Le CAC 40 poursuit son rebond

La Bourse de Paris a clôturé en hausse lundi, soutenue par le nouveau record de Wall Street vendredi et la baisse du prix du pétrole après l’accord de Genève avec l’Iran. 


L'indice CAC 40 a pris 0,55 % à 4 301,97 points, dans un volume d'échanges faible de 2,1 milliards d'euros, le DAX 0,88 % à 9 299,95 points et le Footsie, 0,30 % à 6 694,62 points.

Après avoir ouvert en hausse, la bourse de Paris a progressé tout au long de la séance pour finalement venir à bout de la résistance des 4 300 points en début d’après-midi mais avant de reculer en dessous au moment de l’ouverture de Wall Street.


Le Dow Jones affichant un trou d’air après un début de séance en progression. Le retour de la bourse de New York à un nouveau plus haut historique en séance permettait toutefois au CAC 40 de terminer légèrement au-dessus de 4 300 points.

Bien qu’en manque de données macroéconomiques majeures, le marché parisien a pu s’appuyer aujourd’hui sur les nouveaux records de Wall Street vendredi et la signature de l’accord avec l’Iran à Genève.
Vendredi, les marchés américains avaient une nouvelle fois battu de nouveaux records avec un Dow Jones à 16 064,77 points et un S&P 500 pour la première fois au-dessus des 1 800 points. Les investisseurs étant finalement rassurés sur le devenir immédiat de la politique monétaire de la banque centrale américaine.

L’accord avec l’Iran sur le nucléaire signé à Genève a aussi encouragé quelque peu les investisseurs. Concrètement, avec l’accord qui voit le risque géopolitique reculer, le pétrole iranien devrait revenir progressivement sur le marché. De fait, les prix de l’or noir ont fortement chuté hier avec le baril de Brent en baisse de 3 dollars à 108,5 dollars le baril.

Outre-Atlantique, le chiffre médiocre des promesses de vente de logements, en baisse pour le cinquième mois consécutif en octobre aux Etats-Unis a eu que peu d’influence sur les investisseurs.
Wall Street a terminé quasi stable même si le Dow Jones a établi un nouveau record. Le Dow Jones a grappillé 0,05% à 16 072,54 points et le Nasdaq, 0,16 % à 3 427, 49 points. Le S&P 500 a perdu 0,13 % à 1802,48 points.
Parmi les valeurs françaises, quelques valeurs ont profité plus particulièrement de l’accord avec l’Iran. L’allégement des sanctions économiques à venir devrait profiter aux entreprises qui commerçaient avec le pays avant l’embargo dont Renault et Peugeot Citroën. La première a pris 1,40% à 65,33 euros et la seconde,  5,08% à 10,75 euros, cette dernière étant également soutenue par l'arrivée à la tête du directoire en 2014 de  l'ancien numéro deux de Renault, Carlos Tavares.

Air France-KLM a pris 1,88% à 7,64 euros. La compagnie devrait bénéficier de la baisse du prix du baril.

Faurecia a fini en hausse de 1,71 % à 24,35 euros malgré la révision à la baisse de ses objectifs 2016. Le groupe a vu sa croissance stagner au deuxième semestre 2013 et cette situation devrait se poursuivre au début de l'année prochaine selon la société.
Bouygues a fini quasi stable à 27,80 euros après avoir remporté un contrat de 360 millions d'euros pour la construction d'un hôtel de luxe à Macao.
Sanofi s’est adjugé 0,51 % à 78,33 euros. La société a fait l’objet de deux nouvelles contradictoires. D’une part, le Dupilumab pour le traitement de l’asthme a reçu le prix de « Innovation clinique de l’année ». D’autre part, une plainte a été déposée à l’encontre du  Gardasil, vaccin contre le cancer du col de l’utérus, accusé d’avoir de graves effets secondaires sur le système nerveux central.

Orange, après avoir ouvert fortement en hausse, prenait 0,23% à 9,544 euros. Le groupe est en négociation avec Altice, société d'investissement pour la cession de ses activités dans les caraïbes pour un milliard d'euros, selon le Financial Times.

Enfin, AB Science malgré une tentative de reprise pendant une bonne partie de la séance finissait de nouveau en baisse après sa dégringolade de plus de 20% vendredi. Le titre perdait 1,20 % à 14,82 euros.

L’Euro s’est replié à 1,3529 $. L’or a rebondi à 1251,50 $ l’once . Le WTI, échéance janvier a reculé à 94,17 $ le baril.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.