Élections législatives italiennes 2018

Les élections législatives italiennes de 2018 sont maintenant terminées et les votes sont partagés entre le Mouvement 5 Étoiles, la coalition de centre-gauche et celle de centre-droit. Apprenez tout ce qu’il faut savoir sur ce scrutin et surveillez les réactions des marchés.

Le trading avec effet de levier amplifie les gains et pertes.
Selon le type de compte utilisé, le risque de perte en capital peut être supérieur au montant investi.

Quels sont les résultats des élections législatives italiennes 2018 ?

Les résultats issus du Ministère de l’intérieur italien montrent qu’aucun parti ou coalition en lice n’a atteint le nombre de votes suffisant pour former un gouvernement, avec le partage suivant :

La coalition de centre-droit

  • Chambre des Députés : 37%
  • Sénat : 37,5%

Elle regroupe les partis de droite avec à sa tête Forza Italia (FI) le parti de Silvio Berlusconi, et le parti euro-sceptique la Ligue du Nord (LN)

En savoir plus

Le Mouvement 5 Étoiles

  • Chambre des Députés : 32,7%
  • Sénat : 32,2%

M5S, un mouvement populiste et euro-sceptique militant pour une démocratie directe

En savoir plus

La coalition de centre-gauche

  • Chambre des Députés : 22,9%
  • Sénat : 23%

Elle regroupe les partis de gauche pro-européens avec à sa tête le Parti démocrate (PD)

En savoir plus

L’Italie se trouve donc dans une situation où son parlement n’a pas de majorité et entre maintenant dans une période d’incertitude politique lors de laquelle les différents groupes tenteront de former un gouvernement de coalition. Ce processus pourrait durer des semaines voire des mois car il exige des négociations approfondies avec les partis minoritaires. Cette incertitude pourrait ébranler la confiance des investisseurs dans l'avenir économique et politique du pays et ainsi semer le trouble sur certains marchés.

En quoi cette élection est-elle importante pour les investisseurs ?

Les résultats étant partagés entre les différents partis, de nombreux investisseurs prêteront une attention soutenue à l’évolution de la situation au cours des prochaines semaines et prochains mois.  Il reste encore à voir si l’impasse politique découlant de l’absence de majorité au parlement s’éternisera, ou si une coalition se créera.

Quoi qu’il arrive, les événements des prochaines semaines détermineront la direction économique et politique de l’Italie, quatrième puissance économique en Europe, avec des possibles répercussions sur le reste des pays européens.

Comment les élections italiennes pourraient-elles influencer les marchés ?

De nombreux marchés pourraient être impactés par les résultats du scrutin et les retombées politiques l’accompagnant. En voici une liste non-exhaustive :

Les indices et les actions

Le FTSE MIB (Italie 40 sur la plateforme IG) a chuté de 1,5% à l’ouverture des marchés le lendemain des élections. De nombreuses entreprises le composant sont fortement liées à l’économie italienne et sont donc susceptibles de ressentir les effets de l’instabilité politique au cours des prochaines semaines.

Si l’euro chute, les banques et les services financiers comme la Banca Monte dei Paschi di Siena et UniCredit pourraient se retrouver en difficulté. En revanche, les exportateurs nets comme, par exemple, les entreprises pharmaceutiques, pourraient en tirer profit. 

En 2016, le DAX, le CAC 40 et le FTSE 100 ont tous bénéficié d’une hausse après la victoire du « non »  au référendum italien, ce qui indique qu’ils pourraient tirer parti d’une crise politique en Italie.

Les cours en temps réels

Valeurs Vente Achat Variation
EUR/USD
liveprices.javascriptrequired
-
-
EUR/GBP
-
-
-
Italie 40
-
-
-
Allemagne 30
-
-
-
France 40
-
-
-
FTSE 100
-
-
-
Or au comptant
-
-
-
Cuivre High Grade
-
-
-
Treasury Bond Decimalised
-
-
-
Gilt Long Terme
-
-
-

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site.
Les cours sont donnés à titre indicatif.

Le forex

Il est probable que l’euro soit volatil dans les semaines à venir, étant donné l’instabilité politique et la popularité des partis euro-sceptiques Sa cotation est susceptible d’être impactée par l’avancée des discussions concernant une possible coalition et par les partis qui seront sur le devant de la scène politique italienne.  Surveillez les paires comme l’EUR/USD et l’EUR/GBP, et soyez prêt à réagir aux actualités.

Les matières premières

Les valeurs sûres comme l’or et l'argent sont susceptibles d'agir à l’encontre du sentiment de marché sur l’euro, avec une hausse de leurs cours si la monnaie chute et inversement. Cependant, les élections n'auront probablement pas d’incidence sur les autres matières premières, sauf si le nouveau gouvernement élu annonce un programme qui pourrait les impacter. Par exemple, les cours des matériaux utilisés dans les projets de construction, comme l'aluminium et le cuivre, pourraient augmenter si les mesures d'austérité de l’UE prenaient fin et que de nouveaux projets d’infrastructure étaient annoncés.

Les obligations

Les élections pourraient provoquer une certaine volatilité sur le marché des obligations. Les rendements sur les obligations italiennes (par exemple le BTP italien) pourraient augmenter si l’instabilité politique continue, et les cours pourraient chuter par rapport à d’autres obligations européennes majeures comme le bund allemand. Les marchés sont susceptibles de réagir rapidement si l’une des majorités euro-sceptiques venait à se démarquer. Cela pourrait entraîner l’émission d’obligations plus protégées, comme par exemple des Treasury Bond Decimalised ou des Gilts long terme. À l’inverse, une majorité pro-européenne pourrait favoriser l’essor des obligations italiennes.

Qui sont les grands gagnants des élections législatives italiennes 2018 ?

Les votes ont été tellement fragmentés qu’aucun parti n'a remporté la majorité des sièges. Un parlement sans majorité ou un gouvernement de coalition sont désormais l’issue la plus probable. Dans ce contexte, il est difficile de prévoir qui sera le prochain Premier ministre. En effet, de nombreux partis doivent encore nommer leur candidat officiel à ce poste. Il s'agit de l'un des points à négocier lors de la formation d’une coalition (le Premier ministre doit être élu par les nouveaux sénateurs et représentants, en accord avec le Président Italien).

Les votes se divisent parmi ces trois principaux groupes :

La coalition de centre-droit est composée de partis qui mènent une politique marquée à droite. Les deux partis phares sont Forza Italia (FI) et la Ligue du Nord (LN). La coalition entend introduire un taux d’imposition forfaitaire, supprimer les mesures d'austérité de l'UE ainsi que réviser les traités européens, créer de nouveaux emplois et rapatrier les migrants clandestins. Elle est toutefois divisée sur sa position au sein de l’UE et sur le respect de la limite du déficit budgétaire fixée par l’UE. La coalition est dirigée par Silvio Berlusconi (à la tête de Forza Italia), qui est actuellement suspendu de ses fonctions en raison d'une condamnation pour fraude fiscale, en cours de révision devant la Cour européenne des droits de l'homme. En son absence, les partis ont convenu que celui qui recevrait le plus de voix serait en droit de nommer le Premier ministre.

Les prétendants au poste de Premier ministre :

  • Leonardo Gallitelli (ancien commandant en chef du corps des carabiniers)
  • Antonio Tajani (Président du Parlement européen)
  • Matteo Salvini (à la tête de la Ligue du Nord)

Le Mouvement 5 étoiles (M5S)

Le M5S est un mouvement politique qui se qualifie de « non-parti », ses membres sont des euro-sceptiques modérés. Ils prônent la démocratie participative directe et les militants sont invités à choisir les candidats et à se prononcer sur les orientations politiques sur internet via la plateforme « Rousseau ». Ils proposent de réduire les impôts et l’immigration, réformer les réglementations bancaires pour protéger l’épargne des citoyens, et supprimer les mesures d'austérité de l’UE pour permettre de mieux investir dans l’infrastructure et l’éducation. Luigi Di Maio, le leader de 31 ans, a commenté qu’en dernier recours il pourrait proposer de quitter l’UE si elle n'acceptait pas les réformes qui permettraient à l’Italie d’implémenter ce programme.

Prétendant au poste de Premier ministre : 

  • Luigi Di Maio (vice-président de la chambre des députés) est le candidat au poste de Premier ministre pour le Mouvement 5 étoiles

La coalition de centre-gauche

La coalition de centre-gauche est composée de partis qui mènent une politique de gauche modérée. Le membre phare de ce groupe est le Parti démocrate (PD), qui entend créer davantage d’emplois, garder l’Italie dans l’UE, investir dans l’éducation et la formation, et maintenir une politique d’immigration douce. Le parti est dirigé par l’ancien Premier ministre Matteo Renzi. En cas de victoire de la coalition, il est peu probable qu’il entre en fonction de nouveau dû à une baisse de sa cote de popularité.

Les prétendants au poste de Premier ministre :

  • Paolo Gentiloni (le Premier ministre italien actuel)
  • Marco Minniti (le ministre de l’Intérieur)
  • Carlo Calenda (le ministre du Développement économique)

Ouvrir un compte

L'ouverture de compte est gratuite et sans engagement.

Notre formulaire ne prend pas plus de 5 min à remplir.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

  • Trading sur indices

    Investissez sur les indices du monde entier avec une cotation 24h/24 sur les indices majeurs

  • Trading sur forex

    Spéculez sur les résultats des élections sur plus de 90 paires de devises

  • Trading sur actions

    Positionnez-vous à la vente ou à l'achat sur des milliers d'actions

Nous contacter

Notre Service Clients est disponible 24h/24 à partir de 9h le dimanche jusqu'à 23h le vendredi et de 10h à 18h le samedi.

01 70 98 18 19

ou par email à support.fr@ig.com.