L'or tente de se maintenir au-dessus des 1600 dollars

Après une belle ascension la semaine dernière, le cours de l'or oscille depuis le début de la journée dans un range compris entre 1599 et 1617 euros. Cet après-midi, le prix du métal précieux, en baisse de 0,65%, semble se stabiliser au-dessus des 1600 dollars à 1611$ vers 16h25.

Tombé à 1593 dollars peu après-midi, le cours de l’once s’est repris et n’a pas spécialement réagi à la principale statistique américaine de la journée.

Publié à 16h, l’indice de confiance des consommateurs américains établi par le Conference Board est ressorti au-dessus des attentes à 120 en mars après 132,6 le mois dernier.

La publication de ce chiffre, à 16h, a permis aux marchés américains et européens de limiter leur repli, avec des petites baisses de 0,10% et 0,30% pour le Dow Jones et le S&P500, et même une reprise de de 0,5% et 0,8% pour le Nasdaq et le Russell 2000. En Europe, le Dax et le FTSE 100 gagnent 0,6% et 0,8% mais le CAC 40 reste indécis vers les 4380 points.

Depuis le début de la semaine, l’or semble consolider ses récents gains. En rebond depuis le 23 mars, l’once d’or a connu une reprise éclaire, passé de 1500 dollars à environ 1629 dollars jeudi dernier, avec un pic à plus de 1643 dollars en cours de séance. Depuis trois jours, le cours du métal précieux reprend son souffle. En recul de 0,19% vendredi, puis de 0,36% lundi, il semble bien parti pour une nouvelle séance de repli mardi.

Pris dans la tempête du coronavirus, l’or essuie depuis un mois un ensemble de vents contraires. D’abord très recherché pour sa fonction de valeur refuge, il a ensuite été victime de mouvements de « sell-off » très conséquents des opérateurs à la recherche de liquidités pour couvrir leurs positions ou honorer leurs appels de marges. Son cours s’est redressé la semaine dernière de façon spectaculaire, enregistrant l’une de ses plus belles progressions hebdomadaires depuis 12 ans.

Une chaîne d’approvisionnement à l’arrêt

Car sur cette période, la demande d’or physique est restée très forte tandis que l’offre s’est drastiquement tarie : comme l’essentiel des industries de la planète, les mines d’extraction et les raffineries ont dû fermer leurs portes, l’approvisionnement s’est heurté à la paralysie du trafic aérien. Les trois plus importantes raffineries de Suisse, qui pèsent à elles seules près d’un tiers du marché mondial, ont stoppé leur activité lundi dernier.

Vendredi, c’est la société sud-africaine, Rand Refinery, raffineur d’or majeur du continent africain, qui a annoncé l’arrêt de ses expéditions de lingots à Londres en raison du manque de vols commerciaux.

Dans ce contexte, les produits sont devenus soit inaccessibles, soit tout simplement introuvables, comme celui des pièces de 20 francs (les Napoléons) dont l’essentiel de la ressource repose sur les particuliers, à tel point que CpOr Devises, 1er acteur du marché en France, a annoncé la semaine dernière la suspension de leur cotation.

La paralysie de l’or physique a eu également pour effet de faire fortement diverger les prix au comptant et ceux des contrats à terme.

L’appétit des ETF

D’autant que l’appétit des ETF ne se tarit pas : d’après les données compilées par Bloomberg, ils ont acheté plus de 524 000 onces d’or hier, portant leurs achats nets à 7,33 millions d’unités depuis le début de l’année, soit la 6e journée consécutive de hausse. Ces achats représentaient l’équivalent de 850,5 millions de dollars au cours d’hier. Le pourcentage d’or détenu par les ETF a augmenté de 8,8% cette année à 90,2 millions d’onces, à son plus haut niveau depuis le 1er avril 2019, rapporte l’agence de presse.

Malgré ce contexte de forte volatilité, la plupart des observateurs anticipent une franche tendance haussière des cours dans les semaines à venir : au-delà du déséquilibre de l’offre et de la demande, l’afflux de liquidités injectées par les Etats et les Banques centrales, la promesse d’une hausse de l’inflation, la chute des taux d’intérêts réels et la récession à laquelle se préparent la plupart des économies promettent une belle reprise des cours. Peter Spina, PDG de GoldSeek.com, anticipe un cours de l’or à 1700 dollars au courant du mois de mai, et jusqu’à 2000 dollars les semaines suivantes.


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.