Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations. Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations.

L’Union européenne accordera un « court report » du Brexit, à la condition d’une ratification du Parlement britannique

Après la demande de report du Brexit de T.May, Donald Tusk a déclaré ce soir que l’Europe était prête à accepter un court report à condition que le Parlement britannique ratifie leur accord de divorce.

Pour Bruxelles, ce sera deal en l’état et sortie d’ici le 23 mai. Ou no deal et divorce pour faute dans moins de dix jours.

Après la demande formelle de Theresa May d’un report du Brexit à l’Union européenne, le président du Conseil européen Donald Tusk a déclaré ce soir que l’Europe serait prête à accepter un court report du Brexit à la condition que le Parlement britannique vote en faveur de leur accord de divorce.

Au moment même où le Parlement britannique tenait un débat d’urgence sur le Brexit ce soir, l’Union européenne a donné au Royaume-Uni ce qui s’apparente à un ultimatum : si le Parlement britannique ne vote pas en faveur de leur accord, alors le divorce se fera sans deal.

Il a précisé que ce vote devrait se dérouler la semaine prochaine afin que l’Union européenne donne rapidement son aval à une extension de l’article 50, et répété qu’une réouverture des négociations sur l’accord de sortie n’était pas envisageable.

"Le" deal ou no deal

La balle du Brexit est encore une fois dans le camp des britanniques qui n’ont plus d’autre choix que de trouver un moyen de parer à l’opposition du speaker de la Chambre des communes John Bercow. Ce dernier avait indiqué lundi qu'il n'était pas possible pour le gouvernement conservateur de présenter un nouveau vote sur le même texte que celui voté le 14 mars dernier, ou "qui contienne la même proposition en substance" que celle précédemment rejetée, en s’appuyant sur une jurisprudence de 1604.

La Grande-Bretagne se retrouve donc ce soir au pied du mur et devra trouver sa propre solution constitutionnelle si elle souhaite éviter le scénario catastrophe d'un no deal.

Theresa May a demandé à l’Union européenne une extension du Brexit jusqu’au 30 juin, assortie d’une option de prolongation du Brexit pour une durée maximum de deux ans, mais la Commission européenne a indiqué que seul un report technique jusqu’au 23 mai, début des élections européennes, était envisageable tant d’un point de vue juridique que politique.

L'obstacle des élections européennes

Au-delà, le Royaume-Uni serait juridiquement tenu de participer à ces élections, même si la session du nouveau Parlement européen ne débutera qu'au mois de juillet.

A moins de dix jours du Brexit, le Royaume-Uni navigue à vue dans un contexte de crise institutionnel inédit de son histoire et avec un agenda des élections européennes venant compliquer la donne d'une sortie de l'UE déjà bien ubuesque.

La Première ministre Theresa May, qui avait reçu jeudi 14 mars l’aval de la Chambres des communes pour demander à l’Union européenne un tel report jusqu’au 30 juin, avait soumis cette prolongation à une condition de taille : celle d’accepter in fine l’accord de sortie convenu avec l’UE par un nouveau vote d’ici le 20 mars. Mais le rebondissement inattendu de l'opposition de John Bercow est venu contrarier les plans de la cheffe du gouvernement conservateur.


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.