Le prix de l’or progresse légèrement, porté par un trio de risques marchés

Le cours de l’once d’or, stable en début de semaine, gagne 0,19% ce mercredi midi à 1478,76$, porté par un ensemble de signaux faibles de stress sur les marchés.

Un mois volatil pour l'or

Après avoir débuté décembre le vent dans le dos, au-dessus des 1470$ - dont un pic à 1483,79$ mercredi 4, le cours de l’once d’or a enregistré un certaine volatilité ce mois-ci. Il a notamment chuté le 7 décembre à 1460$, impacté par les bons chiffres de l'emploi américain, puis en fin de semaine dernière avec l'annonce de l'accord commercial sino-américain. Depuis, le cours du métal jaune a rebondi pour évoluer dans un range compris entre 1474 et 1478 dollars. Et il pourrait davantage s'apprécier d'ici la fin de l'année.

Si le consensus Bloomberg table sur un cours moyen à 1397,5$ l’once en 2019 et à 1500$ pour 2020, Goldman Sachs estime que que les prix pourraient grimper de 9% jusqu'à 1600$ d’ici à la fin du mois de mars 2020.

Malgré des indices européens en progression et un indicateur IFO du climat des affaires allemand meilleur que prévu (96,3 après 95,1 en nov.), l'or profite ce mercredi d’une persistance des risques marchés relatifs au Brexit, aux tensions commerciales ainsi qu’à la procédure de destitution de Donald Trump, trois éléments considérés comme des facteurs de stress majeurs pour les marchés en 2020, selon un récent classement établi par Deutsche Bank.

1. Le retour d’un potentiel « hard Brexit »

Concernant le Brexit, si la victoire confortable du parti conservateur aux élections générales laissait présager un scénario de sortie de l’Union européenne « en douceur », les premières annonces de Boris Johnson sur la manière dont il entend mener son pays hors de l’UE ont ravivé les craintes d’un « hard Brexit ».

Le Premier ministre britannique souhaite limiter la période de négociation avec Bruxelles post-sortie à une année, là où les Européens tablaient sur une période de transition trois fois plus longue. Dans un laps de temps si limité, les chances d’accords commerciaux « a minima » entre les deux partenaires, très éloignés des conditions du marché uniques, sont particulièrement élevées.

D’autres aménagements « surprise » ont été introduits par les conservateurs dans le projet de loi de l’accord de sortie qui sera soumis au vote des députés vendredi : l’exclusion de la participation du Parlement britannique aux négociations avec Bruxelles, mais aussi la remise en question des droits des travailleurs non britanniques.

2. Un accord commercial qui reste à signer

En matière commerciale, l’annonce officielle d’un premier accord entre la Chine et les Etats-Unis vendredi dernier a laissé place à un ensemble d’interrogations sur ses contours. Les promesses d’achats chinoises de produits agricoles américains ne sont pas encore officiellement chiffrées par Pékin, même si Washington assure que le montant des commandes sera doublé par rapport à ses niveaux actuels. Et l’accord doit encore être signé par les deux partenaires au début du mois de janvier.

A noter également que les craintes d’une escalade des tensions commerciales entre l’Union européenne et les Etats-Unis sont toujours d’actualité. Hier, le Congrès américain a voté l’adoption de sanctions contre le gazoduc russe Nord Stream 2, une infrastructure qui doit permette à terme de doubler les livraisons de gaz naturel russe vers l’Allemagne.

Les sanctions, dénoncées par l'Union européenne, visent les entreprises collaborant à la construction du gazoduc, et à un deuxième, Turk Stream, qui doit relier la Russie à la Turquie. Elles consistent en le gel des avoirs et la révocation des visas américains, la liste des entreprises concernées sera communiquée dans les 60 jours suivant la promulgation de la loi.

Le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer a par ailleurs sous-entendu que la mise en place de nouveaux droits de douanes sur des produits européens pourrait être réexaminée dans les prochaines semaines, déclarant que les Etats-Unis devaient « trouver un moyen de vendre plus de produits à l’Europe […] On ne peut pas réduire notre déficit commercial global sans réduire le déficit avec l’Europe ».

3. La question de l’impeachment

Enfin, dernier facteur de risque susceptible de soutenir les cours de l’or cet après-midi et surtout dans les prochaines semaines, la procédure de destitution du président des Etats-Unis entre dans une nouvelle phase aujourd’hui. Après trois mois d’enquêtes en commissions, la Chambre des Représentants à majorité démocrate votera aujourd’hui sur la mise en accusation de Donald Trump.

Deux chefs d’accusation ont été retenus par la Commission judiciaire : l’abus de pouvoir, pour avoir sollicité un pays étranger à enquêter sur un rival politique, et l’entrave à la bonne marche du Congrès, pour avoir interdit les membres du gouvernement de témoigner lors de l’enquête préalable. Si le vote est validé aujourd’hui, Donald Trump sera le 3e président de l’histoire américaine à être mis en accusation après Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998 (Nixon avait démissionné avant l’ouverture du procès en 1974).


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Tradez sur la volatilité des marchés avec les matières premières

Tradez les matières premières sur des contrats à terme ou sur 27 valeurs clés sans échéance fixe.

  • Une vaste gamme de métaux populaires et de niche, d’énergies et de matières premières agricoles
  • Négociez avec des spreads à partir de 0,3 point sur l’or au comptant, 2 points sur l’argent au comptant et 2,8 points sur le pétrole
  • Consultez des graphiques en continu, en remontant jusqu'à cinq ans

Vous voyez des opportunités à saisir sur les matières premières ?

Entraînez-vous sans risque sur votre compte démo et découvrez si vous êtes sur la bonne voie.

  • Connectez-vous à votre compte démo
  • Prenez position
  • Découvrez si votre intuition est bonne

Vous voyez des opportunités à saisir sur les matières premières ?

Ne manquez pas votre chance. Créez un compte réel pour les saisir.

  • Analysez et placez vos ordres de manière transparente sur des graphiques clairs et rapides
  • Négociez avec des spreads à partir de 0,3 point seulement sur l’or au comptant
  • Parcourez et réagissez aux dernières actualités directement sur la plateforme

Vous voyez des opportunités à saisir sur les matières premières ?

Ne manquez pas votre chance. Connectez-vous pour prendre position.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.