Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations. Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations.

Pariant sur la Fed, Wall Street tente un rebond

A Wall Street, l’humeur est hésitante après une semaine plus qu’éprouvante. Restés dans le rouge une bonne partie de la journée, les contrats à terme américains ont fini par se laisser gagner par une pointe d’optimisme et permis à la Bourse de New York d’ouvrir dans le vert.

Des premiers échanges hésitants à New York

Après avoir démarré la séance en timide hausse, le Dow Jones, le Nasdaq et le S&P 500 tentent de rebondir après deux semaines en déconfiture, en progression respective de 1,62%, de 1,49% et de 1,37% peu avant 17h.

Les données définitives des PMI manufacturiers des Etats-Unis en février n’ont pas révélé de surprise particulière même si l’ensemble du tableau reste morne, et sous les attentes du consensus. Le PMI Markit est ressorti à 50,7 (légèrement inférieur aux données flash à 50,8), l’ISM manufacturier à 50,1, après 50,9 en janvier., avec une composante nouvelles commandes passée en territoire négatif à 49,8, tout comme les prix payés. Les destructions d’emploi dans le secteur ont en revanche ralenti à 46,9 après 46,6 en janvier.

Une volatilité toujours élevée

Cet après-midi, le Vix l’indice de volatilité du S&P 500, évolue sous les 40, à un niveau plus raisonnable qu’il y a quelques jours où il était passé brièvement au-dessus des 50, mais qui traduit toujours un contexte de forte volatilité.

Bien que la Bourse de New York a limité la casse vendredi – le Dow Jones a fini à -1,39%, à 25.409,36, le S&P-500, a perdu 0,82% et le Nasdaq Composite n’a reculé que de 0,89 points (0,01%) – les indices américains ont connu la semaine dernière leurs pires pertes hebdomadaires depuis la crise de subprimes.

Entrés en phase de correction après leurs records de clôture du 19 février, lorsque le Dow Jones flirtait avec les 30.000 points, à 29.348,03, et le Nasdaq finissait à 9.817,18 points, ils ont accusé le coup de la propagation du coronavirus en Europe très abruptement.

L'intervention de la Fed sur toutes les lèvres

Une prise de parole du président de la Fed avant la fermeture de Wall Street, a toutefois permis de ralentir leur dégringolade vendredi soir. Assurant que les fondamentaux de l’économie américaine se portaient bien, Jerome Powell s'est déclaré prêt à utiliser « tous les outils » de la Fed pour « agir de façon appropriée afin de soutenir » l’économie outre-Atlantique.

Déjà en forte hausse ces derniers jours, les probabilités d’une baisse des taux de la Fed ont explosé après cette intervention : celles d’une coupe de 50 points de base dès la réunion de politique monétaire de la Fed du mois de mars sont passées à 100% selon le baromètre CME Fedwatch, qui prévoit aussi 68% de chances d’une baisse supplémentaire de 25 points de base au mois d’avril.

Appel du pied de Donald Trump

Le président des Etats-Unis, qui exhorte régulièrement la Fed à baisser ses taux d’intérêts directeurs, a de nouveau critiqué l’institution américaine et son président sur twitter cet après-midi, leur reprochant « d’agir trop lentement », et de ne pas être aussi agressifs que « d’autres banques centrales ».

En hausse ce matin, les indices parisiens et allemands se sont affaissés rapidement après la publication des PMI manufacturiers de février. Le CAC 40 est toutefois parvenu à se redresser au-dessus des 5300 points à +0,3% vers 17h, tandis que le Dax continuait pour sa part à plonger de plus de 1% à 11 764 points.

Wall Street semble se maintenir pour l’instant la tête hors de l’eau. Loin d’être franche dans la première heure des échanges, la reprise s’est cependant accélérée après 16h30.

La propagation internationale du virus – qui continue de gagner du terrain en Europe ainsi qu’aux Etats-Unis – les perspectives plombantes de l’économie asiatique, marquées par des PMI chinois historiquement bas et un indice manufacturier japonais à un plancher de quatre ans – ont ravivé l’aversion au risque des marchés.

Les dernières projections de l'OCDE, dévoilées aujourd'hui, sont de seulement 2,4% pour la croissance mondiale en 2020, en baisse de 50 points de base par rapport à leurs précédentes perspectives. Selon l'institution internationale, elle pourrait même n'atteindre que la moitié de ces projections si l'épidémie de coronavirus perdurait et s'intensifiait.

Japon : achats massifs d'ETF

A Tokyo, la Banque du Japon a pris les devants en matière d’intervention monétaire. Après s’être déclarée prête à agir pour «garantir la stabilité des marchés financiers », la banque centrale a joint les actes à la parole en achetant ce lundi pour 100 milliards de yens d’ETF, un record, et en indiquant qu’elle achètera 500 milliards de yens d’obligations d’Etat.

En Europe, la BCE se tient également prête à intervenir. Vendredi, le gouverneur Vasiliauskas a déclaré que l’organisation d’un conseil des gouverneurs extraordinaire de la banque centrale n’était pas exclu en cas de nécessité, alors que la prochaine réunion de politique monétaire est prévue les 11 et 12 mars. « L’épidémie mondiale de coronavirus pourrait avoir un impact sur la croissance et la Banque centrale européenne se tient prête à ajuster tous ses instruments si nécessaire pour y faire face », a pour sa part déclaré aujourd'hui le vice-président de la BCE, Luis de Guindos.

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a de son côté joué la carte de l'apaisement en assurant sur BFM Business que la BCE « devait avoir les yeux grands ouverts sur ce qui se passe mais […] en même temps grader la tête froide », estimant que la situation que connaissent actuellement les marchés financiers est radicalement différente de celle des subprimes en 2008. « S’il fallait faire davantage et que nous avions la conviction que c’est efficace, nous pourrions le faire, mais nous n’en sommes pas encore là […] « les médecins sont aujourd’hui plus importants que les banquiers centraux » a-t-il ajouté.


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Avez-vous trouvé vos prochaines opportunités ?

Saisissez-les dès à présent.

Investissez en bourse sur plus de 17'000 valeurs depuis notre plateforme plusieurs fois récompensée avec des spreads compétitifs sur indices, actions, matières premières et plus encore.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.