Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations. Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations.

Brexit : Theresa May dans l'impasse alors que le speaker de la Chambre des communes s'oppose à un 3e vote

Le speaker de la Chambre des Communes John Bercow s'est opposé lundi à un nouveau vote sur l'accord de sortie de l'Union européenne, rejeté la semaine dernière par le Parlement britannique.

Update 17h - Opposition au vote J.Bercow

Après une semaine éprouvante pour les Britanniques, durant laquelle le Parlement s’est prononcé par trois fois sur la question du Brexit, ces prochains jours s’annoncent tout aussi éreintants.

La Première ministre Theresa May, qui a reçu jeudi 14 mars l’aval de la Chambres des communes pour demander à l’Union européenne un report du Brexit jusqu’au 30 juin, avait soumis cette prolongation à une condition de taille : celle d’accepter in fine l’accord de sortie convenu avec l’UE par un nouveau vote d’ici le 20 mars, texte déjà rejeté par deux fois par les MPs le 15 janvier, ainsi que lundi dernier.

La stratégie de la cheffe du gouvernement est plutôt limpide : forcer la main à moins de deux semaines du Brexit, toujours officiellement fixé au 29 mars, députés les plus conservateurs de son rang en brandissant la menace d’un report beaucoup plus long de la sortie du Royaume-Uni hors de l’UE… avec, entre temps, la possible tenue d’élections générales et une remise en question de ce divorce avec Bruxelles.

Un nouveau vote impossible sur le même texte

Mais la partie est loin d’être gagnée pour Theresa May, avec un obstacle surprise de taille : le speaker de la Chambre des communes, John Bercow, a déclaré devant l'Assemblée des MPs lundi après-midi qu'il n'était pas possible pour le gouvernement conservateur de présenter un nouveau vote sur le même texte que celui voté le 14 mars dernier, ou "qui contienne la même proposition en substance" que celle précédemment rejetée.

Il y a trois mois, le Parlement a rejeté à une écrasante majorité le texte d’accord, à 230 voix d’écart. Lundi dernier, le texte - légèrement modifié sur la question du backstop- avait été rejeté moins largement, avec 149 voix d’écart.

Ce dimanche, la Première ministre a publié une tribune dans le Sunday Telegraph, appelant les députés à la soutenir afin d’éviter le risque que ce Brexit ne voit jamais le jour.

Depuis, son ministre des Finances, Philip Hammond, avait déclaré à la BBC que le gouvernement ne représenterait l’accord au Parlement qu’à la condition d’être « suffisamment sûr qu’un nombre suffisant de nos collègues et du DUP [les alliés nord-irlandais du parti conservateur] sont prêts à le soutenir afin qu’il passe au Parlement ».

Même son de cloche de la part du ministre chargé du Commerce international, Liam Fox, qui avait indiqué sur Sky News que cette nouvelle session « dépendra de notre capacité à remporter ce vote à la Chambre des communes » et qu’il sera « difficile de justifier d’organiser un vote si on est sûr de le perdre ».

Le DUP, dont le soutien est indispensable au gouvernement pour obtenir une majorité suffisante, conditionnait pour sa part sous soutien à sa participation aux futures négociations commerciales que le Royaume-Uni devra mener avec l’UE après le Brexit.

Le principal parti d’opposition, le Labour, avait prévenu que si le gouvernement organisait un troisième vote, une motion de censure serait déposée à l’encontre de la Première ministre. Le Labour avait déjà déjà défié Theresa May à l’issue du premier vote sur l’accord de sortie du 15 janvier, mais la motion avait été rejetée à 325 voix contre 306.

No deal ?

Dans l'impossibilité de représenter le même texte, le gouvernement se trouve dans une situation plutôt inextricable, dans la mesure où il semble improbable que des négociations soient réouvertes avec l'UE d'ici le 29 mars prochain.

Pour sa part, l’Union européenne ne donne pas cher de l’avenir de Theresa May dans ces négociations. The Observer, qui s’est procuré une note diplomatique relatant une discussion entre ambassadeurs et hauts responsables européens, révèle une « perte totale de confiance » dans la capacité de la Première ministre à faire ratifier cet accord de retrait.

Si Theresa May avait obtenu une majorité sur un nouveau vote sur l’accord d’ici mercredi, elle s'était engagé à demander à l’UE un report du Brexit de trois mois à l’occasion du prochain Conseil européen des 21 et 22 mars.

Mais en cas de rejet, la Première ministre a indiqué qu’elle demanderait un report du Brexit plus long et que ce report entraînerait la participation du Royaume-Uni aux élections européennes de la fin du mois de mai.

Mais l'opposition de John Bercow rebat les cartes de l'agenda de la Première ministre britannique. Sans vote sur l'accord de sortie de l'UE, le Royaume-Uni accentue le risque d'une sortie sans deal.


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Avez-vous trouvé vos prochaines opportunités ?

Saisissez-les dès à présent.

Investissez en bourse sur plus de 17'000 valeurs depuis notre plateforme plusieurs fois récompensée avec des spreads compétitifs sur indices, actions, matières premières et plus encore.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.