Négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis : que retenir de ces trois journées ?

Initialement prévue sur deux jours, lundi 8 et mardi 9 janvier, la reprise des discussions commerciales entre Pékin et Washington s’est prolongée d’une journée pour se terminer hier.

Chine Etats-Unis

Après des mois de passe d’armes, la pression est retombée depuis un mois entre la Chine et les Etats-Unis. Mais sera-t-elle durable ?

Les deux pays, qui ont entamé une trêve de 90 jours depuis le 1er décembre dernier, ont repris les discussions cette semaine, et les marchés financiers ont été portés par cette rencontre, gonflés par une communication bienveillante de Washington tout au long des discussions.

Des propos rassurants pour les marchés

Une délégation américaine menée par le secrétaire adjoint au Commerce Jeffrey Gerrish avait fait le déplacement à Pékin, lundi, pour trois journées de réunion intensives.

La rencontre, qui s’est déroulée dans un lieu tenu secret, a été ponctuée de déclarations publiques positives de la part des deux camps.

La présence surprise de Liu He, le négociateur en chef du gouvernement de Xi Jinping, a été interprétée comme un signe de bonne volonté de la part de Pékin de parvenir à un arrangement rapide.

Quelques heures après le début de la rencontre, le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross se félicitait de la tournure que prenaient les discussions en déclarant à CNBC que les deux partenaires pourraient parvenir à un « accord durable ».

Au deuxième jour de la rencontre, Donald Trump lui a emboité le pas, en assurant sur Twitter que les discussions avec la Chine « se passaient très bien ».

L’annonce de la prolongation de la réunion une journée de plus (les négociations étaient normalement prévues sur 48h) a été accueilli avec autant d’optimisme, cette rallonge étant interprétée comme le signe d’une solide volonté de parvenir à un accord, a assuré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois mercredi.

A la clôture des discussions, mercredi, le sous-secrétaire au Commerce chargé des questions agricoles, Ted McKinney, confirmaient que les discussions « s’étaient bien passées ».

Promesses chinoises

Mais sur le fond de la rencontre, on en sait encore très peu. Côté chinois, promesse a été faite d’augmenter les achats de biens américains pour rééquilibrer la balance commerciale des Etats-Unis. Pékin a par ailleurs assuré d’apporter du changement dans sa politique industrielle protectionniste, qu’elle soit relative à la propriété intellectuelle, au transfert de technologies ou aux subventions.

Le porte-parole du département d’Etat du Commerce américain a pour sa part rapporté que les discussions ont porté sur « les moyens de parvenir à des relations commerciales justes, réciproques et équilibrées entre les Etats-Unis et la Chine », et assuré que la Chine avait promis d’acheter « un montant substantiel de biens et services américains », en particulier dans les secteur de l’agriculture, de l’énergie et manufacturier. Une promesse en réalité déjà exprimée par la Chine lors du G20, et pour l’instant peu suivie d’effets, à l'exception de l'ouverture de son marché au riz américain.

Aucune précision supplémentaire ni d’engagement chiffré n’ont été donnés. Le communiqué officiel des Etats-Unis publié à l’issue de la rencontre n’a apporté aucun détail quant à la nature des avancées, se contentant de reprendre l’ordre du jour des discussions. Washington décidera « des prochaines étapes » sur la base du compte-rendu à venir de sa délégation.

Pour aller plus loin : retrouvez notre article chronologique sur le conflit entre la Chine et les Etats-Unis.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.