Décrochage des marchés sous l'influence grecque

L’indice CAC 40 a terminé en repli assez net hier à 4.790,20 points (-1,63%) dans un volume d'échanges très nourri de 6,3 milliards d'euros.

Jour de défaut pour la Grèce

Le marché a nettement perdu du terrain en début de séance, avant de remonter et de passer brièvement dans le vert, puis de se replier à nouveau.

Parmi les autres marchés européens, Francfort a lâché 1,25% et Londres 1,50%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a perdu 1,29%.

Les investisseurs ont été brièvement rassurés par l'espoir de voir les discussions reprendre entre la Grèce et les créanciers, mais les déclarations sont contradictoires.

La chancelière Angela Merkel a toutefois fait savoir que l'Allemagne n'était pas prête à discuter d'une nouvelle demande d'aide d'Athènes avant la tenue d'un référendum en Grèce dimanche.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker avait auparavant proposé au Premier ministre grec Alexis Tsipras une solution "de dernière minute" susceptible de débloquer un accord sur le renflouement du pays.

A court d'argent, Athènes n'a pas pu honorer hier le remboursement de 1,5 milliard d'euros dus au FMI, devenant ainsi le premier pays industrialisé à faire défaut vis-à-vis de l'institution.

Conséquence immédiate : Athènes est privé d'accès aux ressources financières du FMI et le restera tant qu'il n'aura pas apuré sa dette envers l'institution qui essuie, elle, le plus lourd défaut de son histoire.

Le prochain grand rendez-vous sur ce dossier grec reste toutefois le référendum prévu dimanche au cours duquel les Grecs sont invités par le gouvernement de gauche radicale à dire "non" aux dernières propositions des créanciers.

Mais pour l'heure, les marchés sont loin de céder à la panique.

Wall Street a légèrement monté hier, regagnant une petite partie des fortes pertes subies lundi: le Dow Jones a pris 0,13%  à 17.619,51 points, le Nasdaq 0,57% à 4.986,87 points et l'indice S&P 500 a gagné 0,27% à 2.063,12 points, au lendemain de sa chute la plus importante depuis près de quinze mois.

Parmi les valeurs, le secteur bancaire a reculé après avoir tenté de rebondir en début de séance. BNP Paribas a perdu 1,20% à 54,15 euros, Crédit Agricole 0,63% à 13,34 euros et Société Générale 0,52% à 41,87 euros.

Orange a lâché 1,74% à 13,81 euros après l'annonce d'un accord entre l'opérateur français et son homologue israélien Partner pour permettre à Orange de pouvoir reprendre le contrôle de sa marque dans les 24 mois.

Transgene a plongé (-14,56% à 3,99 euros) après avoir annoncé la suppression d'environ 120 postes dans les activités manufacturières, dans le cadre d'une "réorientation stratégique" sur la recherche et l'avancement de son portefeuille clinique.

Saft Groupe a été affecté (-7,41% à 35,00 euros) par la révision à la baisse de sa recommandation par HSBC, tandis qu'à l'inverse Lagardère (+1,12% à 26,16 euros) profitait de la remontée de la sienne par Citigroup.

CNP Assurances a souffert (-3,32% à 14,98 euros) de commentaires du courtier Exane-BNP Paribas.

Le secteur du luxe a de son côté pâti d'une note de Bank of America-Merrill Lynch. LVMH a perdu 3,94% à 157,15 euros, Kering 1,45% à 160,15 euros et Hermès 4,94% à 334,60 euros.

Sur le marché des changes, l'euro s'affichait en recul, souffrant des hésitations et incertitudes sur l'issue de la crise grecque. Vers 21H00 GMT (23H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1139 dollar, contre 1,1247 dollar lundi vers 21H00 GMT.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.