Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations. Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations.

Guerre commerciale Chine-US : tous les épisodes de votre feuilleton de l’été

Vous avez eu du mal à suivre tous les (nombreux) rebondissements du dossier commercial entre la Chine et les Etats-Unis cet été ? Notre récap’ estival pour ne pas perdre une miette du feuilleton Trump-Xi à la rentrée.

>>> G20 du 28 et 29 juin : Trump et Xi sifflent une nouvelle trêve

La rencontre du président des Etats-Unis et de son homologue chinois à Osaka lors du dernier G20, caressait l’espoir d’une reprise des négociations dans un climat plus apaisé que les précédentes semaines, où les menaces américaines de nouvelles sanctions tarifaires avaient interrompu les discussions pendant plus de six semaines.

Le 29 juin, Donald Trump et Xi Jinping ont convenu d’une nouvelle trêve commerciale en s’engageant respectivement à ne pas mettre en place des droits de douanes supplémentaires sur leurs importations. La Chine a promis d’acheter davantage de produits agricoles européens tandis que Donald Trump a évoqué un possible assouplissement des restrictions contre Huawei, sans apporter de précisions sur la nature de cet assouplissement.

>>> 1-15 Juillet : reprise des négociations en douceur

A l’issue d’une conversation le 9 juillet entre Robert Lighthizer, représentant américain au Commerce, Steven Mnuchin, secrétaire américain au Trésor et le vice-Premier ministre chinois Liu He, le camp américain a indiqué que l’échange prévalait de futures rencontres entre leurs délégations respectives, sans donner plus de détails sur l'horizon de ces rendez-vous.

En parallèle, le secrétaire américain au Commerce a confirmé que Huawei figurait toujours sur la blacklist de son administration, précisant toutefois que des licences seront accordées à des fournisseurs du groupe chinois dans la mesure où aucune menace envers la sécurité nationale des Etats-Unis n’est identifiée.

>>> 15-30 juillet : les achats chinois au cœur des négos

L’impatience du président Trump face aux promesses d’achats chinoises a rapidement supplanté les déclarations de bonnes intentions du G20. Le 15 juillet, le conseiller économique de la Maison Blanche Larry Kudlow a réitéré son appel pour la que la Chine achète davantage de produits agricoles auprès des Etats-Unis, regrettant que ces promesses ne se concrétisent rapidement.

Le lendemain, Donald Trump a formulé de nouvelles menaces à l’encontre de la Chine, en déclarant qu’il pourrait finalement adopter des droits de douanes supplémentaires s’il le souhaitait, remettant ainsi en question la trêve convenue avec Xi Jinping, un « ami de moins en moins proche ».

Bon gré malgré, la semaine du 24 juillet, Bloomberg annonce une nouvelle rencontre entre hauts délégataires des deux Nations à Shanghai, rapidement confirmée par les intéressés. Celle-ci est programmée au même moment que la réunion du FOMC de la Fed, les 30 et 31 juillet, à l’issue de laquelle la Réserve fédérale décidera, on le sait, d’abaisser le niveau de ses taux d’intérêt directeurs pour la première fois depuis 2008, mais pas assez au goût du président des Etats-Unis, qui n’hésitera pas à fustiger publiquement sa décision à plusieurs reprises.

Les attentes vis-à-vis de cette rencontre, la première depuis le mois de mai, sont raisonnablement optimistes. La Chine semble tendre une perche aux Etats-Unis sur des promesses d’achats de produits américains, l’une des principales requêtes de Washington en vue de redresser la barre de son déficit commercial face à Pékin.

« Certaines entreprises chinoises sont disposées à continuer à acheter des produits agricoles américains, et elles ont demandé des prix à leurs fournisseurs américains et signeront bientôt des contrats commerciaux », avait ainsi déclaré en amont de l’entrevue le porte-parole du ministère, Gao Feng, lors d'une conférence de presse.

Côté américain, on fait néanmoins passer le message d’une certaine fermeté : le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, a déclaré sur CNBC qu’il ne croyait « pas qu’il y aura un grand accord », à l’issue de cette réunion. « Ayant parlé à nos négociateurs, je crois qu'ils veulent repartir sur de bonnes bases et, espérons-le, de là où les négociations s'étaient arrêtées en mai dernier », avait-il déclaré quelques jours avant le déplacement de la délégation américaine à Shanghai.

>>> 1er août : nouveaux tarifs surprise des Etats-Unis pour septembre

Le 30 juillet, à l’issue de deux journées de pourparlers, les Etats-Unis confirment à nouveau que la Chine allait tenir ses promesses d’achats de produits agricoles américains sans livrer plus de détails. Le Wall Street Journal relève de « de faibles progrès » à l’issue de cette cession de travail, qui devrait être renouvelée au mois de septembre, rapportant que Pékin semble jouer la montre dans l’espoir d’obtenir davantage de concessions de la part de Washington. Et pour cause : au lendemain de la fin de la réunion et de ces déclarations, Donald Trump annonce sur Twitter que 300 milliards de dollars d’importations chinoises supplémentaires seront taxés à hauteur de 10 % à compter du 1er septembre.

D’après Bloomberg, il aurait refusé de prévenir en amont la Chine de son intention d’appliquer de nouvelles sanctions, malgré les recommandations de Steven Mnuchin. Qualifiant ces mesures de « petites taxes additionnelles », le locataire de la Maison Blanche espère qu'elles permettront de poursuivre un « dialogue constructif » avec Pékin et son « ami le président Xi ».

Côté chinois, le ministère du Commerce a fait savoir que la Chine devra prendre des contre-mesures si les Etats-Unis appliquent de nouvelles taxes, tout en dressant en parallèle une liste à la Prévert des achats récemment honorés ces dernières semaines, sans taxation.

>>> 5 août : la chute du yuan ajoute de l’huile sur le feu

Pendant le week-end du 3-4 août et dans la nuit du 5 août, le cours de la monnaie chinoise s’effondre face à un panier de devises majeures, en premier lieu le dollar américain. Passant la barre des 7 yuans le dollar, la paire USD/CNH a touché son plus bas niveau depuis plus de onze ans. La brutalité de ce mouvement, plutôt rare, mène les Etats-Unis à accuser l’Empire du Milieu et la PBOC de manipulation de devises dans un communiqué du département du Trésor, une première depuis 1994.

Le texte explique que le Trésor avait déterminé que « la Chine était un manipulateur de devise », une première depuis 1994, et qu’une procédure auprès du FMI allait être engagée pour remédier à « l’avantage compétitif déloyal » créé par « les récentes actions de la Chine ». En réaction, le gouvernement chinois a annoncé interrompre ses achats de produits agricoles américains.

Les marchés financiers ont vivement réagi au déplacement du conflit sur le terrain des devises : le 5 août, les indices star de la bourse de New York ont enregistré leur pire séance de l’année en pourcentage, avec des chutes de plus de 3%.

Afin de calmer le jeu et assortir une preuve concrète à sa défense, la PBOC a abaissé ce matin le taux pivot du yuan de 6,9871 à 6,9683 pour un dollar, selon une information de Bloomberg, et annoncé une émission d’obligations de 30 milliards de yuans à Hong Kong, afin de renforcer le cours de la monnaie en injectant plus de liquidités offshore.

S’exprimant devant la presse, le 9 août, le président américain annonce que les Etats-Unis ne feraient pas pour l’instant d’affaires avec le géant chinois des télécommunications Huawei, revenant ainsi sur son engagement du G20 d’Osaka.

>>> 13 août : rétropédalage de Trump sur les futures sanctions tarifaires

Nouveau coup de théâtre : le 13 août, l’office du présentant américain au Commerce annonce dans un communiqué que les Etats-Unis reportent au 15 décembre une partie des droits de douane de 10% sur les 300 milliards de dollars de produits qui devaient être taxés dès le 1er septembre. Sont concernés par ce report les téléphones mobiles, les ordinateurs, les écrans d’ordinateurs, les consoles de jeux vidéo, « certains jouets » et « certains produits de confection et de la chaussure ».

Un autre groupe de produits échappera définitivement aux droits de douane « sur la base d’éléments touchant à la santé, à la sécurité, à la sûreté nationale et d’autres éléments », ajoute le communiqué, sans les détailler. La taxe prévue de 10% s’appliquera bien en revanche le 1er septembre sur d’autres produits électroniques (montre et enceintes connectées, écouteurs bluetooth…), des produits alimentaires chinois, les écrans plats chinois et certains vêtements.

Restent aussi sur la liste les animaux vivants, les produits laitiers, les skis, balles de golf, lentilles de contact et autres batteries au lithium ion. D’après les calculs de Reuters, le report pourrait concerner environ la moitié des 300 milliards de dollars initialement prévus.

L’annonce du report des droits de douanes a été publiée quelques minutes après celle du ministère du Commerce chinois d‘un échange téléphonique entre le vice-premier ministre Liu He et les hauts délégataires américains. Dans son communiqué, Pékin exprime ses réserves solennelles quant au projet américain d’imposer de nouveaux droits de douane sur des produits chinois à compter du 1er septembre, sans mention des reports annoncés dans la foulée de cet entretien.

>>> Vendredi 23 août : contre-attaque de la Chine avec de nouveaux droits de douanes

Une dizaine de jours après la modulation des futures taxes américaines, c’est au tour de la Chine d’annoncer son intention d’imposer de nouveaux droits de douane sur 75 milliards de dollars d’importations américaines en deux temps, le 1er septembre puis le 15 décembre, ainsi que de taxer à hauteur de 25 % les automobiles américaines et à hauteur de 5 % les pièces détachées, à compter du 15 décembre. Ces droits de douane supplémentaires, de 5 % à 10 %, porteront sur 5 078 produits américains, dont les produits agricoles, le pétrole brut et les petits avions.

La réaction américaine ne s’est pas fait attendre. Le président américain a réagi en déclarant que les taxes américaines qui touchent actuellement 250 milliards de dollars de produits chinois passeront de 25 à 30 % à compter du 1er octobre, et que celles à venir sur 300 milliards de dollars de produits supplémentaires seront taxées à 15 % et non plus à 10 % dès le 1er septembre. Donald Trump a par ailleurs « ordonné » les entreprises américaines de commencer immédiatement à chercher des alternatives commerciales à la Chine, une déclaration rejetée par la Chambre de commerce américaine.

>>> Lundi 26 août : les bons auspices du G7 : poursuite des négociations, « tout est possible » selon Trump

Au plus fort de l’escalade de ces menaces commerciales, le sommet du G7 qui a débuté samedi à Biarritz et se terminera ce lundi soir, s’annonçait donc sous haute tensions. Mais après 48h de travaux, les Etats-Unis semblent avoir été convaincus par leurs homologues internationaux de désamorcer la bombe à retardement de nouvelles sanctions commerciales. Dans une série d’échanges et de déclarations de presse ce matin, Washington et Pékin ont adopté un changement de ton pour le moins radical.

La Chine a exprimé son souhait de reprendre le cadre de négociations « apaisées », auquel le président des Etats-Unis a répondu par une salve de déclarations optimistes, vantant « le grand respect qu’il portait au président Xi et à ses représentants », qualifiant le chef d’Etat chinois de « grand leader, représentant un grand pays », 72h après l’avoir désigné comme son « plus grand ennemi ».

Assurant avoir reçu un appel téléphonique du camp chinois – ce qu’à par ailleurs démenti le porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois – Donald Trump assure aujourd’hui que les Etats-Unis se trouvaient « dans la meilleure des positions pour aboutir à un accord commercial avec la Chine ». Interrogé sur un possible report des futurs droits de douanes, le président américain assure que « tout est possible ».


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

La guerre commerciale mondiale menée par Donald Trump

Tout ce que vous devez savoir concernant la confrontation entre Trump et la Chine.

  • Que s'est-il passé jusqu'à présent ?
  • Actions, pétrole et autres marchés à surveiller
  • Découvrez comment profiter de la volatilité

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.