CAC 40 : à la merci des rumeurs

Les marchés européens sont à la merci des rumeurs. Aujourd’hui, la rumeur sur un ralentissement du programme d’achat d’obligation de la BCE pèse sur les marchés.

CAC 40 : à la merci des rumeurs

Vers midi, le CAC 40 recule de -0,79% à 4467,71 dans un volume d’affaires de 961 millions d’euros. Tendance similaire ailleurs en Europe, où le DAX perd -0,73% à 10542 points, le Footsie londonien baisse de -0,53% à 7036,30 points, et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs européennes plie de -0,81% à 3010 points.

En Asie, le Nikkei 225 a grimpé de +0,50% à 16819,24 points, le Hang Send Index a gagné +0,42% à 23788,31 points. En Chine, les marchés étaient fermés aujourd’hui.

Au chapitre des statistiques macroéconomiques, l’indice PMI Composite de septembre anime la séance d’aujourd’hui. En zone euro, l’indicateur de septembre baisse à 52,6 points (consensus Bloomberg 52,6) contre 52,9 points d’août. En France, l’indice est publié à 52,7 (consensus Bloomberg 53,3). En Allemagne, l’indicateur grimpe à 52,8 points (consensus Bloomberg 52,7). Au Royaume-Uni, l’indice PMI service a ralenti à 52,6 (consensus Bloomberg 52,2) contre 52,9 en août. Aux Etats-Unis, le nombre de créations d’emplois non agricoles ADP de septembre est attendu à 14h15 (consensus Bloomberg à 165k), l’indice PMI non manufacturier de l’ISM de septembre sera publié à 16h00 (consensus Bloomberg à 53,0), et les stocks hebdomadaires de pétrole brut seront annoncés à 16h30 (consensus Bloomberg +2,56 millions de barils).

Sur le front des matières premières, dans l’attente de la publication des stocks hebdomadaires aux Etats-Unis qui ont baissé de -1,88 millions de barils la semaine dernière, les cours du brut grimpent de +0,66% à 51,65 dollars. Le baril de WTI gagne +0,37% à 49,44 dollars.

Sur le marché des devises, l’euro grappille +0,12% face au dollar (EUR/USD : 1,1218$). La livre sterling est en très légère baisse de -0,06% (GBP/USD : 1,2717$).

Pour le palmarès du CAC 40, trois valeurs bancaires se hissent en tête des fortes hausses à la mi-séance : BNP Paribas (+2,14 à 47,01 euros), AXA (+1,92% à 19,33 euros), et Société Générale (+1,92% à 31,49 euros). Dans les plus fortes baisses nous retrouvons Accor (-2,64% à 34,87 euros), Cap Gemini (-2,36% à 86,60 euros), et Unibail-Rodamco (-2,31% à 232,15 euros).

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.