Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations. Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations.

Hausse du pétrole + injection de liquidités = probabilités d’une baisse de taux divisée par deux

Entre la flambée des cours du pétrole et une injection expresse de liquidités de la Fed de New York mardi, les anticipations des analystes sur la décision de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine ne sont plus aussi unanimes aujourd’hui qu’elles l’étaient il y a encore trois jours. Baromètre de référence du consensus en la matière, le CME FedWatch enregistre depuis 48h une baisse assez spectaculaire des probabilités d’une nouvelle baisse des taux américains ce soir…

Des probabilités qui restent supérieures à 50 %

Caracolant à près de 100 % au début du mois, restées au-delà des 90 % il y a encore une dizaine de jours, celles-ci sont tombées hier à un niveau plancher de 48,5 % et se situent ce matin, à moins de 10h de la décision de la Fed, à 56,5 %.

Si les « chances » d’une baisse de 25 points de base qui ramènerait la fourchette des taux d’intérêt directeurs de la Fed à 1,75-2% restent ainsi élevées, les événements de ces derniers jours sont venus semer le doute dans les anticipations des marchés. A la source de leurs incertitudes, une hausse « imprévue » et brutale des cours du brut.

Conséquence d’attaques subies par deux des installations du géant saoudien Aramco qui ont fait chuter de 50 % le niveau de sa production de barils, la flambée du pétrole a d’abord abaissé les probabilités d’une baisse de taux car si elle se poursuivait, elle aurait entre autres pour effet de soutenir l’inflation américaine, qui s’est déjà redressée cet été.

Pétrole : un retour à la normale d'ici dix jours

Dans un premier temps, beaucoup d’observateurs ont estimé qu’au vu des dommages subis, la reprise du rythme initial de la production d’Aramco, d’environ 11 millions de barils par jour, devrait prendre « des semaines ». Mais le groupe pétrolier, qui prépare l’IPO la plus importante de l’histoire des marchés financiers, s’est relevé beaucoup plus rapidement que prévu.

Il a annoncé hier que près de 70 % de ses capacités de production étaient en passe d’être récupérées, tandis qu’un retour à la normale est attendu d’ici à la fin septembre, a déclaré de son côté le ministre saoudien de l’Energie. Le Royaume est déjà parvenu à fournir la même quantité de pétrole qu'avant les attaques en puisant dans ses réserves, a-t-il précisé. Sur ces informations, les prix du pétrole se sont dépréciés d’environ 5 %, effaçant ainsi la moitié de leur gap haussier de lundi. Ce mercredi, les cours se maintiennent toutefois ce mercredi. Le Brent s’échange à plus de 64,2 dollars (+0,67%) et le WTI près des 59 dollars (stable).

Autre facteur de doute semé chez les investisseurs : une intervention relativement rare de l’antenne de New York de la Fed mardi, qui a injecté en urgence 53 milliards de liquidités sur les marchés financiers hier, et en débloquera 75 supplémentaires cet après-midi, afin de maintenir les taux de repo (refinancement) qui se sont brutalement tendus à un pic de 10 % mardi matin alors que ces derniers se situent normalement dans la fourchette des taux de la Fed, soit entre 2 et 2,25 %.

Stress de liquidités

En clair, dans les échanges cette semaine, le niveau de liquidités disponible est devenu trop faible par rapport à la demande des institutions et entreprises qui se refinancent quotidiennement par des rachats de dette (comme les bons du Trésor), et son prix a mécaniquement explosé. L’intervention de la Fed, mardi, a permis de revenir à un niveau de taux de 2,25%.

Plusieurs facteurs expliquent ce stress de liquidités. Le premier serait une forte demande en dollars des entreprises américaines, qui ont dû honorer une échéance fiscale dimanche dernier. Le niveau de déficit du Trésor américain, aurait également mené à épuiser les réserves en dollars des banques.

Le Département a dû régler quelque 78 milliards de dollars d’adjudications lundi, entraînant les établissements à consommer leurs réserves. Enfin, la diminution du bilan de la Fed (actuellement de 1300 milliards de dollars contre plus du double il y a cinq ans) a réduit également les réserves de cash des banques .

Même s’il est présenté comme un incident « technique », le stress de liquidité des marchés américains a jeté un froid sur les anticipations de baisse des taux de la Fed, car une telle intervention est une première depuis la crise des subprimes. Elle sème de facto le doute sur l’épaisseur du coussin de sécurité des établissements financiers, et une nouvelle baisse des taux d’intérêt, déjà très bas, ne laisserait que peu de marge de manœuvre pour l’avenir.

Une décision de politique monétaire très surveillée

Pourtant ce scénario reste toujours le plus probable. Les dernières statistiques de l’économie américaine se sont révélées plutôt bonnes : les ventes au détail et la confiance des consommateurs, pierre angulaire de la santé des Etats-Unis, se maintiennent, le chômage reste très bas, l’inflation se redresse et la croissance du 2e trimestre a dépassé les attentes.

Mais la forte pression politique de la Maison Blanche, une activité manufacturière en décrochage, un contexte géopolitique à haut risque dans le Golfe persique et l’ombre toujours prégnante d’une énième escalade des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis sont autant d’éléments qui pourrait inviter la Fed à opter pour une nouvelle baisse des taux « assurantielle ».

Plus que la décision du niveau des taux, c’est le discours de Jerome Powell qui l’accompagnera que scruteront les marchés pour jauger l’orientation que donnera la Réserve fédérale à sa politique monétaire d’ici à 2020…


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Restez attentifs aux opportunités après les annonces du FOMC

Découvrez comment les réunions du FOMC impactent les marchés suite à celle des 15 et 16 septembre 2020.

  • Comment la prochaine réunion de la Fed peut impacter votre trading ?
  • Qu’a-t-il été décidé lors de la dernière réunion ?
  • De quelle manière les annonces du FOMC impactent le cours du dollar ?

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.