Bilan du mois d'octobre 2019

Du côté des indices boursiers internationaux :

Les principaux indices boursiers ont globalement clôturé le mois d’octobre en territoire positif, même si historiquement, ce premier mois du 4e trimestre est traditionnellement négatif depuis de nombreuses années. C’est notamment en raison de bonnes publications de résultats trimestriels, de politiques monétaires toujours accommodantes (la Fed a baissé pour la 3e fois cette année ses taux directeurs) et du report du Brexit au 31 janvier, éloignant ainsi le risque d’un « no deal ».

À Wall Street, les trois principaux indices américains ont été portés par des avancées significatives sur le dossier commercial entre la Chine et les Etats-Unis et une nouvelle baisse des taux de la Fed. L’indice des trente plus grosses capitalisations américaines, le Dow Jones 30, a progressé de +0,48 %, le S&P 500 a signé une clôture mensuelle au plus haut historique à 3.037 points en progression de +2,04 %, de même que le Nasdaq Composite qui a inscrit un nouveau record absolu, en hausse de +3,66 %.

En Europe, c’est l’indice allemand, le DAX 30, qui a terminé en tête à +3,53 %, au plus haut annuel, tiré essentiellement par le secteur automobile. L’indice phare parisien, le CAC 40, a lui aussi clôturé en hausse de +0,92 % profitant de la bonne performance du secteur du luxe. Il se situe à un sommet de douze ans et s’adjuge +20,68 % depuis le début de l’année. L’ensemble des principaux indices européens a terminé le mois dans le vert.

En Asie, les marchés ont poursuivi leur rebond après plusieurs mois difficiles. Le Hang Seng de Hong Kong a pris +3,12 % et le principal indice chinois, le CSI 300, a progressé de +1,89 %. La meilleure performance en Asie, et également parmi l’ensemble des indices internationaux, est venue de l’indice phare du Japon, le Nikkei 225, qui a terminé en belle progression de +5,38 % bien aidé une nouvelle fois par la politique ultra-accommandante de la BOJ (Bank of Japan).

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs européennes :

La rotation sectorielle que nous avions évoquée le mois précédent s’est confirmée ce mois-ci. Les secteurs cycliques ont pour le 2e mois consécutif surperformé l’ensemble des secteurs.

Le secteur automobile a terminé en tête, une nouvelle fois au-dessus des 6%, à +6,86 %, suivi par le secteur de la construction qui a grimpé de +3,51 %, par le secteur immobilier qui a pris +3,14 % et par le secteur industriel qui s’est adjugé +3,02 %.

Les valeurs automobiles allemandes ont tiré le secteur vers le haut car leurs publications trimestrielles ont rassuré les investisseurs. Daimler et Volkswagen ont progressé respectivement de 14, 88 % et de 9,38 %. Les annonces de fusion entre égaux entre Peugeot et Fiat Chrysler ont également soutenu le soutenu le secteur mais n’ont pas profité de manière équivalente aux deux constructeurs, puisque Peugeot a reculé de -0,79 % et Fiat a pris +17,32 %.

Au sein de la construction, la quasi-totalité des valeurs ont progressé, Bouygues, Saint-Gobain et Vinci prenant respectivement +3,40 %, +1,31 % et +1,80 %.

Du côté des déceptions, on va retrouver des secteurs qui traditionnellement ne sous-performent pas, à savoir des secteurs défensifs comme les secteurs d’alimentions et boissons (-5,58 %), et de biens de consommation (-0,71%). Le secteur de l’énergie a également terminé en recul de -1,61 %.

Des titres comme Danone, qui avait inscrits des sommets historiques en août, ont chuté (-7,99 %) de même que Nestlé (-2,73 %).

Du côté des statistiques macroéconomiques :

L’une des données macro-économiques les plus scrutées par les investisseurs, l’ISM Manufacturier américain, s’est de nouveau contracté pour le deuxième consécutif, il ressort à 47,8 contre 49,1 le mois précédent. Il se situe sous le niveau des 50, ce qui indique que l’activité manufacturière américaine est en contraction.

L’activité dans les services a également diminué, l’ISM non-manufacturier est ressorti bien en-deçà des attentes à 52,6 contre 55,1 attendu et 56,4 le mois précédent.

Les créations d’emplois continuent leur ralentissement au mois d’aout à 136 000 créations de postes, après un chiffre moyen 168 000 le mois précédent. Le taux de chômage a, quant à lui, inscrit un nouveau point bas historique à 3,5%, pourcentage le plus faible depuis plus de 50 ans !

De l’autre côté de l’Atlantique, en zone euro, on peut noter une légère amélioration du côté du PMI manufacturier. Il est certes toujours en contraction au-dessous de 50, à 47.0, mais il se redresse de 0,5 point par rapport au mois précédent. De leur côté, les PMI des services et composites demeurent toujours en expansion, et progressent très légèrement, ils atteignent 53,5 et 51,8 respectivement. Ceci étant, les publications préliminaires, flash, pour le mois de septembre annoncent une détérioration de l’ensemble des PMI.

Concernant les indicateurs de sentiment en zone euro, ils ressortent une nouvelle fois en repli au mois d’octobre. Le sentiment économique ressort à 100,8 contre 102,7 précédemment et la confiance du consommateur remonte légèrement à -6,5 contre -6,6 au mois de septembre.

Du côté des devises et des matières premières :

L'euro/dollar, la parité la plus traitée du marché des devises, a stoppé son reflux et s’est apprécié significativement de +2,29 %. Elle repasse au-dessus des 1,11, à 1,1150 dollars, tout comme l’EUR/JPY qui progresse de +2,28 %.

Du côté du Royaume-Uni, la livre sterling a poursuivi son rebond, grâce au report du Brexit pour janvier 2020. Le GBP progresse nettement de +2,93 % face à l’euro et de +5,29 % face au dollar.

Concernant, les matières premières agricoles, elles se sont globalement bien comportées, elles terminent dans un mouchoir de poche. Le soja clôture en hausse de +2,90 %, suivi par le blé et le maïs qui s’adjugent +2,62 % et +2,58 % respectivement.

Du côté des métaux précieux, l’or et l’argent reprennent le chemin de la hausse en octobre après avoir subi des prises de bénéfices en septembre. L’once d’or s’adjuge +2,75 % et repasse au-dessus du niveau psychologique des 1.500 dollars de même que l’once d’argent qui grimpe de +6,54 % à 18,11 dollars.

Du côté du pétrole, la volatilité est retombée après un mois de septembre extrêmement volatil. Les tensions géopolitiques seront restées au second plan, ce qui a permis au brut léger américain de se stabiliser, +0,2 % à 54,18 dollars et le Brent monte légèrement de +0,62 % à 59,62 dollars.

Conclusion

Le mois d’octobre est dans la lignée du mois de septembre. Les actions ont été portées par des achats réguliers. La situation politique s’est très légèrement améliorée, les résultats d’entreprises avaient déjà été revus à la baisse et ont un peu surpris de façon positive. Au final, peu de choses ont changé si ce n’est l’appétit pour le risque des investisseurs qui est resté soutenu. A cette époque de l’année, les bourses sont rarement mal orientées et le mois de novembre pourrait être une nouvelle réplique haussière du mois d’octobre.


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Saisissez vos prochaines opportunités

Tradez sur les indices boursiers du monde entier dès aujourd'hui

  • Négociez à la hausse comme à la baisse
  • Négociez le FTSE 100 pour un point de spread, 1,2 point pour l’Allemagne 30 et 0,4 pour l’US 500
  • Des cotations 24h/24 exclusives

Vous voyez des opportunités à saisir sur les indices ?

Entraînez-vous sans risque sur votre compte démo et découvrez si vous êtes sur la bonne voie.

  • Connectez-vous à votre compte démo
  • Prenez position
  • Découvrez si votre intuition est bonne

Vous voyez des opportunités à saisir sur les indices ?

Ne manquez pas votre chance et créez un compte réel pour les saisir.

  • Négociez le FTSE 100 à partir d’un point de spread, 1,2 point pour l’Allemagne 30 et 0,4 pour l’US 500
  • Tradez à tout moment davantage d’indices que tout autre fournisseur
  • Analysez et placez vos ordres de manière transparente sur des graphiques clairs et rapides

Vous voyez des opportunités à saisir sur les indices ?

Ne manquez pas votre chance. Connectez-vous pour prendre position.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.