Prix du pétrole : pourquoi ils ont flambé, cela peut-il durer ?

Tombés à des niveaux critiques, les prix du pétrole ont rebondi de plus de 15% jeudi après deux tweets du président des Etats-Unis. Les cours poursuivent leur remontée vendredi, portés par l'espoir d'une future réunion d'urgence de l'Opep+ lundi.

Une intervention surprise de Donald Trump a fait exploser les cours de l'or noir

La séance boursière de jeudi s’annonçait particulièrement morose. Les places européennes ont traversé la matinée en petite hausse avant d’effacer rapidement leurs gains en prenant connaissance des chiffres hebdomadaires du chômage aux Etats-Unis. Les inscriptions ont explosé la semaine dernière à un record historique de 6,6 millions d’inscrits en sept jours, lequel s’ajoute aux 3,2 millions de la période précédente.

Sur ce mauvais baromètre économique, Wall Street a débuté en repli. Mais peu après 16h30, deux tweets du président des Etats-Unis ont changé la donne de la journée : dans le premier, Donald Trump a assuré avoir échangé avec le prince saoudien MBS qui lui-même s’est entretenu avec Vladimir Poutine, et qu’il « attend et espère quils couperont [leur production de pétrole] denviron 10 millions de barils par jour, et peut-être significativement plus ».

Le WTI (Pétrole - US Brut Léger), qui avait enregistré un plus bas intraday de 20,82$, a bondi sur ces interventions jusqu’à 27,53$ pour terminer à 24,9$, en hausse de 17,73%. Le Brent (Pétrole - Brut Brent) est passé d’un plus bas de 25,45$ à 36,29$. Le baril européen a fini à 29,6$, à +15,62%.

Après ces déclarations, l’Arabie Saoudite a appelé l’Opep+ à tenir une réunion d’urgence en y associant de nouveaux membres. Avec un objectif : juguler la production mondiale de pétrole via un effort qui soit davantage collectif. Si la Russie a d’abord démenti que le sujet d’une coupe était sur la table avec Riyad, l’agence de presse russe TASS, puis l’Opep a confirmé ce matin l’organisation d’un sommet de l’Opep+ dès la semaine prochaine. Parmi les conviés : le Mexique, le Canada, le Brésil, et bien sûr les Etats-Unis…

Le pétrole pressurisé par une demande moribonde et le bras de fer russo-saoudien

Pressurisés depuis le début de la vague épidémique en Asie, les prix du pétrole ont accéléré leur chute jusqu’à s’effondrer à des plus bas de 18 ans dimanche dernier. Pour la première fois depuis 2002, le cours de la référence américaine du marché, le WTI, est passé brièvement et à plusieurs reprises sous les 20 dollars, un niveau intenable pour l’écrasante majorité des acteurs du marché.

Cours CFD du WTI – février-avril 2020

Commencez à construire votre stratégie dans un environnement sans risque avec un compte démo IG

La chute des prix du pétrole a même entraîné certains producteurs de gaz de schiste américains à vendre leur or noir à perte, préférant payer pour s’en débarrasser plutôt que d’être contraints à fermer leurs sites, avec un onéreux redémarrage à la clé.

L’accélération de la baisse des prix est la résultante de deux principaux facteurs : d’un côté, la paralysie des économies européennes et américaine contraintes de confiner leur population face à la montée de la pandémie de coronavirus, faisant s’écrouler la demande d’or noir.

De l’autre, le bras de fer entre l’Arabie Saoudite et Moscou après l’échec de la dernière réunion de l’Opep+, qui a mené le Royaume saoudien à accroître sa production et ses exportations au plus fort de la crise sanitaire, creusant davantage le fossé entre l’offre et la demande de pétrole.

L'intervention américaine, une stratégie de crise

Premier producteur mondial de pétrole, les Etats-Unis sont d’abord restés en retrait du conflit. Pour le locataire de la Maison Blanche, la baisse des prix à la pompe est une intéressante carotte électorale. Mais jusqu’à un certain point. Arrivée à des niveaux critiques, la chute des prix du pétrole menace désormais la survie des producteurs américains, qui croulent sous les dettes dans un contexte de crise sanitaire et économique inédit.

Les dégâts sont déjà là : d’après le Wall Street Journal, Whiting Petroleum est la première exploitante américaine à avoir fait faillite hier, contrainte d’engager une procédure de restructuration financière. Gavilan Ressources LLC, serait aussi en grande difficulté.

Face à l’urgence, dans un premier temps, Donald Trump a proposé d’intervenir en qualité de médiateur auprès de l’Arabie Saoudite et de la Russie. Mais Vladimir Poutine ayant rejeté cette option il y a une dizaine de jours, Washington est passée par des canaux diplomatiques bilatéraux. Depuis plusieurs jours, la rumeur circulait que les Etats-Unis menaçaient Riyad de sanctions économiques si le pays ne mettait pas le holà sur sa production. Pour sa part, Moscou s’est exprimé en faveur d’une option d’un élargissement de l’Opep+.

Et maintenant ? Qu’espérer de l’Opep+ ?

La confirmation d’une réunion d’urgence de l’Opep+ lundi (Bloomberg) a mené les prix du pétrole à poursuivre leur accélération vendredi. A midi et demi, le Brent progresse de plus de 10,6% à 32,74$ le baril, et le WTI de 6% à 26,35$.

A court terme, l’évolution des cours du pétrole dépendra clairement de l’issue de ce rendez-vous. L’économie mondiale à l’arrêt, le marché du pétrole souhaite être rassuré par une coupe de production suffisamment conséquente, c’est-à-dire nettement supérieure à celle que prévoyait l’Opep en amont du véto russe et l’arrivée de l’épidémie (soit environ 3 millions de bpj).

Si le président des Etats-Unis plaide pour une réduction de 10 à 15 millions de barils par jour – dont la médiane représente peu ou prou la production quotidienne américaine (13 mbj), la plupart des observateurs jugent ce niveau peu réaliste, tout comme le principal concerné, l’Arabie Saoudite.

Un chiffre de 9 mbj aurait été évoqué hier par le Royaume, mais d’après les dernières informations du Wall Street Journal, les discussions de l’Opep+ devraient tourner autour d’une base de 6 millions de barils par jour, soit la moitié que ce réclame Trump.

Tout dépendra également des pays présents autour de la table. Les Etats-Unis n’ont pas encore indiqué qu’ils seraient bien à la réunion. Quant à sa participation à l’effort collectif, le président américain a déjà déclaré hier soir qu’il ne s’était engagé ni auprès de l’Arabie Saoudite, ni auprès de la Russie, à des coupes de production domestiques. Or, toujours selon des sources du WSJ, les chances que Moscou accepte une réduction sans que les Etats-Unis fassent de même sont extrêmement faibles.

Le Canada a donné son feu vert, mais en soulignant toutefois qu’avec une production de seulement 4 millions de bpj, il ne serait pas d’une très grande aide. Ce qui est certain, c’est que Riyad refusera d’endosser à elle seule l’essentiel de l’effort.

A plus long terme, les prix du pétrole restent quoi qu’il en soit très mal orientés. La récession mondiale est désormais actée, et les efforts de coupe de production de l’Opep ne suffiront pas à eux seuls à compenser la crise. D’après les dernières anticipations d’UBS, la demande de brut devrait s’effondrer d’environ 20 millions de barils par jour sur la période du 2e trimestre.

A lire aussi

Détente en marche forcée pour Riyad, Moscou et Washington

Marchés financiers : le spectre des faillites


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Soyez prêt à réagir à la prochaine réunion de l’OPEP

Découvrez comment l’OPEP influence les prix du pétrole à l’approche de la prochaine réunion le 20 novembre 2020.

  • Qu’a-t-il été décidé lors de la dernière réunion de l’OPEP ?
  • Pourquoi les pays membres de l'OPEP s'entendent-ils sur les quotas de pétrole ?
  • Quels sont les pays membres de l'OPEP ?

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.