Les fintech en Suisse : opportunités et défis

Fintech

En tant que pays stable, sûr, et favorable à la création de valeur, la Suisse possède tous les requis nécessaires afin de croître dans le domaine des fintech. Toutefois le processus se révèle plus long que dans les autres pays européens, principalement à cause des problématiques culturelles et réglementaires.

 

 

La digitalisation progressive conduit à une croissance des fintech

Avec la digitalisation croissante des services, le secteur financier a dû repenser et adapter son business model. Ceci a conduit à une explosion des start-ups fintech qui ont - selon une étude de l’agence de marketing digitale Blueglass, réalisée en collaboration avec IG Bank - plus que triplé leurs investissements entre 2013 et 2014.

La Suisse est l’environnement idéal à ce type de développement

Grâce à sa haute confidentialité, sa politique libérale, ses ménages fortunés et sa tradition bancaire, la Suisse présente de nombreux avantages pour l’établissement de la scène fintech. Néanmoins, la Suisse se fait distancer par plusieurs pays voisins en Europe en matière de fintech. Rien qu’en 2014, les entreprises dans le secteur investissaient 40 fois de plus en Allemagne qu’en Suisse.

Les défis du développement des fintech en Suisse

Selon Thomas Landis, Senior Innovation Manager à la SIX et Head of Innovation chez Paymit, la Suisse dispose d’excellents banquiers qui bénéficient de revenus élevés et d’une bonne stabilité de travail, ce qui les rend plus réticents que d’autres vis-à-vis de projets entrepreneuriaux nouveaux et risqués.

Marc P. Bernegger, entrepreneur dans le web et les fintech, souligne que la Suisse manque de cette dynamique nécessaire à ce genre de développement, comme on la voit par contre à Londres ou à Singapour.

La réglementation de la FINMA constitue le défi majeur

IG Bank, en concertation avec d’autres banques de trading en ligne, a adressé à la FINMA une proposition pour faciliter l’ouverture de nouveaux comptes à travers la vérification digitale de l’identité. La réponse se fait tout de même attendre.

Le bouleversement du secteur bancaire en Suisse

Du point de vue d’IG Bank, le secteur financier suisse est en transformation suite à la fin du secret bancaire. Les asset managers, les fonds et les banques privées ne peuvent plus compter uniquement sur la préservation du capital. Ils cherchent pour cela de nouvelles manières de créer de la valeur pour le portefeuille de leurs clients. Afin d’atteindre ce but, la seule manière sera d’engager une démarche de développement d’applications pour les clients, en interne ou en outsourcing : les spécialistes IT occuperont évidemment une place de premier plan dans la finance au niveau globale.

Afin de simplement illustrer cela, chez IG, nous avons assisté à une demande croissante de marques blanches (les white labels). En effet, le système de marque blanche permet aux clients d’utiliser notre technologie de trading et de back office et de la configurer selon leurs besoins. Pour faire face à cette demande IG emploie près de 600 spécialistes IT sur un total de 1 400 employés ; un chiffre en constante croissance. 

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.