Temporisation avant le rendez-vous crucial de la semaine prochaine

L’indice phare de la Bourse de Paris (CAC 40) a clôturé en fort recul vendredi (-1,84% à 4.549,56 points), terminant au plus bas depuis début octobre, déstabilisée par la dégringolade des cours du pétrole qui nourrit les craintes sur la croissance mondiale.

Net recul des places boursières mondiales

Parmi les autres marchés européens, Francfort a lâché 2,44% et Londres 2,22%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a perdu 2,04%. 
Aux Etats-Unis, Wall Street a terminé une semaine difficile sur une chute vendredi, dans le sillage des autres grandes places boursières et du marché du pétrole: le Dow Jones a perdu 1,76% et le Nasdaq 2,21%.

Des statistiques venant de Chine ont été publiées ce week-end. La production industrielle chinoise a connu une forte accélération en novembre, bien plus marquée qu'attendu et mettant un terme à plusieurs mois d'essoufflement.

Elle est ressortie à 6,2% sur un an, contre une hausse de 5,6% en octobre, a indiqué samedi le Bureau national des statistiques (BNS). Soit sa plus forte progression depuis juin, bien au-delà de la prévision médiane des analystes sondés par Bloomberg Newswires (+5,7%). 
Autre chiffre encourageant dévoilé samedi: les ventes au détail, baromètre des dépenses des ménages chinois, ont augmenté en novembre de 11,2% sur un an, leur rythme de progression le plus rapide depuis décembre 2014.

Parmi les valeurs, le secteur pétrolier et des matières premières a été une nouvelle fois sous pression vendredi, à l'image de Total (-2,97% à 41,80 euros), Technip (-1,96% à 46,16 euros), Vallourec (-4,94% à 8,33 euros) et ArcelorMittal (-6,38% à 3,60 euros).

Renault a chuté (-5,28% à 87,84 euros). Le constructeur automobile japonais Nissan et le gouvernement sont parvenus à un "accord de stabilisation" encadrant l'influence de l'Etat français au sein du groupe à l'issue d'un Conseil d'administration de la marque au losange. 
Schneider Electric a souffert (-3,18% à 53,25 euros) d'un abaissement de recommandation par RBC.

Eurofins a plongé (-9,68% à 306,20 euros), après avoir renoncé jeudi à une augmentation de capital, via un placement accéléré d'actions nouvelles, en raison de conditions de marché "défavorables".

Publicis a perdu 2,15% à 57,69 euros. Le groupe a relativisé des pertes de contrats aux Etats-Unis, notamment auprès de L'Oréal et Procter and Gamble, soulignant qu'ils représentaient des manque à gagner de faible ampleur.

En revanche, Elior a pris 2,04% à 17,75 euros, après que le groupe a annoncé avoir plus que doublé ses bénéfices au cours de son exercice 2014-2015, achevé fin septembre.

Adocia a profité (+2,36% à 72,47 euros) du paiement d'étape annoncé de 10 millions de dollars dans le cadre de son partenariat avec l'américain Eli Lilly, spécialiste du diabète, après le succès d'une étude pilote.

Sur le marché des changes, l'euro reculait face au dollar lundi mais restait proche du seuil des 1,10 dollar. Vers 08H00 à Paris, la monnaie unique européenne valait 1,0975 dollar, contre 1,0997 dollar vendredi vers 23H00.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.