La glissade se poursuit sur fond de tensions géopolitiques accrues

Le ton accommodant du président de la Banque centrale européenne n'a pas suffi à rassurer les investisseurs, inquiets de l'escalade des tensions géopolitiques.

La glissade se poursuit sur fond de tensions géopolitiques accrues

L'indice CAC 40 a perdu 57,31 points à 4.149,83 points en repli de 1,36%.

Sur les autres places européennes, la Bourse de Francfort a aussi reculé de 1% et celle de Londres de 0,58%. Par ailleurs l'Eurostoxx a perdu 1,23%.

Les tensions géopolitiques ont continué de miner les marchés financiers. Tandis que Moscou a décidé d'un embargo total sur l'importation de produits alimentaires en provenance des Etats-Unis et de l'Union européenne, l'Otan a exhorté, en fin de séance, la Russie à faire marche-arrière en Ukraine.

Le salut n'est pas venu de la BCE, dont le discours très attendu sur fond de ralentissement de l'inflation et d'indicateurs économiques peu encourageants, n'a pas réservé de surprise.

M. Draghi a toutefois estimé que la dynamique de croissance avait ralenti ces derniers mois en zone euro, sans pour autant modifier sa politique monétaire, toujours très accommodante.

Outre-Atlantique, la Bourse de New York s'est repliée, le Dow Jones comme le Nasdaq ont lâché 0,46%.

Selon des résultats définitifs, le Dow Jones a cédé 75,07 points à 16.368,27 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 20,08 points à 4.334,97 points.

L'indice élargi S&P 500 a lâché 0,56% ou 10,67 points, à 1.909,57 points.

Du côté des valeurs, le spécialiste du légume transformé Bonduelle a beau avoir dépassé son objectif de chiffres d'affaires en 2013-2014, les sanctions de la Russie sont plus fortes. Le titre chute de 7%, à 19,53 euros.

LVMH, quatrième capitalisation de la place, qui compte parmi ses gros clients la Russie, perd de son côté près de son 2%.

La Russie est le premier marché du groupe Renault-Nissan, propriétaire d'AvtoVaz. L'action Renault signe en conséquence, une nouvelle fois, l'une des plus fortes baisses du Cac 40 (-2,18% à 57,99 euros).

CGG poursuit sa descente aux enfers. Le titre du groupe de services parapétroliers est lanterne rouge du SRD, avec une perte de 4,41% à 6,822 euros, après un point bas à 6,801. En l'espace d'un mois, il a perdu près du tiers de sa valeur.

L'euro reculait face au dollar dans un marché enclin à se réfugier vers des valeurs sûres face à la montée des tensions géopolitiques.

Vers 21H00 GMT (23H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,3363 dollar, contre 1,3382 dollar mercredi à la même heure.​

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.