Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations. Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations.

Brexit : la perspective d’une sortie sans deal de plus en plus prégnante

Le Parlement britannique a rejeté trois fois l’accord du Brexit de Theresa May, et pour la deuxième fois hier une série d’options alternatives. Le Royaume-Uni se rapproche un peu plus d’un divorce sans deal.

Hier soir, les députés de la Chambre des communes britanniques ont encore manqué de trouver un consensus sur le Brexit pour sortir la Grande-Bretagne de son marasme politique.

En prenant la main, la semaine dernière, sur l’agenda parlementaire du Brexit au détriment du gouvernement, les MPs avaient déjà échoué à trouver un compromis sur une alternative au plan de Theresa May.

Mercredi 27 mars, aucune des huit solutions présentées pour parer à l’accord de sortie avec l’UE n’avait recueilli une majorité de voix au Parlement britannique. Deux jours plus tard, les députés ont rejeté pour la 3e fois le projet de divorce de la Première ministre, qui avait joué son vatout en offrant sa démission en échange de la ratification du texte.

Encore quatre fois non

Après ces échecs, la Chambre des communes a remis le couvert hier soir en organisant à nouveau des votes indicatifs sur une deuxième série de plan B. Mais, comme la semaine dernière, aucune des quatre motions présentées n’a remporté l’adhésion des députés britanniques.

Ni l’organisation d’un nouveau referendum, ni le maintien du pays dans le marché commun « à la norvégienne », ni la perspective d’une union douanière, ni même l’arrêt du processus du Brexit à deux jours de la deadline du 12 avril n’ont recueilli la majorité de leurs votes.

Les divisions profondes qui déchirent la majorité conservatrice – dont une partie rejette toute éventualité d’un « soft brexit » - le refus de leur plus précieux allié, le DUP, de soutenir l’accord de sortie, et les calculs politiques qui animent les autres partis à chacune des sessions de la Chambre basse sur le Brexit laissent aujourd’hui l’avenir du pays dans le Fog le plus complet.

Ou presque : si ces dernières semaines ont laissé coi plus d’un observateur, la perspective d’une sortie de l’UE sans accord le 12 avril prochain est sur toutes les lèvres : le scénario du pire est désormais le plus probable, de l’aveu même du négociateur européen en chef Michel Barnier.

« Un Brexit sans accord n'a jamais été mon souhait mais il devient chaque jour plus probable », a-t-il déclaré à l’occasion d’une conférence du think tank EPC, à Bruxelles.

Réunion de crise

Après avoir à la fois refusé de ratifier l’accord négocié avec Bruxelles et d’autres possibilités de sortie, quel sort la Grande-Bretagne va-t-elle réserver à ses citoyens dans les dix prochains jours ?

Côté cour, Theresa May va passer une bonne partie de sa journée en réunion de crise à Downing Street pour élaborer un ubuesque et énième plan de sortie. Au bord du gouffre, sa place sur la sellette (une partie des conservateurs ayant menacé de soutenir une motion de censure à son encontre si elle soutenait un Brexit soft), la Première ministre devrait probablement jouer la même carte qu’elle agite depuis des mois : représenter l’accord de sortie pour la 4e fois au Parlement britannique et tenter d’arracher une ratification par désespoir.

Mais elle pourrait aussi envisager de retourner à Bruxelles négocier un report long du Brexit ou annoncer l’organisation d’élections générales au Royaume-Uni. Mais selon une information du Times, le ministre des Finances Philip Hammond devrait demander aux conservateurs de ne pas se rallier à cette dernière idée « dans la mesure où ni le parti, ni le pays pourrait se permettre d’organiser de nouvelles élections ».

Le report long du Brexit, une question politique

Au pied du mur, la Grande-Bretagne a concrètement jusqu’au 10 avril pour ratifier l’accord de sortie convenu avec Bruxelles, qui refuse mordicus de rouvrir les négociations sur le texte et de céder à son futur ex-partenaire un délai plus long sans conditions.

Et pour cause : l’Union européenne a tout intérêt de continuer à mettre la pression sur la ratification de l’accord pour ne pas se retrouver face à un choix cornélien : accepter de repousser à long terme le Brexit et ouvrir la voie à de nouveaux mois d’incertitude politique, ou le refuser et porter assez injustement la responsabilité d’un no deal.

Pour Michel Barnier, « Ce serait la responsabilité du gouvernement britannique de choisir entre ces deux options », sans préciser comment se concrétiserait cette prise de responsabilité.

« Une telle extension comporterait des risques importants pour l'UE, d'où la nécessité d'une justification solide. De nombreuses entreprises de l'UE nous mettent en garde contre le coût de l'extension de l'incertitude. Il y aurait également un coût politique. Si le Royaume-Uni est toujours membre le 23 mai, il devra organiser des élections », a-t-il prévenu.


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.