.

Les crypto-monnaies ont été conçues pour frustrer les institutions financières, les entreprises et les gouvernements qui sont au cœur de l’économie moderne. Il n’est donc pas surprenant qu’ils aient décrit les crypto-monnaies comme des « combines à la Ponzi », une « fraude » et même le « diable ».

Le directeur général de JPMorgan, Jamie Dimon, est certainement le meilleur exemple pour démontrer l’attitude que possède l’industrie face aux crypto-monnaies : la confusion. Le PDG très en vue s’est montré intransigeant vis-à-vis des crypto-monnaies lorsque l’engouement a débuté, en menaçant de licencier les employés faisant des recherches sur les devises virtuelles et en appelant cela une arnaque, avant d’admettre plus tôt dans l’année qu'il regrettait cette attitude.

Au-delà du bitcoin : où d’autre pouvez-vous trouver de la volatilité et des mouvements de cours sur lesquels négocier ?

Même si le débat autour de la valeur et du but des crypto-monnaies se poursuivra, il y a un consensus massif concernant l’immense potentiel de la technologie blockchain qui forme la base de toutes les crypto-monnaies. Si la blockchain est essentielle à la survie des crypto-monnaies, elle peut exister sans celles-ci.

En partant de ce postulat, les grandes entreprises ont inventé un mantra qui ne semble pas faiblir : le bitcoin c’est mal, la blockchain c’est génial.

Qu’est-ce que la technologie blockchain ?

Presque chaque transaction que nous effectuons passe par un intermédiaire. Si vous achetez quelque chose dans un magasin avec une carte de débit, vous vous en remettez à la banque ou au processeur de paiement pour compléter et garantir l’achat. Si vous envoyez un e-mail ou un message instantané, vous comptez sur le fournisseur de messagerie pour envoyer votre message.

À un niveau plus simple, une blockchain est une base de données sophistiquée partagée et contrôlée par tous ceux qui l’utilisent, plutôt que par une autorité centrale comme une banque ou un processeur de paiement. Avec une blockchain, il n’y a pas d'intermédiaire. C’est une sorte de registre partagé qui met continuellement à jour les fichiers numériques de qui détient quoi. Elle enregistre les transactions en temps réel sur tous les ordinateurs utilisant le système. Le fichier ne peut donc pas être modifié rétroactivement sans l’accord de tous ceux qui utilisent la blockchain.

Les avantages estimés sont vastes. Hacker un nombre si important d’ordinateurs sans point de contrôle unique est presque impossible. Ceci combiné au cryptage signifie que les utilisateurs sont certains qu'aucun fichier ne peut être altéré et permet ainsi d’instaurer un climat de confiance. La nature automatique de la blockchain signifie que les temps de transaction peuvent être écourtés et que l’absence d’intermédiaire réduit les coûts des activités commerciales effectuées par le biais de la blockchain.

La technologie blockchain est très diversifiée et flexible. Ceci provient de sa capacité à offrir des « contrats intelligents ». Toute forme d’actif tel que les devises, les actions ou même l’acte de vente d'une maison peut être déposé au sein de la blockchain et programmé pour réagir lorsqu’un critère de déclenchement spécifique est atteint. Cela permet d’automatiser les procédures généralement effectuées par un intermédiaire, en transférant par exemple un actif lorsque le paiement est reçu ou en rendant l’actif à son propriétaire lorsque le paiement n’est pas effectué.

Cela peut également être élargi pour que la blockchain soit liée à la performance d’un autre actif, par exemple en programmant la blockchain pour qu’elle vende les actions d'une société lorsque leur cours atteint un niveau spécifique.

La machine virtuelle Ethereum s’oriente principalement sur le traitement des contrats intelligents complexes. L’Ethereum montre ainsi comment les blockchains, les crypto-monnaies et leur rôle continuent à se développer au fil du temps.

Qu'est-ce que l'ethereum et comment fonctionne-t-il ?

Différents types de technologie blockchain

Selon Coinmarketcap, seulement 12 crypto-monnaies possèdent une capitalisation boursière de plus de 5 milliards de dollars. Il existe cependant plus de 1 300 crypto-monnaies, nombre d’entre elles ayant échoué, car elles s’ajustent constamment. Il est important de savoir que chaque crypto-monnaie et chaque blockchain se distingue d'une manière ou d'une autre.

Les crypto-monnaies les mieux comprises sont celles qui sont conçues pour faciliter les paiements, comme par exemple le bitcoin ou le litcoin. Ce sont des devises peer-to-peer qui utilisent une blockchain publique accessible à toutes les personnes possédant un ordinateur suffisamment puissant.

On trouve également une blockchain privée qui recourt à un point de contrôle unique. Une société ou une institution peut décider du niveau de contrôle qu’elle pense nécessaire dans la blockchain (par exemple, quels clients et quels employés peuvent y accéder) tout en bénéficiant de la sécurité cryptée, des procédures automatisées et des avantages de la réduction des coûts liés à l’exploitation d'une blockchain interne.

On trouve aussi un mélange de ces deux blockchains qui est le fer de lance des consortiums. Un groupe de sociétés partage une blockchain, comme par exemple toutes les banques internationales majeures. Aucune banque n’a le contrôle. Au lieu de cela, toutes les banques parviennent à un consensus. On peut considérer cela comme une blockchain pour des membres privés.

Les dix meilleures alternatives au bitcoin à connaître

La blockchain présente des possibilités infinies et il est certain que son potentiel va bien au-delà des crypto-monnaies. En plus de l’enregistrement des transactions financières, elle peut enregistrer tout type de transaction numérique. Cela signifie qu’elle peut être utilisée pour enregistrer les changements de toutes les informations numériques (comme les dossiers médicaux) ou enregistrer toute transaction utilisant des actifs numériques (comme les actes de vente de maisons).

Par conséquent, cette technologie versatile a suscité l’intérêt de tous types de secteurs, comme l’indique le rapport de CB Insights, qui liste les 36 plus grands secteurs pouvant être transformés par la blockchain.

36 secteurs pouvant être transformés par la technologie blockchain

Secteur bancaire Applications de messagerie Hedge funds
Vote Identité de sites webs et DNS Sécurité des infrastructures essentielles
Covoiturage Publicité en ligne Bourses de crypto-monnaies
Enseignement et milieu académique Ventes et locations de voitures IoD industriel et réseau maillé
Stockage en nuage Informatique en nuage Prévisions
Droits musicaux/de transmission et IP Transactions boursières Immobilier
Assurances Santé Gestion des chaînes d’approvisionnement
Gestion de l’énergie Management du sport Cartes cadeaux et programmes de fidélité
Archives publiques et gouvernementales Suivi des armes Testaments et héritages
Vente au détail Œuvres de charité Forces de l’ordre
Ressources humaines Entreprises et gouvernements corporatifs Historiques de crédit
Impression/Fabrication 3D Crowdfunding Devises influencées par les matières premières

(Source: CB Insights)

Investir sur les crypto-monnaies vs investir sur la blockchain

L’investissement sur les crypto-monnaies est très différent de l’investissement sur une société. Lorsque vous achetez des actions d'une entreprise, vous détenez des parts de celle-ci. Lorsque vous achetez des crypto-monnaies, vous recevez des codes numériques ayant chacun un but différent. Vous ne détenez aucune part de la société qui a créé la crypto-monnaie ou la blockchain.

Prenons l’exemple du ripple. La société possède deux éléments essentiels : sa blockchain RippleNet et son « actif numérique », le XRP. Le XRP n’est pas vraiment une crypto-monnaie car vous ne pouvez rien acheter avec, contrairement au bitcoin ou au litecoin. Son unique fonction est d’améliorer la liquidité du système de paiements mondial en fluidifiant la blockchain.

Qu’est-ce que le ripple ?

La liste des clients utilisant RippleNet est impressionnante. RippleNet est conçue pour connecter les banques et les fournisseurs de paiements et pour accélérer le transfert d’argent dans le monde. Les clients n'ont cependant pas besoin d’utiliser ou d’acheter du XRP pour utiliser RippleNet.

Fin 2017, plus de 100 sociétés avaient souscrit à RippleNet, mais une seule testait le XRP. Le rythme s’est accéléré depuis, et un petit groupe de clients testent désormais le XRP sous différentes formes, notamment des grands noms tels que MoneyGram International. La société a affirmé que de nombreuses banques planifiaient d’adopter le XRP à l’avenir.

Alors dans quoi réside la valeur du XRP ? À terme, il est probable que la demande pour la quantité restreinte de XRP existant provienne du nombre croissant d’entreprises utilisant RippleNet et choisissant d'utiliser le XRP. Dans la sphère des crypto-monnaies, qui de mieux que les grandes banques pour vous pourchasser pour votre précieuse crypto-monnaie ?

Mais que se passera-t-il si la blockchain réussit sans la crypto-monnaie et que le mantra « le bitcoin c’est mal, la blockchain c’est génial » est vrai ? En théorie, la société devient prospère, les banques modernisent le système de paiements mondial en utilisant la blockchain et l’investisseur se retrouve avec un portefeuille de crypto-monnaies qui pourrait tout aussi bien être rempli de dollars zimbabwéens (qui pourrait au moins servir de rappel quant à ce qui peut arriver à n'importe quelle devise, fiduciaire ou numérique).

Initial coin offerings vs initial public offerings

Les initial coin offerings (ICO) ont été l’une des évolutions les plus controversées du marché. Les ICO sont désormais le moyen privilégié pour les start-ups de lever les fonds initiaux dont elles ont besoin pour créer un projet de nouvelle crypto-monnaie ou de blockchain. Une certaine partie de la nouvelle crypto-monnaie est vendue aux premiers acheteurs qui espèrent que la valeur de ces crypto-monnaies augmente afin de réaliser un profit.

C’est très différent des initial public offering (IPO ou introductions en bourse) où l'on achète les actions d'une société. Les deux raisons principales pour lesquelles une société privée entreprend une IPO est de lever des fonds très importants qu’elle n’aurait pas pu lever autrement pour pouvoir réaliser ses objectifs d’expansion, ou bien de permettre aux premiers investisseurs et aux investisseurs privés d’être payés. Les IPO sont utilisées par les propriétaires pour sortir d’un investissement alors que les ICO sont utilisées par les start-ups pour entrer sur le marché.

Comment investir sur la technologie blockchain ?

Les adeptes des crypto-monnaies et les entreprises continueront à s’affronter en ce qui concerne le futur du bitcoin et de toutes ses déclinaisons, mais ils sont tous deux d’accord pour dire que la technologie blockchain peut révolutionner le monde, même s’ils souhaitent différents types de révolution.

Il existe de nombreuses façons d’accroître son exposition à la technologie blockchain sans acheter de crypto-monnaies.

Les sociétés de blockchain s'unissent pour former des consortiums

Presque tous les géants technologiques et les institutions financières ont commencé à développer ou à investir dans la technologie blockchain, et beaucoup collaborent. Selon Deloitte, plus de 40 consortiums avaient été créé jusqu’à août dernier, et ce nombre augmentera. Les services financiers ont été le secteur le plus rapide à créer des partenariats avec des groupes comme R3, mais d’autres secteurs suivront à mesure que l’on découvre de nouvelles utilisations de la technologie blockchain.

L’Energy Web Foundation (EWF) aide à introduire la blockchain dans le secteur de l’énergie en impliquant des entreprises comme Centrica, Royal Dutch Shell, Statoil et Engie. Hyperledger est une plateforme open-source qui développe la blockchain à une échelle industrielle. La construction, les médias et les télécommunications, la santé et le secteur public ne sont que quelques secteurs essayant déjà d’exploiter la technologie blockchain.

La plupart des géants technologiques participent à de nombreux consortiums : Accenture est un membre de R3 et d’Hyperledger. Parmi les membres les plus importants de R3, on compte notamment Microsoft, Oracle, EY et Infosys. Le projet Hyperledger est dirigé par IBM et compte parmi ses membres Airbus, American Express, Cisco, Daimler, Fujitsu, Hitachi, Intel, JPMorgan, NEC et SAP.

Blockchain : après tout, qu’est-ce qu’un nom ?

À l’instar d’une tendance similaire durant la bulle internet des années 90 où les entreprises se sont précipitées pour ajouter un « .com » à leur nom, de nombreuses sociétés ont vu le cours de leurs actions augmenter en ajoutant simplement « blockchain » ou quelque chose de similaire à leur nom. Même le créateur de boissons américain Long Island Iced Tea s’appelle désormais Long Blockchain Corp. Les actions ont clôturé en hausse de 183 % le jour de l’annonce, engendrant une hausse subite suivie par d'importantes variations de cours durant les jours qui ont suivi, rivalisant avec la volatilité des crypto-monnaies. Les actions ont baissé de manière significative depuis, même si elles s’échangent toujours à un cours supérieur à celui pratiqué avant le changement de nom.

Un « moment Kodak » représentait auparavant un moment unique et rare. Désormais, ce terme est de plus en plus utilisé pour se référer à ceux qui n’arrivent pas à suivre l’évolution du marché et à répondre à une technologie de rupture. Les actions Eastman Kodak ont augmenté plus tôt dans l’année après avoir dévoilé un partenariat avec WENN Digital pour lancer la blockchain KODAKOne dans le but de gérer les droits d'image des photographes et le KODAKCoin pour l’accompagner.

Kodak graphique

Kodak est l’un des plus grands noms à prêter son nom pour la création d'une blockchain, mais ses effets bénéfiques sont toujours à prouver. L’ICO pour le KODAKCoin est toujours ouverte.

Les sociétés liées à la blockchain

De nombreuses entreprises à petite capitalisation boursière se sont orientées vers la blockchain. Coinsilium a été la première société d'investissement sur blockchain au monde à réussir une IPO (et non une ICO) sur une bourse reconnue. De nombreuses activités offrent des opportunités pour différents investisseurs.

Nom de la société Activité liée à la blockchain
YouGov Plateforme publicitaire en développement, YouGov Direct
Block Commodities Chaînes d’approvisionnement pour les matières premières en Afrique
Bottomline Technologies Traitement des paiements nationaux et internationaux
Blockchain Worldwide Société d'investissement blockchain
Glance Marché en ligne fidélisant pour clients B2C
Kryptonite1 Investisseur dans les jetons et les projets basés sur les jetons
Clear Leisure A investi dans la société informatique de minage Miner One
Draper Esprit A investi dans la société de sécurité française Ledger
Veltyco Group Contrôle en majorité la société de portefeuilles de crypto-monnaies Varkasso
WANdisco Développe les technologies brevetées dans la blockchain
Vela Technologies Investit sur les mineurs et Mining-as-a-Service (MaaS)
Tekcapital A levé des fonds via un « événement de création de jetons »
Cnet Telecom Jeton Cnet5G, alimenté par les contrats intelligents sur l’Ethereum
DigitalTown Plateforme B2C locale pour Londres avec « CityShares »
Workday 250 milliards de dollars de fonds pour les nouvelles technologies, dont la blockchain
TechFinancials Intérêt dans la société de trading de diamants par blockchain Cedex
ADVFN and On-Line Crypto-monnaie des réseaux sociaux PlusOneCoin avec portefeuille
Blue Star Capital SatoshiPay s’associe avec Stellar Development Foundation
360 Blockchain Investisseur en technologie blockchain et sociétés de minage
BTCS Investit sur les crypto-monnaies
BTL Group Projet européen sur l’énergie utilisant la plateforme Interbit
DigitalX Services de conseil pour les ICO, consulting, développement de logiciels
eXeBlock Technology Consulting, développement d’applications, personnalisation
HIVE Blockchain Marchés financiers traditionnels, partenariat pour le minage
HashCash Technology Société de minage basée au Canada

Machines de minage de crypto-monnaie : fabricants de matériel

Un dernier groupe à prendre en compte peut être facilement oublié. La plupart des crypto-monnaies sont créées par le biais d’un procédé appelé le minage. Avec les monnaies fiduciaires, une banque centrale contrôle l’offre et la distribution d’argent.

En l’absence d’autorité centrale, les bitcoins sont minés à l’aide des ordinateurs (plateformes de minage) grâce à un logiciel spécial pour résoudre des problèmes mathématiques complexes en échange de nouveaux bitcoins. C’est ce qui encourage les gens à utiliser leurs ordinateurs pour maintenir le système de blockchain.

Ce procédé requiert du matériel vraiment lourd et offre donc des opportunités pour les sociétés qui créent les processeurs et les puces utilisées pour le minage. Selon un rapport de RBC Capital Markets publié l’année dernière, les cartes graphiques (GPU), plus fréquemment utilisées par les gamers, représentent presque les deux tiers du coût total d’une plateforme de minage.

NVIDIA Corp domine ce marché, comptabilisant bien plus de 70% des ventes et Advanced Micro Devices (AMD) est son principal concurrent. Cependant, les circuits intégrés spécifiques à une application (ASIC) deviennent de plus en plus populaires chez les mineurs car les GPU ont été critiquées pour leur manque de puissance. Cependant, Nvidia et AMD ne fabriquent pas d’ASIC, mais les deux sociétés devraient commercialiser des nouvelles cartes graphiques spécialement conçues pour le minage dans un futur proche.

En savoir plus sur l'impact du minage sur la valeur des crypto-monnaies

Entre-temps, Micron Technology, le plus gros fabricant de puces mémoires aux États-Unis, pourrait également bénéficier de l’utilisation de ses composants dans les plateformes de minage et les ventes de processeurs Intel sont susceptibles d’augmenter. Intel a fourni sa plateforme de registre partagé au consortium Hyperledger et également un ensemble spécial d’instructions CPU appelé Intel Software Guard Extensions afin d’améliorer la confidentialité et la sécurité des transactions blockchain.

Conclusion

« Ils devraient parler des entreprises. Le bitcoin pourrait être le grand gagnant, ça pourrait aussi être Betamax » - David Stockman, ancien directeur du Bureau de la gestion et du budget américain (1981 - 1985).

Le déchainement autour des crypto-monnaies peut parfois nous empêcher de voir d’autres aspects du marché. Les sociétés et les investisseurs ne sont pas d’accord sur la provenance de la valeur.

Avec des crypto-monnaies d'une valeur de centaines de milliards de dollars et des prévisions de MarketsandMarkets annonçant que le marché de la blockchain vaudra plus de 7,6 milliards de dollars d'ici 2022 (contre 240 millions en 2016), les enjeux sont importants, mais il n’y a pas de raison que les deux ne puissent pas profiter de leur succès respectif.

Ces informations ont été préparées par IG Europe GmbH et IG Markets Limited. En plus de la déclaration ci-dessous, le contenu de cette page ne contient pas d’enregistrement de nos cours, ni d’offre ou de sollicitation d’une transaction sur un instrument financier. IG décline toute responsabilité quant à l’utilisation qui pourrait être faite de ces commentaires et aux conséquences qui pourraient en découler. Aucune déclaration ou garantie n’est donnée quant à l’exactitude ou à l’exhaustivité de ces informations. Par conséquent, toute personne qui agit en son nom le fait entièrement à ses propres risques. Toutes les recherches citées ne tiennent pas compte des objectifs spécifiques d’un investissement, de la situation financière ou des besoins propres à chaque investisseur susceptible de les recevoir. Ces informations n’ont pas été préparées conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et, en tant que tel, sont considérées comme une communication marketing. Bien que nous ne soyons pas spécifiquement contraints de traiter en amont de nos recommandations, nous ne cherchons pas à en tirer profit avant qu’elles ne soient fournies à nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes et le résumé trimestriel.

Ces sujets pourraient vous intéresser…

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui fait de nous les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 75% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les options et les turbos warrants sont des instruments financiers complexes présentant un risque de perte en capital. Les pertes peuvent être extrêmement rapides. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi. Les CFD, les options et les turbos warrants sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi.