Le CAC poursuit sa consolidation

La Bourse de Paris a rebondi mardi, après quatre séances de baisse consécutive, sur des rachats à bon compte Le marché poursuivant sa consolidation, un œil sur la situation irakienne, l’autre sur les indicateurs économiques avant la FED ce soir.

Le CAC rebondit techniquement

L'indice CAC 40 a progressé de 0,58 % à 4 536,07 points, dans un volume d'échanges faible de 2,6 milliards d'euros. Le DAX a pris 0,37 % à 9 920,32 points et le FTSE 100, 0,18 % à 6 766,77 points.

Le CAC a mis fin à quatre séances d’affilé de baisse, provoquée par la soudaine progression  des prix du pétrole après l'offensive fulgurante des jihadistes en Irak la semaine dernière.

L’attitude de Washington qui en envoyant des forces maritimes dans le golfe et se déclarant prêt à intervenir pour aider le gouvernement en place a calmé le jeu sur les marchés en éloignant le spectre d’une avancée des jihadistes vers le sud du pays et ses champs pétrolifères qui concentre l'essentiel de la production pétrolière du pays. Pour certains analystes, les péripéties en Irak n’ont en fait que servi de prétexte à des prises de bénéfices, l’état du secteur pétrolier irakien, n’étant pas en mesure plus pour le moment, de d’influer durablement sur les prix du pétrole et de menacer la croissance mondiale.

Finalement, si ce n’est que pour un moment, la publication de l’indice ZEW a plus pesé sur l’esprit des investisseurs que l’Irak. A sa publication, le marché parisien qui avait ouvert en hausse et  naviguait tout près de son plus haut de la journée, a connu un accès de faiblesse, ramenant l’indice phare de la bourse de Paris sur sa clôture de la veille. Le sentiment des investisseurs en Allemagne s'est dégradé en juin, retombant à son plus bas niveau en un an et demi. Sa composante actuelle a progressé plus que prévu mais sa composante conjoncturelle qui prend le pouls du sentiment des investisseurs à 6 mois s’est nettement dégradée à 29,8 contre 33,1 en mai, faisant craindre, un possible ralentissement à venir de la première économie de la zone euro.

De même, en début d’après-midi, la publication des chiffres de l’inflation américaine faisant craindre un resserrement de la politique monétaire de la FED poussait, momentanément, une nouvelle fois, le marché parisien sur son cours de clôture de la veille, au plus bas de la séance. L’inflation aux Etats-Unis a progressé de 0,4 % sur un mois, sa plus forte hausse depuis février 2013.

Cependant, les chiffres peu encourageant de l'immobilier américain, avec des mises en chantier de logements aux Etats-Unis en repli plus qu’attendu en mai faisaient pencher la balance du côté des opérateurs pariant sur un statut quo de la politique monétaire de la banque centrale américaine.

De fait, les attendus du comité de la politique monétaire (FOMC) de la FED ainsi que les propos de sa présidente, Janet Yellen, seront particulièrement suivis ce soir, toutefois, après la clôture des marchés européens. Si, après l’intervention de la BCE il y a quelques jours et comme attendu, Janet Yellen confirme que les taux ne remonteront pas avant 2015, l’avenir s’annonce radieux jusqu'à la prochaine période de résultats d’entreprises pour les marchés d’actions.

Wall Street a fini en zone positive soutenu par le secteur bancaire après les bons résultats de la banque d'investissement Jefferies. Bank of America et Morgan Stanley ont progressé respectivement 2,03 %, à 15,59 dollars et 2,49 % à 32,50 dollars. Goldman Sachs a pris 1,43 % à 168,22 dollars, Wells Fargo 1,12 % à 51,66 dollars et JPMorgan Chase 0,97 % à 57,42 dollars.

Le Dow Jones Industrial Average a pris 0,16 % à 16 808,49 points, le S&P 500 0,22 % o à 1 941,99 points et le Nasdaq, 0,37 % à 4 337,23 points.

Parmi les valeurs françaises, Alstom a reculé de 1,24% à 28,97 euros. L’offre conjointe du tandem Siemens et Mitsubishi Heavy Industries a été jugée faible à la fois par l’Elysée qui a reçu les présidents des deux groupes ce matin et par les marchés.

Eramet a pris 4,77 % à 96,69 euros après un relèvement de recommandation par Société Générale de « conserver » à « achat » avec un objectif de cours à 115 euros.

Air France se reprenait après avoir perdu pas loin de 15 % lors des 4 dernières séances suite à l’alerte de résultats de Lufthansa et à la subite remontée des cours du pétrole après l’offensive jihadistes en Irak. Au terme d’une séance volatile qui aurait pu voir le titre refluer une nouvelle fois, le cours finissait en hausse de 0,83 % à 10,285 euros.

CGG s’est replié de 1,28 % à 10,38 euros en dépit de la signature d'un contrat jugé comme « majeur » par la société, auprès de la compagnie saoudienne Saudi Aramco, pour réaliser un programme d'études sismiques terrestres en Arabie Saoudite.

L'augmentation des ventes de voitures neuves en mai sur le marché européen, a permis à Renault de prendre 0,93 % à 68,51 euros et à PSA Peugeot Citroën, 0,29 % à 10,02 euros.

Enfin, Plastivaloire a flambé après que l’entreprise eut annoncé avoir renoué avec les bénéfices au premier semestre et revu à la hausse ses objectifs pour son exercice décalé 2013/14. Le titre a pris 20,68 % à 28,3 euros.

L’Euro a reculé à 1,3546 Dollar. L’or a abandonné quelques cents à 1 270,66 dollars l’once et le WTI, échéance août 2014, à 106,11 dollars le baril.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.