Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations. Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations.

EUR/USD : le dollar se reprend après le rapport ADP

L’euro cède du terrain face au dollar cet après-midi après la publication des chiffres de l’emploi américain du rapport ADP. La paire EUR/USD cède près de 0,95% à 1,0926$ vers 14h45.

Si le rapport de l’emploi non agricole d’ADP était attendu dans le rouge, les chiffres sont ressortis cet après-midi moins mauvais que prévu avec 27 000 destructions d’emplois contre 150 000 attendues, ce qui a permis au billet vert de reprendre un peu de vigueur. Pour autant, le rapport de l’institut privé est le plus mauvais enregistré depuis dix ans.

Sous tension depuis le début de la crise épidémique du coronavirus, le marché des devises évolue au rythme des secousses des indices boursiers. Ces dernières semaines, la paire EUR/USDa tangué dans un canal relativement large, situé entre 1,06 et près de 1,15, balancée entre les mesures d’urgence monétaires et économiques des Etats, l’accélération de la pandémie en Europe et aux Etats-Unis, et l’ambivalence de la valeur refuge du dollar.

Cours CFD de la paire EUR/USD

Une configuration technique « sans tendance »

Evoluant clairement dans un canal baissier depuis 2008, la paire EUR/USD se situe actuellement dans une zone technique relativement « neutre », estime Alexandre Baradez, responsable de l’analyse marché d’IG France. Proche des moyennes mobiles 50 et 100 jours, la paire pourrait tout autant sortir par le haut du range que décrocher brutalement après « avoir tenté de freiner la baisse » ces derniers jours.

Sans signaux techniques clairs, le schéma graphique n’offre aucune réelle « conviction tendancielle », commente-t-il. Dans ces conditions, l’évolution de l’euro-dollar dans les prochains jours sera essentiellement assujettie à des facteurs exogènes :

L'ISM, le chômage américain et la courbe de l’épidémie, principaux vecteurs de l’EUR/USD de la semaine

Après le rapport ADP, tous les regards sont désormais tournés sur le PMI manufacturier de l’ISM du mois de mars, publié à 16h. Ce sera la première période du baromètre à prendre en compte l’état de confinement d’une partie de la population américaine. Après 50,1 au mois de février, le consensus Bloomberg anticipe une contraction de l’activité manufacturière à 45.

Demain, les inscriptions hebdomadaires au chômage seront particulièrement surveillées après que leur nombre a explosé à 3,283 millions la semaine dernière. Le précédent record d'inscriptions fait pâle figure à côté avec 695 000 inscrits en 1982. Après cette triste performance, les anticipations des analystes tablent sur une fourchette large allant de 800k à 6500k pour un consensus de 3,5 millions, supérieur à celles de la semaine dernière.

Côté gestion de crise, la Maison Blanche a opéré un tournant de communication hier soir alors que la pandémie s’accélère outre-Atlantique. Laissant de côté son inconséquence et sa nonchalance habituelle, le président Donald Trump a livré hier soir un discours très solennel et alarmiste sur la situation sanitaire du pays. Premier foyer mondial de l’épidémie, les Etats-Unis s’apprêtent à connaître « deux voire trois semaines très très difficiles » a-t-il prévenu, en présentant des statistiques d’évolution du coronavirus glaçantes. Selon la Maison Blanche, de 100 000 à 200 000 décès sont à prévoir. « Sans mesures d’atténuation, le nombre de décès aurait pu être beaucoup plus élevée, jusqu’à 2,2 millions ».

Les autres potentiels catalyseurs de l’euro-dollar

Le pétrole

Sur la tangente, les prix du pétrole pourraient entraîner des turbulences sur le marché des devises. Avec un WTI qui a du mal à se maintenir au-dessus des 20 dollars le baril, une nouvelle rechute des cours n’est pas à exclure, et pourrait faire tanguer la paire en renforçant l’attrait des opérateurs pour le billet vert. En plein marasme, le marché du pétrole est pris en étau entre une demande mondiale moribonde et une guerre des prix opposant l’Arabie Saoudite à la Russie.

La première a réitéré ces dernières heures son intention d’accroître sa production et ses exportations, tandis que la seconde se cantonne à une communication ambivalente sur ses intentions à l’égard de ses partenaires de l’Opep et des Etats-Unis. Rejeté par le Kremlin la semaine dernière, le rôle de médiateur que souhaite endosser Washington n’est pas à exclure, mais les cours seront inévitablement pressurisés ces prochains jours par l’accumulation des stocks de barils…

Un nouveau décrochage de Wall Street

La bourse de New York enchaîne les hauts et les bas depuis le début du mois de mars. Après une semaine de rebond record, suivie de deux nouvelles séances de hausse, les futures des indices américains ont flanché ce mercredi matin, et restent en retrait de 3 à 4% à moins d’une heure de l’ouverture de Wall Street. A la source de cette correction : l’accélération de la pandémie aux Etats-Unis et le changement de ton du président Donald Trump sur la gestion de crise ont réduit l’appétit au risque des marchés.

Corrélée à l’évolution du coronavirus outre-Atlantique, la tendance à Wall Street devrait faire la pluie et le beau temps de l’euro-dollar d’ici à la fin de la semaine. Si l’aversion au risque reprend, elle devrait logiquement pressuriser la paire en défaveur de la monnaie unique

Des annonces surprises

Peu probables, mais à surveiller toutefois, l’adoption de mesures de soutien européennes en amont de la prochaine réunion de l’Eurogroup, prévue le 7 avril, sont propices à faire bouger l’euro. Après un premier échec la semaine dernière, les Etats de la zone euro se déchirent sur une option d’emprunts mutualisés, les Eurobonds, qui permettraient aux nations les plus endettées et en difficulté de disposer de conditions d’octroi très intéressantes, mais soumettrait celles les plus « solides » à un effort supplémentaire. Pour sortir de l’impasse, le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, s’est exprimé dans les colonnes du Financial Times en faveur de la création d’un fonds de solidarité européen temporaire pour soutenir les Etats pendant la crise.

Du côté des Etats-Unis, de nouvelles informations sur une nouvelle loi d’urgence économique sont aussi susceptibles d’influer le dollar. Moins d’une semaine après avoir voté son plan de 2200 milliards de dollars, le Congrès américain planche sur une 4e législation. Le camp démocrate majoritaire de la Chambre des représentants souhaite accroître les aides aux bas salaires, et la prise en charge de leurs soins médicaux de la population la plus menacée par les suppressions d’emplois. Celle-ci reste encore à confirmer : selon des sources de CNBC, la Maison Blanche n’aurait pas encore examiné l’option d’une nouvelle loi, se concentrant à ce stade sur le déploiement de sa législation de « phase 3 ».


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Commencez à trader le forex dès aujourd'hui

Tradez sur le marché le plus négocié et le plus volatil au monde

  • Des spreads à partir de 0,6 points sur l’EUR/USD
  • Analysez les mouvements de cours sur des graphiques clairs et rapides
  • Négociez où que vous soyez avec nos apps mobiles intuitives

Vous voyez des opportunités à saisir sur forex ?

Entraînez-vous sans risque sur votre compte démo et découvrez si vous êtes sur la bonne voie.

  • Connectez-vous à votre compte démo
  • Prenez position
  • Découvrez si votre intuition est bonne

Vous voyez des opportunités à saisir sur forex ?

Ne manquez pas votre chance et créez un compte réel pour les saisir.

  • Des spreads compétitifs à partir de 0.6 points sur des paires de devises populaires
  • Analysez et placez vos ordres de manière transparente sur des graphiques clairs et rapides
  • Consultez et réagissez aux dernières actualités directement sur la plateforme

Vous voyez des opportunités à saisir sur forex ?

Ne manquez pas votre chance. Connectez-vous pour prendre position.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.