Les Bourses européennes et américaines en berne

Mardi, le CAC 40 a clôturé en baisse de -0,11% à 5101,86 points, dans un volume d'échanges de 3,35 milliards d'euros.

Les Bourses européennes et américaines en berne

Le FTSE 100 britannique s'est démarqué en gagnant +0,23% à 7365,50 points. Le DAX allemand a reculé de -0,50% à 12 139,35 points et l'Euro Stoxx 50 de -0,30% à 3470,04 points.

Aux Etats-Unis, les indices ont également terminé dans le rouge : le S&P 500 a reculé de -0,14% à 2353,78 points, et le Nasdaq Composite de -0,24% à 5866,87 points. Le Dow Jones est resté stable avec -0,03% à 20 651,30 points.

La position américaine face à la Russie au sujet de la Syrie pèse sur les cours.

Hier, l’indice des prix à la consommation annuel du Royaume-Uni est paru à 2,3% comme attendu par le consensus. L’indice ZEW du sentiment économique en Allemagne a été publié à 19,5 points, soit supérieur aux attentes du consensus à 14 points.

Au chapitre des statistiques économiques de la journée, l’indice des prix à la consommation annuel de la Chine est paru à +0,9%, soit légèrement en-dessous des attentes du consensus à +1%.

Nous connaîtrons pour le Royaume-Uni l’indice des revenus moyens bonus compris (consensus à +2,2%) et l’évolution du nombre de demandeurs d’emploi (consensus à -3000). Aux Etats-Unis, l’évolution des stocks de pétrole brut est attendue (consensus à +316 000 barils).

Sur les secteurs du Stoxx Europe 600, les plus fortes hausses ont été les secteurs du voyage et des loisirs (+0,97%), de la distribution (+0,84%) et de l’immobilier (+0,72%).

Les plus fortes baisses ont été les secteurs de la technologie (-1,21%), des banques (-0,89%) et de la chimie (-0,66%).

Concernant le palmarès du CAC 40, les plus fortes hausses ont été Vinci (+1,72% à 74,98€), Unibail-Rodamco (+0,81% à 224,90€) et Michelin (+0,67% à 112,40€).

Les plus fortes baisses ont été ArcelorMittal (-2,00% à 7,50€), Nokia (-1,71% à 4,93€) et Valeo (-1,63% à 60,32€).

Du côté des recommandations des brokers, Berenberg rehausse son objectif de cours de 260 à 280€ pour Kering.

Deutsche Bank et Credit Suisse relèvent respectivement de 210 à 225€ et de 215 à 225€ pour LVMH.

JP Morgan remonte sa cible de 24,3 à 27,8€ pour Axa, et de 71 à 87€ pour Sanofi.

Barclays Capital n’est plus à l’achat pour Carrefour et abaisse sa cible de 28 à 23,5€.

Sur le marché des changes, mardi vers 21h00 l’euro valait 1,0605$, contre 1,0593$ lundi.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordres. Les informations ci-dessus sont issues d’un prestataire externe et ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent pas un historique de nos cotations. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.