Le CAC reste quasi stable en attendant la FED

La Bourse de Paris a terminé en hausse jeudi, soutenue par les décisions rassurantes de la banque centrale américaine, malgré la chute des titres EDF et Alstom.

Le CAC salue la FED

L'indice CAC 40 a pris 0,72 %  à 4 563,04 points, dans un volume d'échanges de 3,8 milliards d'euros.  Le DAX a progressé de 0,74 % à 10 004, points et le FTSE 100, de 0,44 % 6 808,11 points.

La bourse de Paris, après avoir ouvert en nette progression a été butée sur le niveau des 4 580 points à 2 reprises avant de se replier à la cloche, en dessous de son cours d’ouverture, tout près de ses plus bas de la journée. Le parcours hésitant de Wall Street en matinée américaine a douché quelque peu l’enthousiasme des investisseurs.

Les marchés ont salué hier, la décision de Janet Yellen, la présidente de la FED, de maintenir en l’état sa politique monétaire en décidant de poursuivre sa politique de « tapering » avec une nouvelle réduction de 10 milliards de dollars de ses achats mensuels de bons du Trésor et de titres hypothécaires et de ne pas augmenter les taux de banque centrale américaine comme le craignait certains analystes après les derniers chiffres de l’inflation américaine.

La présidente de la FED a justifié sa position en mentionnant une économie américaine moins vigoureuse que prévu initialement et un marché du travail loin d’être optimum.

Reste que la « chairman of the Board » de la Reserve fédérale va devoir faire preuve de doigté dans les semaines qui viennent face aux faucons du FOMC qui s’appuyant à la fois sur les indicateurs du chômage et de l’inflation américaine, prônent de plus en plus, pour une hausse des taux plus tôt que prévu, initialement programmée pour mi-2015. Ces derniers citent notamment une inflation proche de l’objectif des 2 % édicté par la FED voire déjà au dessus pour le CPI-U ainsi qu’un taux de chômage bas, à 6,3 %.

Outre-Atlantique, les indices ont terminé en ordre dispersé mais tout près de l’équilibre malgré des indicateurs économiques plutôt encourageants.

Les inscriptions au chômage ont reculé très légèrement par rapport au consensus au cours de la semaine achevée le 14 juin, s'établissant à 312 000, contre une prévision de 314 000 et, l'indice composite des indicateurs économiques publié par le Conference Board a de nouveau progressé en mai de 0,5% alors que l'activité manufacturière de la région de Philadelphie a accéléré en juin par rapport à mai.

L'indice S&P 500 est parvenu malgré une très faible progression à battre un nouveau record à 1 956,98 points en hausse de 0,13 %. Le Dow Jones a gagné 0,09% à 16 921,46 points alors que le Nasdaq, s’effritait de 0,08% à 4 359,33 points.

Parmi les valeurs françaises, l'action EDF s’est effondré de 7,69% à 24,60 euros. La ministre de l'Écologie et de l'Énergie a annoncé qu'il n'y aurait pas d'augmentation des tarifs d'électricité d'EDF au 1er août, contrairement à ce qui était prévu.

Alstom a chuté de 6,00% à 27,70 euros. Le marché n’a pas agréé l'offre du conglomérat industriel General Electric qui propose à l'Etat français de disposer d'un droit de veto dans la co-entreprise qu'il entend constituer avec Alstom dans les turbines à vapeur, qui équipent les centrales nucléaires.

Air France-KLM a perdu 3,50% à 9,80 euros après l'abaissement de sa recommandation par UBS à « vendre » contre « neutre » auparavant.

Schneider Electric a pris 2,37% à 71,37euros. Le groupe a annoncé qu’il avait conclu la vente de la division Appliance d'Invensys après l'aval des autorités de régulation, pour un montant d’environ 185 millions d'euros. 

L'Oréal s’est adjugé 0,59 % 128,20 euros après avoir annoncé l'acquisition du spécialiste américain du maquillage NYX Cosmetics, qui rejoindra sa division Produits Grand Public.

Orange a abandonné 0,37 % à 12,215 euros. Le Conseil d'État a rejeté le recours déposé par l'opérateur historique, contestant l'autorisation accordée par le gendarme du secteur, l'Arcep, à Bouygues Telecom d'utiliser des fréquences dévolues à la 2G pour déployer son réseau mobile 4G.

Atari a bondi 3,23 % à 0,32 euros, les investisseurs semblant agréer la nouvelle stratégie du groupe pariant le développement de jeux sur mobiles, sur le casino en ligne et les contenus vidéo.

L’Euro a clôturé en légère hausse à 1,3607 dollar. L’or a fortement progressé à 1 320,34 dollars l’once et le WTI, échéance août 2014, s’est adjugé quelques cents à 106,12 dollars le baril après une séance volatile.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.