ArcelorMittal retire son offre de rachat d’Ilva avant ses résultats financiers

Annoncé hier soir, le désengagement d’ArcelorMittal dans le groupe italien Ilva a provoqué un tollé au sein de la classe politique italienne. Il y a un an, le géant mondial de l’acier et de la sidérurgie s’était engagé à reprendre le site d’Ilva, à Tarente, dans le sud de l’Italie, qui emploie 8200 employés dans une région particulièrement touchée par le chômage. Cette reprise s’était accompagnée d’un plan d’investissement de 2,4 milliards d’euros sur cinq ans pour améliorer sa productivité et dépolluer le site.

Le groupe avait assujetti son offre à ce que son plan de remise aux normes environnementales ne soit pas affecté par une nouvelle législation. Or, de récentes décisions de justice italienne vont entraîner le site à cesser l’activité de ses hauts-fourneaux afin d’engager des travaux obligatoires. Pour ArcelorMittal, cet arrêt des activités impactera significativement ses projets, rendant impossible la mise en place de son plan industriel.

Un contexte judiciaire délicat

Il avait déjà menacé au mois de juin de fermer le site lorsque le Parlement italien avait révoqué une « immunité pénale » permettant au repreneur de dépolluer le site sans craindre des poursuites pénales. Car le site d’Ilva, considéré comme l’un des plus pollués d’Europe, fait actuellement l’objet d’un procès hors-norme, à l’occasion duquel des experts mandatés par le parquet italien ont estimé que 7500 des 11 500 décès recensés près du site entre 2004 et 2010 ont été causés par des maladies imputables aux émissions toxiques de ses hauts fourneaux.

L’annonce d’ArcelorMittal prend une tournure politique car elle mettrait sur le carreau plusieurs milliers de personnes dans un secteur où le taux de chômage est deux fois supérieur à la moyenne nationale du pays (9,5% en août 2019), où la ligue de Matteo Salvini – déchue de la majorité gouvernementale depuis plusieurs mois – a récemment remporté des élections régionales. Les conséquences de la fermeture pourraient donc largement fragiliser la coalition gouvernementale du M5S et du Parti démocrate.

Celle-ci s’est réunie hier dans l’urgence, et d’après des sources du Monde, il devrait s’opposer à cette fermeture et convoquer ArcelorMittal dans les prochaines heures.

Le géant mondial de l’acier a annoncé sa décision quelques jours avant de lever le voile (jeudi 7 novembre) sur ses résultats financiers trimestriels. Ce calendrier n’est pas un hasard. Au 1er semestre, le groupe avait subi de front la dégradation de la conjoncture mondiale et le ralentissement de la demande combiné à une hausse des coûts des matières premières.

Résultat net négatif de 33 millions de dollars au 1er semestre

A l’occasion de la présentation de ses résultats du 2e trimestre début août, Lakshmi Mittal, PDG du groupe, avait déclaré que les capacités de production d’ArcelorMittal en Europe avaient été réduites ces derniers mois « en réaction à la faible demande, ce qui a également eu une incidence sur le redressement des installations en Italie (ex-Ilva) », ajoutant que « des actions supplémentaires doivent être entreprises afin de répondre à la hausse des importations entrant sur le continent européen en raison de mesures de sauvegarde inefficaces ».

Sur cette période, le groupe a enregistré une perte opérationnelle de $0,2 milliard au T2 2019 dont $0,9 milliard de pertes de valeur ($0,3 milliard lié à la cession d’actifs pour l’acquisition d’ArcelorMittal Italia et $0,6 milliard sur les actifs immobilisés d’ArcelorMittal USA suite à la baisse des prix de l’acier et des coûts élevés des matières premières) pour un bénéfice opérationnel de $0,6 milliard au S1 2019. Son bénéfice brut d’exploitation (EBITDA) a atteint $1,6 milliard au T2 2019 et $3,2 milliards au S1 2019, en baisse de 42,6% par rapport au S1 2018. Son résultat net est ressorti négatif de $0,4 milliard au T2 2019 et de $33 millions au S1 2019.

Réduction de la production européenne d’acier

Si le contexte pénal dans lequel s’inscrit le site d’Ilva représente une conséquente épine dans son pied, les mauvais résultats de son activité européenne ont ainsi clairement pesé dans le rétropédalage d’ArcelorMittal. Au mois de mai, le groupe avait déjà indiqué qu’il allait temporairement stopper la production de son usine de Cracovie, en Pologne, réduire la voilure de celle de son site des Asturies, en Espagne, mais aussi ralentir le rythme de ses expéditions d’acier produit en Italie.

Additionnées, l’ensemble de ces actions doivent abaisser la production temporaire annuelle d’acier européen d’environ 3 millions de tonnes, une réduction conséquente alors qu’en 2018, le groupe avait produit 44,693 millions de tonnes d’acier brut en Europe. Au global, pour le 2e semestre 2019, une baisse de production annualisée d’environ 4,2 millions de tonnes est prévue pour cette zone.

En parallèle, le groupe a inscrit son désendettement au rang de ses priorités. ArcelorMittal a enregistré un endettement brut de $13,8 milliards au 30 juin 2019 contre $13,4 milliards au 31 mars 2019, et un endettement net de 10,2 milliards au 30 juin 2019 soit une baisse de $1 milliard pendant le trimestre, suite aux produits d’opérations de fusions et acquisitions et au dégagement de fonds de roulement ($0,4 milliard). La société avait indiqué en août « avoir identifié des opportunités pour dégager jusqu’à 2 milliards au cours des deux prochaines années ». D’après des sources de Bloomberg, elle pourrait notamment céder d’ici à la fin de l’année ses activités de distribution d’acier dans la construction, lesquelles représenteraient entre 700 et 800 millions d’euros, mais aussi ses activités dans le minerai de fer au Canada (2 milliards de valorisation possible), au Brésil et au Libéria.

Perspectives 2019

Pour l’année 2019, ArcelorMittal tablait en août dernier sur une croissance de la demande mondiale en acier de +0,5% à +1,5% en 2019 (hors Chine : +0,5% à +1%), de 0 à 1% aux Etats-Unis et une diminution de la demande en Europe entre -2% et -1%. En considérant les variations de périmètre (acquisition d’ArcelorMittal Italia, cessions d’actifs et réduction de la production européenne), les expéditions d’acier devraient encore augmenter par rapport à l’année précédente, avait anticipé le groupe.

Cours de l’action ArcelorMittal et recommandations

Le titre ArcelorMittal a décroché de près de 19% depuis le début de l’année sur le CAC 40. Le cours d’échange aujourd’hui 14,70€, en progression de 0,89% sur un indice stable. Ce mardi 5 novembre, la Société Générale a modifié sa recommandation sur le titre, passé d « achat » à « vendre ».

Analyse graphique du cours d’ArcelorMittal (données hebdomadaires)

Le cours d’ArcelorMittal évolue toujours non loin de ses plus bas historiques depuis la fusion entre les deux groupes et l’environnement de marché actuel pourrait continuer de faire pression sur le cours de l’action.

Au-delà des résultats qui devraient être décevants, le graphique suggère une poursuite de la progression à court terme avec le double rebond observé récemment. Selon l’analyse graphique seule, le cours de l’action pourrait rejoindre le plus haut de septembre à 15,65€ et le dépassement de ce dernier pourrait mener à un retour sur le retracement de Fibonacci de 61,8% (hausse de février 2016 à janvier 2018) à 16,55 euros, ce qui validerait la figure technique de double rebond.

Cette tendance pourrait être portée par l’espoir commercial entre les Etats-Unis et la Chine plutôt que par les résultats du groupe, que nous attendons une nouvelle fois décevants.

Graphique en données journalières

Analyste technique : Vincent Boy


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Tradez sur la volatilité des marchés avec les matières premières

Tradez les matières premières sur des contrats à terme ou sur 27 valeurs clés sans échéance fixe.

  • Une vaste gamme de métaux populaires et de niche, d’énergies et de matières premières agricoles
  • Négociez avec des spreads à partir de 0,3 point sur l’or au comptant, 2 points sur l’argent au comptant et 2,8 points sur le pétrole
  • Consultez des graphiques en continu, en remontant jusqu'à cinq ans

Vous voyez des opportunités à saisir sur les matières premières ?

Entraînez-vous sans risque sur votre compte démo et découvrez si vous êtes sur la bonne voie.

  • Connectez-vous à votre compte démo
  • Prenez position
  • Découvrez si votre intuition est bonne

Vous voyez des opportunités à saisir sur les matières premières ?

Ne manquez pas votre chance. Créez un compte réel pour les saisir.

  • Analysez et placez vos ordres de manière transparente sur des graphiques clairs et rapides
  • Négociez avec des spreads à partir de 0,3 point seulement sur l’or au comptant
  • Parcourez et réagissez aux dernières actualités directement sur la plateforme

Vous voyez des opportunités à saisir sur les matières premières ?

Ne manquez pas votre chance. Connectez-vous pour prendre position.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.