Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations. Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations.

Bilan du mois de mai 2019

Du côté des indices boursiers internationaux :

Si on devait attribuer une couleur au mois de mai, ce serait le rouge. Les bourses mondiales passent toutes en territoire négatif en réaction à l'intensification des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et à des indicateurs décevants qui alimentent les craintes de ralentissement de l'économie mondiale.

La bonne tenue des marchés asiatiques a laissé place à la débandade. Le Hong Kong Hang Seng affiche la moins bonne performance du trio asiatique (-9,42%) et dégringole en fin de liste ce mois-ci. Le Nikkei talonne son homologue et occupe la troisième place du podium des flops avec une performance de -7,45%. Le Shangaï Shenzhen CSI 300 suit de près ses congénères, sa performance égale à -7,24%. Les inquiétudes sur le conflit commercial sino-américain sont encore présentes, ce qui a forcément un impact sur l’économie mondiale. Le recul des profits des entreprises industrielles en avril alimente les anticipations de nouvelles mesures de relance de la part du gouvernement Chinois pour soutenir l’économie.

De l’autre côté du Pacifique, le rouge est une nouvelle fois d’actualité. Le Dow Jones et le S&P 500 terminent leur course en milieu de liste, avec des performances quasi identiques, de -5,35% et de -5,33% respectivement. Le Nasdaq Composite perd sa place de leader américain et se démarque de ses homologues avec une performance plus négative de -6,52%. Même si les tensions avec la Chine sont descendues d’un cran, elles restent présentes puisque Pékin a confirmé prioritiser la vente de terres rares aux entreprises locales avant de répondre à la demande étrangère.

En Europe, la surprise du mois est l’indice suisse, qui prend la tête du classement global avec la plus faible performance négative, égale à -2,47%. Cela va également pour le FTSE 100 de nos voisins britanniques, qui malgré les difficultés politiques avec le Brexit ainsi que la démission de Theresa May le 7 juin prochain, termine étonnamment derrière son congénère suisse, avec une performance de -3,68%. Le DAX 30 arrache la troisième place du podium de tête avec une performance de -5,18%. Le CAC 40 a corrigé une partie de sa hausse annuelle ce mois-ci, pour finir sur une terne performance de -7,35%. La résurgence des tensions entre Rome et Bruxelles sur la question du déficit transalpin est reflétée par la déplorable performance du FTSE MIB (-10,03%).

Le choc de la reprise de la guerre commerciale a fait vaciller toutes les places financières mais les pertes sont plus limitées pour les pays développés qui dépendent moins des exportations pour leurs économies.

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises :

Sans surprise, tous les secteurs sont dans le rouge aussi ! Certains ont réussi à limiter la casse, mais l’euphorie qui animait les investisseurs a définitivement disparue, laissant quelques sueurs froides au passage.

Deux secteurs méritent cependant notre attention. Le leader du mois est le secteur de l’agroalimentaire qui s’approprie la première place du classement. Ce secteur défensif est de référence, et parvient à rester proche de l’équilibre à -0,07%, grâce aux valeurs Pernod Ricard (+3,57%) et Danone (+2,01%), qui ont réussi à maintenir des performances positives durant ces temps tumultueux. Idem pour le secteur de la santé qui prend la deuxième place du classement avec une performance de -1,84%.

A l’opposé se trouvent également deux secteurs qui jouent au yoyo, oscillant de mois en mois entre le haut et le bas du classement. On peut y voir le secteur automobile, qui abandonne sa « pole position », ainsi que le secteur bancaire. Ces deux secteurs ont pris les dernières places du classement mensuel actuel, et sont passés sous la barre des -10%, avec des performances de -14,58% et de -11,89% respectivement. Cela est dû entre autres aux performances des valeurs phares Valeo (-21,04%), Peugeot (-12,91%), ainsi que de la Société Générale (-13,20%) et de Crédit Agricole (-11,32%).

Le secteur des télécoms continue à s’enfoncer dans le rouge, avec une performance de -3,57%. Notifions ici la superbe performance d’Iliad, qui contre toutes attentes se démarque avec la meilleure performance du mois de +12%, qui malgré son soutien n’a malheureusement pas suffit à tirer le secteur à la hausse. La petite performance d’Orange (+0,29%) est aussi passée inaperçue.

Du point mort, le secteur du pétrole et gaz passe en marche arrière à cause de la sous-performance de TechnipFMC (-14,55%) et régresse maintenant de -7,36%.

L’immobilier finit à la troisième place du classement, très bonne performance compte tenu des résultats affichés par le poids lourd Unibail-Rodamco (-13,05%).

Du côté des statistiques macroéconomiques :

Aux Etats-Unis, les PMI manufacturier et non manufacturier ont cette fois évolué dans le même sens. Le premier, après un nouveau rebond, repart à la baisse et abandonne quelques points pour terminer à son plus bas annuel à 52,8. Le second, lui, poursuit sa chute pour le troisième mois consécutif pour s’établir à 55,3, établissant aussi un nouveau plus bas annuel.

Les investisseurs attendent d’en savoir plus sur l’évolution du bras de fer commercial sino-américain qui a donné lieu pour l’instant au recul de l’ensemble des indicateurs économiques mondiaux depuis le début de l’année.

Le chiffre des créations d’emplois dans le secteur non agricole continue sur sa lancée, affichant une nette augmentation de 263 000 postes sur le mois, effaçant définitivement le chiffre plus faible de février. L’économie américaine fait preuve de bonne conduite et créé toujours de nouveaux emplois, comme démontré par le taux de chômage qui continue de diminuer depuis le début de l’année, finissant le mois à 3,6%.

De l’autre côté de l’atlantique, en zone euro, le PMI des services cède encore un peu de terrain pour s’établir à 52,8, contre 53,3 au mois de mars. A l’inverse, le PMI manufacturier récupère près d’un demi-point pour remonter à 47,9, contre 47,5 le mois précédent. Quant au PMI composite, il finit quasiment à l’équilibre à 51,5. Les publications préliminaires pour le mois de mai ne sont pas plus réjouissantes. Elles anticipent une nouvelle baisse pour les PMI manufacturier (47,7) et des services (52,5), nous rapprochant toujours un peu plus d’une possible contraction économique.

Au niveau des indices de confiance pour le mois de mai, le sentiment économique européen ainsi que la confiance du consommateur rebondissent légèrement. Le premier termine le mois à 105,1, et le second finit sa course à -6,5, contre respectivement 104 et -7,9 précédemment.

Ce regain de tensions commerciales nourrit les inquiétudes sur la croissance économique mondiale. L'Allemagne, première économie de la zone euro, a connu en mai un recul de l'activité aussi bien dans les services que dans le secteur manufacturier.

Pour l'ensemble de la zone euro, les indices PMI n'ont pas été plus encourageants puisque la croissance dans le secteur privé s'est légèrement accélérée au mois de mai mais pas autant qu'attendu.

Du côté des devises et des matières premières :

Sur le marché des devises, la fameuse paire euro contre dollar américain, poursuit sa dépréciation. Elle a évolué dans un canal lentement descendant depuis le début de l’année, et semble avoir trouvé un support à 1,111 $. Malgré ce soutien, l'euro recule à 1,113 $ à la clôture du 30 mai, soit une nouvelle perte de -0,71% par rapport au mois passé.

Le dollar index, qui mesure ses fluctuations face à un panier de devises de référence, est en hausse de 0,15%, au plus haut depuis près d'un mois, et le dollar US finit sa course mensuelle sur une hausse conséquente face à la majorité des devises : +3,4% face à la livre sterling (GBP), +1,97% face au dollar australien (AUD), +0,82% face au dollar canadien (CAD), +1,61% face au réal brésilien et +3,02% face au rand sud-africain (ZAR). Les tensions commerciales profitent aux devises jugées les moins risquées (face au dollar US), notamment le yen (+1,64%) et le franc suisse (+1,09%).

Du côté des matières premières agricoles, une inondation aux États-Unis survenue au printemps a provoqué les pires plantations de ces 30 dernières années. Les prix du maïs et du blé ont augmenté de plus de 15% en raison de conditions météorologiques défavorables. Le soja s’est apprécié de 12 % en raison du conflit entre les États-Unis et la Chine. A cause des plantations médiocres, les prix du maïs approchent des niveaux critiques.

Les cours du cuivre sont en baisse pour le troisième mois consécutif (-10,04%) et finissent à 263 cents, alors que l'aggravation des tensions sur le commerce pourrait nuire à la croissance économique et à la demande de métaux industriels. Le platine en pâti de même et termine sur une dévaluation de -12,01% et termine à 793 $. L’or reste à l’équilibre, affichant un léger gain de 0,58% sur le mois pour s’établir à 1317 $.

Les cours du pétrole poursuivent leur baisse à la suite de la hausse inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis, venue s'ajouter aux craintes de baisse de la demande. Le brut léger américain (WTI) perd -15,17% à 55,49 dollars le baril, et le Brent cède -12,68%.

Conclusion :

Au mois de mai, comme il se doit, les indice se sont repliés avec une avalanche de mauvaises nouvelles, politiques et économiques. Où en est le cycle économique américain ? Proche de sa fin, ou démarre-t-il à peine le début de la phase de décroissance ? Chacun se fait son avis au milieu de l’accumulation de tweets vengeurs de Donald Trump qui rend difficile d’envisager une issue rapide à ces affrontements. Les marchés se stabilisent souvent au mois de juin : s’ils suivent encore la saisonnalité habituelle il faudra rester prudent pendant encore les deux prochaines semaines au moins.


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Saisissez vos prochaines opportunités

Tradez sur les indices boursiers du monde entier dès aujourd'hui

  • Négociez à la hausse comme à la baisse
  • Négociez le FTSE 100 pour un point de spread, 1,2 point pour l’Allemagne 30 et 0,4 pour l’US 500
  • Des cotations 24h/24 exclusives

Vous voyez des opportunités à saisir sur les indices ?

Entraînez-vous sans risque sur votre compte démo et découvrez si vous êtes sur la bonne voie.

  • Connectez-vous à votre compte démo
  • Prenez position
  • Découvrez si votre intuition est bonne

Vous voyez des opportunités à saisir sur les indices ?

Ne manquez pas votre chance et créez un compte réel pour les saisir.

  • Négociez le FTSE 100 à partir d’un point de spread, 1,2 point pour l’Allemagne 30 et 0,4 pour l’US 500
  • Tradez à tout moment davantage d’indices que tout autre fournisseur
  • Analysez et placez vos ordres de manière transparente sur des graphiques clairs et rapides

Vous voyez des opportunités à saisir sur les indices ?

Ne manquez pas votre chance. Connectez-vous pour prendre position.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.