PMI : l'activité des services marque le pas en Europe

L'indicateur avancé du secteur des services a ralenti en France en septembre, tombant à son plus faible rythme de croissance depuis cinq mois, selon les données PMI d'IHS Markit. A l'instar de l'activité manufacturière, celle des services ralentit assez franchement à 51,1 après 53,4 en août, et sous le consensus qui tablait sur un repli à 51,3.

Tous secteurs confondus, la croissance du secteur privé français a donc décéléré le mois dernier (le PMI "composite" tombe à 50,8, à moins d'un point de la limite entre situation de croissance et de récession), et reste principalement soutenue par les services.

Moins de nouvelles commandes

D'après l'enquête des services d'IHS Markit, l’expansion du volume des nouvelles affaires a ralenti par rapport à août et l’emploi a enregistré sa plus faible progression mensuelle depuis avril. Le volume des affaires en attente a de nouveau augmenté, mais de façon marginale. Côté inflation, "cherchant à répercuter une partie de la hausse de leurs coûts sur leurs clients, les prestataires de services français ont relevé leurs tarifs. Mais les prix facturés n’ont toutefois augmenté qu’à un rythme marginal en septembre", relève IHS Markit.

Tous secteurs confondus, en matière d'emploi, le taux de création de postes, tous secteurs confondus, s'est replié à un creux de cinq mois. En revanche, les perspectives d’activité à douze mois se sont renforcées , une amélioration de la confiance dans le secteur des services ayant contrebalancé un très léger repli de l’optimisme chez les fabricants. Pour l'Institut, les données composite affichent un niveau conforme à une hausse de PIB de 0,2% au 3e trimestre.

L'activité privée allemande se contracte

En Allemagne, la situation est davantage inquiétante. Après le secteur manufacturier, les services se sont particulièrement grippés en septembre, avec un PMI de 51,6 après 53,5 au mois d'août, leur plus faible rythme de croissance depuis trois ans. Même si le taux de création d'emploi se maintient, les nouvelles commandes des entreprises se sont contractées pour la première fois depuis décembre 2014.

Phil Smith, économiste d'IHS Markit, explique que "cette chute montre que la demande intérieure ne parvient pas à compenser les pertes de la demande extérieure. C'est un risque important pour les perspectives de croissance immédiate du secteur". Le spécialiste observe cependant des signes d'une reprise de l'inflation et un marché de l'emploi toujours solide. Toutes activités confondues, le secteur privé de la République fédérale est en contraction, à 48,5, tombé de plus de 3 points en quatre semaine, une situation inédite depuis octobre 2012.

En Espagne, même tendance : le ralentissement du secteur manufacturier semble aussi contaminer les services, dont le PMI atteint 53,3 alors que le consensus anticipait une croissance moins timide à 53,8. En Italie, l'activité des services a réservé en revanche une bonne surprise : elle s'est appréciée à 51,4 en septembre, par rapport au mois précédent où elle se situait à 50,6.

A l'échelle de la zone euro, l'activité des services ralentit à 51,6 contre 53,5 précédemment, portant l'activité privée en croissance quasi-atone, à 50,1.

​Enfin, au Royaume-Uni, le PMI des services est tombé en zone de contraction à 49,5 en septembre après 50,6 au mois d'août, traduisant à la fois un ralentissement des nouvelles commandes et de celles en cours de traitement. D'après l'enquête, les entreprises ont vu un certain nombre d'affaires reportées de la part de leurs clients en raison des incertitudes sur le Brexit. Par ailleurs, tant les créations d'emploi que le taux d'inflation des prix ont ralenti.

La publication de ces données n'a entamé que très ponctuellement les investissements sur la bourse de Paris. Le CAC 40 est tombé à 5440 points peu après 10h mais poursuit depuis son rebond matinal à 5462 points, en hausse de 0,74%.


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.