Le relèvement des taxes américaines sur les avions européens plombe Airbus

Le bureau du Représentant américain au Commerce (USTR) a fait savoir vendredi soir que les Etats-Unis allaient relever de 10% à 15% leurs droits de douanes sur les importations d’avions européens à compter du 18 mars. Cette décision intervient dans le cadre du conflit qui oppose depuis des années Washington à Bruxelles à l’OMC, s’accusant mutuellement de verser des subventions illégales à leurs constructeurs aéronautiques respectifs Boeing et Airbus.

En octobre dernier, l’OMC avait statué sur un premier contentieux en autorisant les Etats-Unis à taxer 7,5 milliards de dollars de produits européens en compensation de subventions de l’UE versées à Airbus qu’elle a jugées illégales. Cette enveloppe a été utilisée pour taxer les avions à hauteur de 10% mais également pour imposer 25% de droits de douanes sur un ensemble d’autres catégories de produits, comme les vins français, espagnoles, allemands et britanniques non pétillants, les spiritueux, l’huile d'olive espagnole, des engins de chantier et des lentilles d'appareils photo allemands…

Bras de fer commercial

La décision d’accroître les taxes aéronautiques vendredi illustre la volonté de Washington de mettre la pression sur l’UE pour la suite de leur conflit à l’OMC, mais aussi et surtout afin de parvenir à un accord commercial plus favorable avec Bruxelles. Elle a été accueillie avec inquiétude par Airbus qui a déclaré que cette mesure aller impacter les compagnies aériennes qui sont déjà confrontées à une pénurie d’appareil.

Pour leur part, les Européens attendent aussi une décision de l’OMC qui pourrait autoriser également l’UE à taxer les importations américaines. L’avionneur américain, Boeing, a indiqué dans un communiqué qu’il travaillait avec les autorités américaines pour « que les Etats-Unis soient rapidement en pleine conformité » avec les exigences de l’OMC, ajoutant que « l’UE et Airbus pourrait mettre fin à ces taxes douanières en se conformant enfin à leurs obligations légales, en cessant ces subventions illégales et en réglant ce préjudice ».

L'action Airbus continue de décrocher

A Paris, sur un indice CAC 40 en léger retrait, Airbus décroche de 1,4% vers 10h à 128,04€. L’action avait terminé vendredi en retrait de 2,21% à 129,86€. Le groupe, dont le cours avait rebondi à la mi-décembre à l’annonce de l’accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis, a été sanctionné assez lourdement après la publication de ses résultats annuels, accusant une perte nette d’1,36 milliards d’euros en raison de charges exceptionnelles relatives au versement de pénalités dans le cadre d’enquêtes de corruption et les mauvais résultats de son appareil militaire A400M. L’action est passée de 138€ le 11 février à 129,86€ vendredi dernier. En une semaine le titre a perdu près de 5%.

Safran perd pour sa part 0,76% à 143,9€. L’équipementier aéronautique est par ailleurs affecté par la menace d’un véto américain sur la livraison de moteurs en Chine, qui affecterait sa coentreprise avec General Electric, CFM international. Sur le Dax 30, à Francfort, en petite progression de 0,16% le motoriste MTU Aero Engines baisse de 0,60% à 281€.

A contrario, le Stoxx Europe 600 Voyage et Loisirs (Travel & Leisure), qui avait décroché en fin de semaine de 0,64%, se redresse de 0,55%. Le Stoxx Europe Total de la même catégorie gagne 0,58%. Le secteur profite de signes d'amélioration relatifs à l'épidémie de coronavirus, et in fine de nouvelles mesures de soutien à l'économie annoncées ce week-end par Pékin qui ont soutenu les cours des bourses asiatiques ce lundi.

Le Covid-19 a compté 105 nouveaux décès en Chine, pour un total de 1770 morts et 70 548 cas dans le pays. Si l’infection continue de se propager, le nombre de victimes quotidiennes ralentit depuis quelques jours.

Dans ce contexte, Air France-KLM rebondit à Paris de 1,59% à 9,712€. A Francfort, Lufthansa est en hausse de 1,2% à 15,39€, EasyJet de 0,1% à Londres. Cathay Pacific et Air China ont profité de la tenue de la bourse de Hong Kong terminant respectivement à +0,19% et +0,15%. A Singapour, Singapore Airlines a terminé à + 0, 12%.


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

La guerre commerciale mondiale menée par Donald Trump

Tout ce que vous devez savoir concernant la confrontation entre Trump et la Chine.

  • Que s'est-il passé jusqu'à présent ?
  • Actions, pétrole et autres marchés à surveiller
  • Découvrez comment profiter de la volatilité

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.