L'essentiel de l'actualité financière du vendredi 20 mars 2020

Coronavirus, rebond des indices boursiers, volatilité du pétrole, nouvelles interventions de banques centrales, gestion de crise, Quatre Sorcières... l'essentiel de l'info financière du 20 mars 2020.

Mise à jour 15h30

Avec Reuters

Marchés boursiers

  • Les bourses européennes poursuivent leur rebond après l'ouverture de Wall Street, rassurées par les mesures d'urgence des banques centrales et les différents plans de soutien aux Economies adoptées en Europe ainsi qu'aux Etats-Unis. > A Paris, le CAC 40 (France 40) progresse à 15h de 3,6%, sous les 4000 points. Sur l'indice parisien, l'action TechnipFMC est en hausse de plus de 23%, profitant de la reprise des matières premières ce matin. Elle est suivie de l'action Accor (+15,5%), d'Airbus (14,3%) et de Sodexo (+13,57%) > A Francfort, le Dax 30 (Allemagne 30) se reprend aussi de 3,5% à 8911 points, et à Londres, le FTSE 100 grimpe de 1,52% à 5228 points ;
  • Jeudi avait permis aux marchés actions d'amorcer une petite reprise > À Paris, le CAC 40 a terminé à +2,68% à 3.855,5 points. Le Footsie britannique a pris 1,4% et le Dax allemand a gagné 2%. L’indice EuroStoxx 50 a avancé de 2,86%, le FTSEurofirst 300 de 3,29% et le Stoxx 600 de 2,91%. Une majorité de secteurs ont terminé en hausse, y compris celui des transports et des loisirs (+2,32%) qui accusait pourtant à la mi-séance la plus forte baisse du jour.
  • A Wall Street, les indices évoluent sans direction au cours de la première heure de la séance. Si les futures avaient ouvert la voie à un solide rebond ce matin, l'optimisme des marchés a été entamé par la mise en quarantaine des habitants de l'Etat de Californie. Vers 15h10, le S&P est quasiment stable, le Dow Jones à +0,27% et le Nasdaq à +1,1%. Le Russell 2000 est pour sa part dans le rouge à -1,73%. Hier la bourse de New York a terminé sur une petite hausse : le Dow Jones a clôturé à 20088.35 points, et +0.95% le S&P 500 a fini à 2409.52 points et+0.48%, le Nasdaq s'est redressé un peu plus franchement à 7288.52 points et +1.58% dans un contexte de volatilité toujours élevé avec un indice Vix au-desssus des 70.
  • Bon à savoir : la séance du vendredi 20 mars est placée sous le signe des quatre sorcières, journée de débouclements trimestriels des dérivés, pourrait ajouter une dose de la volatilité à un contexte de marché déjà particulièrement agité.
  • En parallèle, les rendements sur les obligations d’Etat ont aussi dégonflé : le rendement italien à dix ans a chuté à 1,521% après avoir fini la séance mercredi à 2,3%. Celui du Bund allemand à dix ans a terminé quasi-stable à -0,22% après être retombé en début de séance à -0,384%. Il repart à la baisse vendredi matin à -0,301%.

Coronavirus

  • La pandémie de Covid-19 totalise plus de 244 000 personnes contaminées et plus de 10 000 décès vendredi matin. En Chine, pour la 2e journée consécutive, aucun nouveau cas n’a été détecté ces dernières 24h à Wuhan, berceau de l’épidémie mais la province du Hubei, où vivent plus de 50 millions de personnes, reste confinée. Sur le territoire, 39 cas et 3 décès supplémentaires ont été répertoriées depuis jeudi ;
  • Alors que le Covid-19 continue de gagner du terrain en Italie, avec désormais plus de 41 000 cas et plus de 3400 morts (soit plus qu’en Chine), le gouvernement devrait étendre la durée du confinement de la population ;
  • En France, l’extension de la quarantaine, initialement prononcée pour 15 jours, est également très probable. Aux Etats-Unis, le nombre de cas a dépassé hier la barre des 10 000 et doublé en deux jours. L’Etat de Californie vient d’adopter un décret obligeant tous ses résidents à rester confinés jusqu’à nouvel ordre. Tous les bars, restaurants et services « non essentiels » sont désormais fermés.

Banques centrales

  • La banque centrale de Norvège a abaissé le niveau de ses taux d’intérêts directeurs à 0,25%, son plus bas historique, après les avoir déjà abaissé de 50 points de base il y a une semaine.

    La Bank of Japan a émis hier 1,3 milliards de yens de dette supplémentaires (12 milliards de dollars).

  • La Banque d’Angleterre (BoE) a abaissé son taux directeur à 0,1% et annoncé de nouveaux achats d’obligations de plus de 200 milliards de livres sterling, au cours d’une réunion d’urgence. Cette décision intervient une semaine après avoir procédé à une première coupe de 0,75% de son taux directeur. Le programme de rachats d’actifs devrait porter les réserves de la banque centrale à 625 milliards de livre, soit l’équivalent de 30% du PIB du Royaume-Uni.
  • BCE : Christine Lagarde a déclaré que la Banque centrale européenne restait prête à augmenter encore la taille de ses programmes d’achats d’actifs face à la crise, s’attendant à une récession économique « considérable » en Europe. « Nous sommes totalement prêts à augmenter la taille de nos programmes d’achats d’actifs et à ajuster leur composition, autant que nécessaire et aussi longtemps que nécessaire », a-t-elle écrit dans une tribune publiée par le Financial Times. « Nous allons étudier toutes les options et toutes les possibilités afin de soutenir l’économie pendant ce choc ».
  • La Banque centrale d’Australie (RBA) a annoncé cette nuit qu’elle allait procéder pour la première fois de son histoire à un programme de rachats d’actifs pour 5 milliards de dollars australiens. Les banques nationales vont également pouvoir différer de six mois le remboursement des prêts accordés aux petites entreprises.
  • Fed : en plus de son gigantesque QE et de la baisse à zéro de ses taux d’intérêts directeurs, la Réserve fédérale américaine a annoncé jeudi le déploiement d’un fonds commun de placement monétaire (Money Market Mutual Fund Liquidity) pour renforcer la liquidité et le fonctionnement des marchés monétaires les plus essentiels. Ce dispositif sera assuré par l’antenne de Boston qui mettra à disposition des établissements financiers éligibles des prêts qui seront couverts par des actifs sécurisés achetés par la Fed. La banque centrale a par ailleurs autorisé hier plusieurs de ses homologues à accéder au dollar. Enfin, conséquence logique de ces flux de liquidités massifs, le bilan de la Fed a atteint un record historique de 4660 milliards de dollars, avec une augmentation hebdomadaire également historique de 356 milliards de dollars. Les emprunts au guichet d'escompte sont passés de 11 milliards la semaine dernière à 28 cette semaine, alors que la Fed a abaissé ces derniers jours leur taux d'intérêt pour soutenir les flux de crédit.

Mesures gouvernementales et européennes

  • En France, le Sénat a voté cette nuit les projets de loi d’urgence relatifs à la gestion du coronavirus et de la crise sanitaire et économique que traverse le pays. Le texte, qui doit encore être présenté devant l’Assemblée nationale, permet de reporter le 2e tour des élections municipales au mois de juin, déclare l’état d’urgence sanitaire pour deux mois, et offre la possibilité au gouvernement d’agir par voie d’ordonnance en matière sanitaire, de droit du travail mais aussi de libertés fondamentales (liberté d’aller et venir, d’entreprendre, liberté de réunion etc.).
  • Pour soutenir les salariés dont la présence est indispensable sur leur lieu de travail, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a appelé "toutes les grandes entreprises et fédérations" à verser à leurs employés concernés une prime de 1000 euros qui sera défiscalisée;
  • D'après une information de BFM, Bercy étudierait la possibilité d'apporter une aide publique à Air France sous la forme de prêts en capital, un dispositif déjà utilisé lors de la crise des subprimes auprès des banques. L'option pourrait concerner d'autres entreprises en difficulté comme Renault SA ;
  • Le ministre de l’Action et des Comptes publics Gerald Darmanin a prévenu mercredi que le déficit public de la France devrait se creuser à 3,9% du PIB et le niveau de la dette dépasser 100% du PIB. Pour Bruno Le Maire, le PIB de la France pourrait se contracter de 1% en 2020.
  • Interrogée par la presse allemande, la présidente de la BCE Christine Lagarde estime que la récession en Europe pourrait être située entre -2% et -10%, probablement à -5%.
  • La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a déclaré que l’exécutif étudiait l’ensemble de ses instruments, dont la possibilité d’assouplir les règles d’endettement des Etats membres et celle d’émettre de la dette commune pour contrer les effets de la crise. L’Union européenne « fera tout ce qui est en son possible pour supporter l’économie, et sans conditions (« whithout « if » and « buts ») » a déclaré Ursula von der Leyen.
  • D'après une information de la presse allemande, le gouvernement fédéral préparerait un plan de relance économique de 100 milliards d'euros pour soutenir l'activité du pays, qui a dépassé jeudi la barre des 10 000 personnes contaminées avec une vingtaine de morts.

Statistiques économiques

  • L’indice manufacturier de la Fed de Philadelphie s’est fortement contracté au mois de mars, tombé à -12,7 après 36,7 en février, sous les attentes du consensus Reuters à +10.
  • L’indice de sentiment économique allemand de l’institut Ifo a chuté à 87,7 après 96 en février, à son plus bas niveau depuis le mois d’août 2009. Selon l’Institut, l’indicateur avancé présage d’un fort repli de l’économie allemande au 1er trimestre, entre 3 et 5%.
  • Le nombre d’inscriptions hebdomadaires au chômage a bondi à 281k la semaine dernière aux Etats-Unis, un record depuis septembre 2007.

Devises

  • Le dollar a continué de monter contre les principales devises jeudi, porté par la fuite ininterrompue des investisseurs vers les actifs les plus liquides. Avec le renchérissement du dollar, l’euro est revenu jeudi sous 1,0660, au plus bas depuis avril 2017. Avec un léger regain d'appétit au risque, la monnaie américaine recède du terrain vendredi matin : la paire EUR/USD se reprend vers 11h30 à +0,75% à 1,0749. Face au billet vert, la livre sterling gagne également du terrain vendredi en hausse de 2,6% à 1,1781. La paire GBP/USD était tombée à son plus bas niveau depuis 1985 cette semaine. Enfin, face au yen, le dollar recule de 0,7% à 109,94.

Matières premières

  • En fort rebond jeudi après leur krach de la veille, les cours de l’or noir ont poursuivi leur reprise vendredi matin, progression de près de 5,3% pour le WTI à 27,77$ le baril, et de 7,6% pour le Brent à 30,25$ vers 11h30. Le rebond s'est accéléré après la parution d'une information du Wall Street Journal selon laquelle l'Etat du Texas, plus important état producteur de brut des Etats-Unis, réfléchirait à limiter sa production afin d'enrayer la chute des cours. Mais les prix du pétrole sont repartis à la baisse en début d'après-midi : la Russie a décliné l'offre de médiation du président des Etats-Unis dans le conflit qui l'oppose à l'Arabie Saoudite. Vers 15h, le Brent perd 1,7% à 27,63$ et le WTI se replie de 5,79% à 24,85$.
  • Côté métaux précieux, l’or gagne 2,% ce matin à 1508$ l’once, l’argent rebondit de 5,4% à 12,8 dollars.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Avez-vous trouvé vos prochaines opportunités ?

Saisissez-les dès à présent.

Investissez en bourse sur plus de 17'000 valeurs depuis notre plateforme plusieurs fois récompensée avec des spreads compétitifs sur indices, actions, matières premières et plus encore.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.