Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations. Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations.

Données économiques Europe/PMI : Du mieux pour l’activité des services en France, mais aussi en Allemagne

Les données PMI de l’activité des services de la France et de l’Allemagne publiées ce matin sont une bonne surprise.

Dans l’Hexagone, la croissance du secteur progresse plus fortement que l’avaient anticipée les indicateurs flash « provisoires » du 23 mai.

En France, l’activité des services enregistre sa plus forte progression depuis six mois, à 51,7 (contre 51,3 pour les données flash), après 50,1 en avril, où elle avait frôlé la contraction.

Une reprise portée par la demande intérieure

Cette reprise est principalement attribuée par IHS Markit à « une accélération de la hausse des nouveaux contrats sur la même période, ce malgré un repli de la demande étrangère », en repli depuis décembre 2018.

Parallèlement, le rythme des créations d’emplois a atteint son plus haut niveau depuis novembre dernier, et le volume des affaires en attente a augmenté pour la première fois depuis trois mois, indique IHS Markit dans les résultats de son enquête.

Des perspectives d’activité « favorables »

Côté inflation, on observe la même tendance générale qu’à l’échelle européenne. Si les prix payés par les producteurs ont progressé, impactés par la hausse des frais de carburant et des coûts salariaux, ils n’ont pas été répercutés sur les consommateurs, l’enquête enregistrant une stagnation des prix facturés en mai par rapport au mois d’avril.

Enfin, les perspectives d’activité sont demeurées favorables, les entreprises anticipant un renforcement de la demande dans les prochains mois, indique IHS Markit, qui relève cependant que le degré de confiance se replie toutefois par rapport au mois d’avril, où il avait atteint un pic de sept mois.

Au global, l’activité économique de la France s’est redressée au mois de mai, si l’on se fonde sur l’indice PMI composite d’IHS Markit. Il s’est redressé de 50,1 au mois d’avril à 51,2 en mai, « signalant ainsi une croissance modérée de l’activité du secteur privé, mais néanmoins la plus forte depuis novembre dernier », note l’enquête.

Disparation progressive de l’impact économique des Gilets Jaunes

Commentant ces résultats, Eliot Kerr, économiste à IHS Markit, estime que « les dernières données PMI mettent en évidence la plus forte croissance du secteur privé français depuis le début des manifestations des « gilets jaunes » en novembre dernier, tendance témoignant de la disparition progressive des répercussions économiques du mouvement social ».

Eliot Kerr souligne toutefois que cette amélioration repose « essentiellement sur la bonne tenue du secteur des services ». « Dans l’industrie manufacturière, la baisse de la production a ralenti et affiché son plus faible rythme des trois derniers mois de contraction ». Publiées lundi, les données définitives du PMI manufacturier au mois de mai ressortent toutefois en progression à 50,6 après 50 en avril et 49,7 au mois de mars.

Par ailleurs, les chiffres relatifs à l’emploi progressent dans les deux secteurs, « les effectifs augmentant chez les prestataires de services comme chez les fabricants en mai, et le taux de création de postes atteignant un pic de six mois », relève l’économiste.

Redressement des services en Allemagne

En Allemagne, l’activité des services a également progressé au mois de mai. Les secondes estimations du PMI des services allemand sont ressorties bien au-dessus des données flash, à 55,4 (contre 55 pour les 1ères anticipations), après 55 au mois d’avril. IHS Markit note que la croissance du secteur, portée par la demande intérieure, évolue à un rythme solide et à un niveau d’activité business en constante augmentation depuis trois mois.

L’enquête montre toutefois que le niveau des embauches a moins progressé qu’en avril et que la confiance des directeurs d’achats interrogés enregistre une forte chute par rapport à la période précédente, en berne pour le troisième mois consécutif.

Enfin, comme en France, l’inflation a ralenti par rapport au mois d’avril, beaucoup de sociétés n’ayant par répercuté l’intégralité de la hausse de leurs coûts de production sur les prix payés.

Une activité manufacturière toujours en berne

Au final, le PMI composite de l’Allemagne, à 52,6 après 52,4 en avril, suggère une croissance modérée de l’activité économique du pays pour ces prochaines semaines, laquelle reste principalement portée par les services.

Le secteur manufacturier, fortement impacté par la faiblesse de la demande extérieure dans un contexte de guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, a enregistré en mai son cinquième mois consécutif de contraction, tombé à 44,3 après 44,4 en avril.

La contraction de l’activité pèse par ailleurs sur l’emploi allemand : « Le marché du travail allemand continue de perdre le mometum. Si l’emploi demeure au beau fixe dans le secteur des service, les efforts des fabricants pour réduire leurs capacités de production se reflètent dans les chiffres de l’emploi, dont la croissance est à son plus bas niveau depuis trois ans », indique l’économiste en chef d’IHS Markit, Phil Smith.

A noter également : les chiffres des ventes au détail dans la zone euro ont accusé une baisse au mois d’avril. Celles-ci ont décru de -0,4 % par rapport au mois de mars. Leur croissance en glissement annuel est ainsi passée de 2 % en mars à 1,5 % en avril. Elles s’accompagnent d’une baisse des prix à la production de -0,3 % en mensuel, refletant une inflation des prix à la production de 2,6 % sur un an contre 2,9 % auparavant.


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.