Le CAC salue la FED

La Bourse de Paris s’est repliée vendredi, dans une séance qui, dépourvue d’indicateur de première importance, est restée hésitante.

Le CAC reste indécis

L'indice CAC 40 a perdu 0,48 % à 4 541,34 points, dans un volume d'échanges plus fourni que d’habitude, de 6 milliards d'euros, suite à l'expiration d'options et de contrats à terme. Le DAX a pris 0,17 % 9 987,24 points alors que le FTSE 100 progressait de 0,25 % à 6 825,20 points.

Après avoir ouvert en repli, le marché parisien a oscillé tout au long de la journée autour du cours de clôture de la veille avant de céder du terrain en fin de séance.

La place de Paris a clairement manqué de stimuli pour pousser plus avant la tendance toujours haussière du marché. Si les investisseurs ont accueilli favorablement les décisions de la FED notamment son statu quo sur son taux directeur, les investisseurs attendent de nouvelles informations positives pour passer massivement à l’achat.

Dans cette optique, la semaine qui s’ouvre devrait être plus animée. Aujourd’hui, les investisseurs regarderont de près les PMI manufacturiers chinois, allemand et en zone euro et outre-Atlantique, les ventes de maisons existantes. Mardi, c’est l’indice du climat des affaires IFO en Allemagne qui sera publié avec le rapport du Conference Board sur la confiance des consommateurs aux Etats-Unis. Puis, suivront mercredi, toujours outre-Atlantique, les commandes de biens durables et le PIB trimestriel. Enfin, jeudi, les revendications chômage américaines et vendredi, l’inflation allemande ainsi que le Michigan Sentiment.

L’actualité géopolitique n’a pas pesé sur la tendance. D’un côté, le président Obama après s’être dit prêt à intervenir en Irak à l’aide de frappes aériennes ciblées pour contrer l'avancée de jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant semblait avoir réussi à calmer les marchés notamment ceux du pétrole. De l’autre, les dernières annonces du président ukrainien Petro Porochenko, après consultation du président russe Vladimir Poutine, allaient aussi dans le sens de l’apaisement vendredi. Le président ukrainien a dévoilé ce vendredi un ambitieux plan de paix en 14 points pour l'Est séparatiste et proclamé l'entrée en vigueur immédiate d'une trêve unilatérale d'une semaine, jusqu'au 27 juin, dans l'est du pays.

De l’autre côté de l’Atlantique, s’appuyant sur des fondamentaux à la fois macro et microéconomiques qui continuent de s’améliorer et une météo géopolitique un peu plus dégagée, les investisseurs ont tranquillement amené le Dow Jones et le S&P 500 vers de nouveaux sommets.

Le Dow Jones Industrial Average s'est adjugé 0,15% à 16 947,08 points et le S&P 500, 0,17% à 1 962,87 points. Le Nasdaq, à dominante technologique, a gagné 0,20% 4 368,04 points.

Parmi les valeurs françaises, Alstom a progressé de 1,08% à 28,00 euros. Le gouvernement a choisi une alliance avec General Electric et va devenir le principal actionnaire, avec 20% du capital, en rachetant 2/3 de la participation de Bouygues.

Euronext a perdu 2,00% à 19,60 euros pour son entrée en Bourse contre un prix d’introduction de 20 euros.

EDF a poursuivi son recul au lendemain d'une lourde chute après que le gouvernement eut annoncé la veille qu'il n'y aurait pas d'augmentation au 1er août, contrairement à ce qui était prévu. Le titre a reculé de 1,77% à 24,17 euros.

Gemalto a abandonné 2,87% à 78,47 euros. La justice américaine n'a pas soutenu le groupe dans sa plainte à propos d'Android, le système d'exploitation de Google.

Nexans s’est replié de 6,03% à 39,75 euros après l'abaissement par Crédit Suisse de sa recommandation sur le titre, à « sous-performer » contre « neutre » auparavant.

Club Méditerranée a grappillé 0,10% à 19,24 euros. La société a annoncé l'ouverture d'un troisième village de vacances en Chine, au large de Hong Kong et Macao, qui deviendra le premier village balnéaire du groupe dans ce pays.

Enfin, GL Events a bondi de 3,47% à 18,78 euros après avoir revu à la hausse sa prévision de croissance pour 2014.

L’Euro a reculé à 1,3599 dollar et l’once d’or à 1 314,79 dollars. Le Brent, échéance août 2014, est quasi stable à 114,74 dollars le baril.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.