La baisse reprend, les bons chiffres de l'emploi américain faisant craindre une remontée de taux plus rapide

La Bourse de Paris rebondit lundi matin, après deux semaines de baisse d’affilée. 

Les indices européens se reprennent bien en ce début de semaine !

Comme sur les autres places européennes, la tendance est soutenue par les secteurs de la santé et de la chimie.

A la mi-séance, le CAC 40 progresse de 1,66% à 4 248,30 points dans un volume d’affaires de 685 millions d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien gagne 0,46%, le Dax de la Bourse de Francfort 1,58% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro 1,64%. Le contrat future mars sur indice Dow Jones s’inscrit en hausse de 0,48%.

 D’un point de vue macro-économique, le marché semble de plus en plus parier sur un QE, même si son montant pourrait être moins ambitieux qu’espéré. Ignazio Visco, le gouverneur de la Banque d’Italie, a déclaré au journal Die Welt que le risque de déflation dans la zone euro ne doit pas être sous-estimé, ajoutant que le meilleur moyen d’y remédier est d’acheter des obligations souveraines.

Du côté des statistiques, la Banque de France (BDF) a confirmé tabler sur une croissance de 0,1% du PIB de l’Hexagone au quatrième trimestre 2014. L’enquête de décembre de la BDF fait par ailleurs apparaître une baisse de 1 point à 96 de son indicateur du climat dans l’industrie et de 2 points à 91 de celui des services.

L’OCDE a publié à midi ses indicateurs avancés du mois de janvier.

Alcoa ouvrira ce soir, après la clôture de Wall Street, la saison des publications des résultats du quatrième trimestre aux Etats-Unis. JPMorgan et Wells Fargo feront de même mercredi, Bank of America, Citigroup et Intel suivront jeudi, avant Goldman Sachs vendredi.

Du côté des valeurs, Sanofi progresse de 2,41% à 76,69 euros. L’agence européenne du médicament a accepté d’examiner la demande de mise sur le marché du Praluent (alirocumab), traitement contre le cholestérol développé par Sanofi et Regenero. L’indice Stoxx Europe 600 de la santé s’inscrit en hausse de 0,86%.

Le secteur de la chimie signe la meilleure performance avec un gain de 1,62% à la suite de notes d’analystes. Citigroup est passé de « vente » à « neutre » sur Solvay et de « neutre » à « achat » sur Arkema, tout en relevant son objectif de cours sur Air Liquide de 91 à 99 euros.

Le premier gagne 1,36% à 108,20 euros, le second 3,36% à 55,03euros, et le spécialiste des gaz industriels 2,35% à 102 euros.

Arcelor Mittal plie de 1,09% à 8,65 euros alors que JPMorgan a abaissé son objectif de cours sur l’action du sidérurgiste de 16 à 14 euros.

Parmi les autres notes d’analystes, Bank of America Merrill Lynch a relevé Peugeot de « sous-performance » à « neutre » en portant son objectif de cours de 6,920 à 12,60 euros.

Le broker a au contraire dégradé Alcatel-Lucent de « neutre » à « sous-performance » en ramenant son cours cible de 2,70 à 2,40 euros. L’action du constructeur automobile avance de 2,38% à 10,52 euros, tandis que celle de l’équipementier télécoms recule de 1% à 2,902 euros.

Filiale de Peugeot, Faurecia s’octroie 4,24% à 31,31 euros et Valeo 3,94% à 110,90 euros.

Orange s’apprécie de 1,29% à 14,15 euros. L’opérateur est en discussions avec les deux autres actionnaires de sa filiale cloud, Cloudwatt, en vue de monter à 100% du capital, rapportent Les Echos. Selon le quotidien, Cloudwatt est détenu à 44% par Orange, à 33% par la Caisse des Dépôts et Consignations, et à 22% par Thales.

Lafarge prend 1,31% à 58,751 euros. Les candidats au rachat des actifs mis en vente par le cimentier français et Holcim dans le cadre de leur fusion doivent remettre leurs offres fermes ce lundi au plus tard, indique Reuters en citant des sources proches du dossier.

Enfin, Total gagne 0,83% à 41,40 euros, tandis que Technip et Vallourec reculent de respectivement 2,98% 46,34 euros et 2,60% à 19,63 euros.

Du côté des matières premières, le baril de Brent recule de 2,3% après avoir touché un nouveau plus bas de près de six ans à 48,52 dollars. Goldman Sachs a abaissé son objectif de cours à 50,40 dollars le baril pour 2015, contre 83,75 dollars auparavant et à 70 dollars pour 2016, contre 90 dollars. 

Sur le Forex, la parité euro/dollar est en hausse de 0,38% à 1,1797 dollar.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.