Le CAC rebondit après la BCE

La Bourse de Paris s’est de nouveau inscrite en hausse vendredi toujours soutenue par les décisions de la BCE jeudi et des chiffres du chômage américain en ligne avec les attentes.

Le CAC poursuit sa progression après le chômage américain

L'indice CAC 40 a pris 0,71 %  à 4 581,12 points, dans un volume d'échanges modéré de 3,5 milliards d'euros. Le DAX a progressé de 0,40 % à 9 987,19 points et le Footsie, de 0,66 % à 6 813,21 points.

Après avoir ouvert en légère progression, le marché parisien reprenait son souffle en matinée avant de s’inscrire définitivement en hausse dans l’après-midi dans la foulée de l’annonce de chiffres encourageants concernant le chômage américain et de l’évolution positive de Wall Street.

Les mesures prises par la BCE soutiennent clairement les marchés depuis leurs annonces jeudi. En plus de la baisse de son taux directeur et d’autres mesures non conventionnelles comme la mise en place d’un nouveau LTRO et d’un programme de rachats d’actifs titrisés (Asset Back Securities, ABS), la banque centrale européenne a instauré un taux négatif, une première pour une grande banque centrale, à -0,10 % pour les dépôts que les banques placent à court terme auprès d’elle et, qui devrait pousser les investisseurs du marché des obligations vers celui des actions si ces derniers veulent obtenir plus de rendement.

Dans l’après-midi, les marchés ont bien accueilli le rapport sur l'emploi américain tel que publié par le département du travail. Les Etats-Unis ont créé 217 000 emplois en mai, et récupéré l'ensemble des emplois perdus pendant la crise montrant, selon de nombreux observateurs que la reprise américaine est robuste.

Les autres indicateurs publiés plutôt en zone euro n’ont pas eu d’impact sur la tendance. L’Allemagne a affiché un excédent commercial en hausse et une production industrielle en progression en avril tandis que la Bundesbank, a relevé sa prévision de croissance pour 2014 à 1,9%. De son côté, la France a annoncé un déficit commercial en repli en avril et a publié un déficit budgétaire en baisse pour le même mois. Enfin, l'Espagne a enregistré pour sa part la plus forte hausse de sa production industrielle en 4 ans.

Dans ce contexte, le Dow Jones et le S&P 500 se sont hissés à de nouveaux sommets historiques vendredi. Si le climat n’est pas à l’euphorie, les nouvelles interrogations sur la poursuite de la politique monétaire américaine ayant fait leur retour avec les chiffres de l’emploi américain, la confiance est clairement de mise avec un indice VIX, « indice de la peur » en baisse de 8,13% à 10,73, son niveau le plus bas depuis février 2007.

Le Dow Jones Industrial Average a pris 0,52% à 16 924,28, le S&P 500 0,46% à 4 321,39 points et le Nasdaq, 0,59 % à 4 321,40 points.

Du côté des valeurs françaises, BNP Paribas s’est adjugé 0,84% à 51,91 euros après le soutien apporté par le gouvernement français qui a réitéré vendredi sa menace de blocage des impopulaires négociations commerciales entre l'Union européenne et les Etats-Unis, après la fin de non-recevoir adressée par Barack Obama la veille sur le dossier judiciaire de la banque française.

De nombreuses valeurs cycliques, ont aussi largement profité de la vague haussière. Parmi ces dernières, Renault a pris 1,9% à 71,84 euros et ArcelorMittal ; 1,44% à 11,24 euros.

Valeo a engrangé 3,84% à 105,6 euros. Le titre devrait refaire sa réapparition au sein du CAC 40 en remplacement de Vallourec.

LVMH a reculé de 1,24 % à 143,30 euros dans le sillage de la chute de Prada à la Bourse de Hong Kong suite à des résultats trimestriels nettement inférieurs aux attentes.

Ipsen a abandonné 0,59% à 35,10 euros. Le PDG du groupe a indiqué que l'activité en Chine avait "repris d'une manière à peu près normale" et juge que ce pays pourrait devenir le premier marché de l'entreprise à l'horizon 2020.

Zodiac a reculé de 0,30% à 26,79 euros, suite à l'annonce de l'acquisition de l'américain Greenpoint Technologies, spécialiste de l'aménagement des cabines des avions de milliardaires, pour un montant non dévoilé.

Enfin, Hi-Media a bondi de 28,23% à 2,68 euros pour la reprise de sa cotation, après sa suspension jeudi. L'entreprise a fait une importante plus-value sur la vente de L'Odyssée Interactive, société éditrice du site internet jeuxvideo.com.

L’Euro s’est replié à 1,3643 Dollar. L’or est resté quasi stable après une journée mouvementée, à 1 253,16 dollars l’once et le Brent, échéance juillet 2014, poursuivait son rebond à 109,07 dollars le baril et le WTI, échéance juillet 2014, a engrangé quelques cents à 102,81 dollars le baril.

Apprenez-en davantage sur le marché des CFD avec IG.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.