L'attentisme est de mise en ce jour férié

Proche de l'équilibre à l’ouverture, la Bourse de Paris accélère la cadence, dans un volume toutefois rachitique, conséquence de ce jour férié du 11 novembre.

Le CAC 40 avance doucement, en ce jour férié du 11 novembre

Après une ouverture timide, le CAC 40 accélère la cadence et monte, à la mi-séance, de 0,41 %, à 4 240 points. De nouveaux records à Wall Street, voilà ce qui redonne de l’entrain aux grands indices boursiers mondiaux.

A Tokyo, le Nikkei 225 s’est adjugé 2,05 %, à plus de 17 000 points pour la première fois depuis sept ans, grâce à des rumeurs de report de la prochaine augmentation de la TVA.

La hausse du jour doit toutefois être relativisée par l’extrême maigreur des volumes de transactions, qui souffre de ce jour férié. Les opérateurs présents vont se contenter d’expédier les affaires courantes et d’arbitrer leur portefeuille avant une fin de semaine beaucoup plus intense, à la fois sur le front économique et celui des entreprises.

Cinq publications sont encore attendues au sein du CAC 40 entre jeudi et vendredi (GDF Suez, Solvay, Airbus Group, Bouygues et Vivendi) et quatre au Next 20 (Iliad, Lagardère, Sodexo et Arkema).

Côté économie, on guettera, vendredi, l’estimation finale de l’inflation en octobre et celle préliminaire du PIB au troisième trimestre dans la zone euro. Les analystes du consensus FactSet anticipent une maigre hausse de 0,1 % de l’activité entre juillet et septembre en glissement trimestriel, et de 0,7 % sur un an.

Le PIB devrait enregistrer une baisse de 0,1 % en Italie, et afficher des hausses symboliques de 0,1 % en France et en Allemagne. Toute la question consiste à savoir si Berlin traverse un trou d’air, ou s’il s’agit d’une rupture de tendance. Autre sujet de préoccupation, l’inflation.

Côté agenda, un seul indicateur était programmé ce mardi : la confiance des PME américaines en octobre, à 13h 30. Attendu à 95,6, contre 95,3 en septembre, la statistique reste en deçà de sa moyenne de long terme (100) et progresse moins que l’ISM.

Du côté des valeurs, Arcelor Mittal (- 2,22 %) souffre de la dégradation de Citigroup. Le broker a en effet réduit sa recommandation sur le sidérurgiste d’ « achat » à « neutre », et ramené son objectif de cours de 12 à 11 euros. De son côté, Jefferies entame le suivi de Schneider Electric (+ 0,56 % à 62,47 euros) avec un conseil à « sous-performance » et une cible de cours de 62 euros.

Total, première pondération du CAC 40, et Technip cèdent du terrain dans le sillage de cours de l’or noir. Le baril de Brent de la Mer du Nord se rapproche dangereusement de la barre des 80 dollars, à 81,50 dollars (- 0,46 %). Interrogé sur la décrue des prix du pétrole, Arnaud Breuillac, directeur général de la branche exploration et production de Total, a affirmé que les grandes compagnies, à l’instar de la major française, peuvent s'accommoder d'un baril de pétrole autour de 80 dollars : « Elles ont la capacité financière de gérer une courte période pendant laquelle le prix du pétrole est plus bas. »

A l’inverse, Orange s’adjuge 3,45 %, à 12,90 euros, dans le sillage de Vodafone, dont l’action monte de plus de 4 %. Le géant britannique des télécoms a légèrement relevé la partie basse de sa fourchette prévisionnelle pour 2014-2015 : il table désormais sur un excédent brut d'exploitation annuel compris entre 11,6 et 11,9 milliards de livres (14,8 à 15,2 milliards d'euros).

Sanofi prend 0,97 %, à 75,04 euros. Le laboratoire pharmaceutique et son partenaire Regeneron font état de résultats positifs concernant l’étude de phase 2 consacrée au dupilumab, utilisé dans le traitement de l'asthme modéré à sévère non contrôlé de l'adulte. Les deux groupes prévoient désormais de lancer une étude de phase 3 sur ce traitement expérimental. En dehors du CAC 40, Areva monte de 3 %, à 11,895 euros. Exane BNP relève sa recommandation de « sous-performance » à « neutre », objectif de cours réduit à 12 euros.

Faurecia recule de 0,51 %, à 26,59 euros. En déplacement en Chine pour une journée investisseurs, l’équipementier automobile a indiqué tabler sur un chiffre d'affaires supérieur à 4 milliards d'euros dans le pays, premier marché automobile mondial, d'ici 2018, contre 2,3 milliards attendus cette année.

Sur le Forex, la parité euro/dollar lâche 0,12% à 1,2403 dollar.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.