Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations. Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations.

Chine-USA : qu’attendre du 3e volet des négociations commerciales ?

La 2e réunion des négociations commerciales n’a pas abouti à de spectaculaires avancées. D. Trump et X. Jinping pourraient se rencontrer fin février pour clôturer trois mois de discussions à l'issue encore incertaine.

Comme début janvier, les deux camps n’ont pas tari d’éloges sur la teneur et le cadre des discussions, tout en reconnaissant toutefois, côté américain, que ces avancées se heurtaient à un certain nombre de difficultés.

A l’issue de ces deux journées d’échanges, Donald Trump a assuré, lors d’une réunion avec le vice-Premier ministre chinois, Liu He, que les Etats-Unis et la Chine parviendraient à « l’accord le plus important jamais conclu ».

La délégation chinoise a pour sa part mentionné d’« importants progrès » dans un communiqué relayé par l'agence de presse Chine Nouvelle.

Quelques heures plutôt, le président américain avait néanmoins précisé sur Twitter qu’aucun accord final ne verrait le jour "tant que mon ami Président Xi, et moi-même, nous rencontrerons dans un futur proche pour discuter et trouver un accord sur du long terme et d’autres points de difficulté ".

Evoquant des échanges très complets (« very comprehensive transaction »), le président des Etats-Unis avait ajouté que les deux parties faisait leur possible pour « ne rien laisser d’irrésolu sur la table », sans manquer toutefois de rappeler, qu’à défaut d’accord, d’ici le 1er mars, les Etats-Unis appliqueront une barrière tarifaire de 25 % sur 200 milliards de dollars d’importations chinoises, actuellement taxés à 10 %.

Session vietnamienne ?

L'invitation de la Chine à l'appel de Trump ne s'est pas faite attendre, et une nouvelle rencontre entre les deux chefs d’Etat a été confirmée, sans que les deux pays ne s'avançent encore sur la date et le lieu. Mais selon des sources du South China Morning Post révélées hier, celle-ci pourrait se tenir au Vietnam (où Donald Trump devrait par ailleurs s’entretenir avec le nord-coréen Kim Jong-un) les 27 et 28 février.

Entre temps, les délégations chinoises et américaines devraient à nouveau échanger, rendez-vous étant pris d’ici une dizaine de jours. Le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer a déclaré qu'une délégation américaine avait été invitée à Pékin à la mi-février pour poursuivre les discussions. La venue a été confirmée par l’agence Chine Nouvelle.

Beaucoup de points de divergences demeurent entre la Chine et les Etats-Unis pour que les deux pays parviennent à un accord. Si la première a annoncé son intention d’accroitre ses importations de produits agricoles américains, d’énergie et de produits industriels, aucun accord n’aurait encore abouti les dossiers cruciaux de la propriété intellectuelle, la question des subventions à l’industrie et le transfert de technologies forcées.

La victoire du soja

Concernant les produits agricoles, Liu He s’est engagé à ce que la Chine augmente ses achats de soja américain. Un engagement qui pourrait aboutir à l’importation de 5 millions de tonnes de céréales. Salués par Donald Trump et le milieu agricole américain, cette initiative ne permettrait toutefois pas à la filière du soja américain de compenser les pertes subies depuis le début de la guerre commerciale.

La Chine, son plus grand importateur, avait imposé 25 % de droits de douanes sur les céréales américaines en juillet dernier, faisant chuter les volumes des échanges commerciaux, baisser les prix, et augmenté les stocks des agriculteurs américains.

En tout état de cause, les avancées des négociations semblent modestes en comparaison à ce qui était ressorti de la session précédente.

A l’issue de leur rencontre en janvier, la Chine avait déjà promis d’augmenter ses achats de biens américains, et s’était engagée à apporter du changement dans sa politique industrielle protectionniste, qu’elle soit relative à la propriété intellectuelle, au transfert de technologies ou aux subventions.

Or, pour les Américains, une des composantes cruciales de l’avancée des négociations est de trouver un mécanisme de contrôle imposant à la Chine de tenir ses promesses. Robert Lighthizer, a indiqué à l’issue de la 2e réunion qu'il restait beaucoup de travail à accomplir sur ce point-là pour parvenir à un accord, malgré des « progrès substantiels » dans les discussions, les Etats-Unis attendant encore de Pékin des engagements « plus spécifiques et applicables » sur ce mécanisme de contrôle.

Législation expresse sur les transferts de technologies

Allant dans le sens des exigences de Washington, une future législation serait en préparation en Chine : celle-ci n’imposerait plus aux entreprises s’installant en Chine de transférer leurs technologies à leurs partenaires chinois.

D’après l’AFP, elle devrait être présentée au Parlement le 5 mars pour une dizaine de jours de débats, un rythme record dans un pays où les projets de loi mettent jusqu’à trois ans pour être promulgués, qui démontre la volonté de Pékin d’arracher un accord à Washington. Et le calendrier pourrait encore s’accélérer.

L’agence de presse relève toutefois que des entreprises étrangères s’inquièteraient des formulations « parfois vagues et générales » du texte, actuellement soumis aux commentaires du public, comme la possibilité pour le gouvernement de saisir des investissements étrangers « au nom de l’intérêt public ».

La chambre de commerce des Etats-Unis en Chine estime que le texte est de « portée générale » et devrait contenir davantage de détails, selon un rapport transmis aux autorités chinoises que s’est procurée l’AFP.


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.