Dax : petit lundi pour la bourse de Francfort, impactée par un IFO en berne et Daimler

L’indice majeur de la bourse de Francfort a commencé la semaine en sous-régime. Impacté par de mauvaises statistiques allemandes, pressurisé par le regain de tensions dans le Golfe et les incertitudes du volet commercial entre la Chine et les Etats-Unis, le Dax a également été pénalisé par le décrochage de certaines valeurs, comme Daimler. La séance a terminé à 12 268,92 points, en baisse de 0,58% par rapport à vendredi.

Un climat des affaires plombant

Publié ce matin à 10h, l’indice du climat des affaires allemand de l’institut Ifo est ressorti à son plus bas niveau depuis cinq ans, entraînant le Dax davantage dans le rouge après une ouverture en baisse sur fonds de tensions entre les Etats-Unis et l’Iran.

Reculant pour le troisième mois consécutif, à 97,4 après 97,9 en mai, cet indicateur avancé de l’état de l’économie reflète le vif ralentissement de la croissance allemande en cette première partie de l’année 2019, fortement impactée par la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis.

L’économie allemande souffre principalement de la chute des ventes à l’exportation, dont elle est particulièrement dépendante. L’activité reste portée par une solide demande domestique, des taux d’intérêt planchers et la hausse des salaires, mais cette dernière a ralenti au 2e trimestre, relève l’Ifo.

Un budget fédéral ambitieux

Vendredi dernier, la publication des indices PMI des directeurs d’achats de l’institut IHS Markit avaient déjà confirmé la tendance, reflétant un secteur manufacturier toujours en contraction. Il y a quelques semaines, le gouvernement allemand a révisé à la baisse ses projections de croissance en ne tablant que sur une croissance de 0,5% en 2019, contre une hausse du PIB moyen de 1,4% attendu à l’échelle de l’Union européenne.

Malgré ces projections mornes, le ministère allemand des Finances a annoncé ce matin qu’il prévoit d’accroître les dépenses publiques de 1% en 2020 qu’il souhaite n’émettre aucune dette nouvelle jusqu’en 2023. Le budget fédéral devrait ainsi atteindre 359,9 milliards d’euros si la loi de finances est approuvée et votée par le parlement allemand.

Daimler, lanterne jour de ce début de semaine

Sur le Dax, le rôle de lanterne rouge a été aujourd'hui endossé par Daimler. Daimler AG a cédé 3,76% à 47,755€ au lendemain d’un profit warning, en raison de la crise du marché du diesel et les conséquences de la réglementation, indique le constructeur. Celui-ci ne prévoit qu’un profit opérationnel « dans la magnitude de celui de l’année précédente », impacté par une hausse des provisions de plusieurs centaines de millions d’euros.

Concernant sa division Mercedes-Benz Vans, il anticipe désormais une rentabilité située entre -2% et -4% pour l’année en cours. La valeur a entraîné dans son sillage les autres titres du secteur, BMW a décroché de 1,09%, Volkswagen de 0,48%. Le Stoxx européen de l’automobile a décroché de 1,22%.

Sur le front des nouvelles fraîches, la compagnie Lufthansa (Deutsche Lufthansa AG) a terminé également dans le rouge à -0,84% (14,69€) après avoir présenté ce lundi un plan de redressement pour sa filiale low cost Eurowings. Cette dernière se concentrera désormais sur les vols courts tandis que ses trajets longs courriers passeront dans le giron de Lufthansa. L’ambition de ce recentrage est de réduire les coûts d’Eurowings de 15 % à l’horizon 2022 en vue de devenir rentable. Emprunt à d’importantes difficultés, la compagnie devrait enregistrer une importante chute de son chiffre d’affaires au 2e trimestre.

Le groupe a par ailleurs indiqué que Brussels Airlines, ne sera pas intégrée à Eurowings, a annoncé le groupe allemand, et qu’un plan de redressement serait annoncé au troisième trimestre pour la compagnie belge. Enfin, Lufthansa va aussi commencer à lier son ratio de distribution de dividende au bénéfice net. Carsten Spohr, président du directoire de Lufthansa, a déclaré que ces annonces envoyaient « un signal clair que cette entreprise se soucie de ses actionnaires et tente de créer de la valeur pour ces derniers ».


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Prenez position sur les indices

Négociez les principaux indices boursiers dès aujourd'hui.

  • Tradez les spreads de Wall Street au coût le plus bas du marché
  • Des spreads à 1 point sur le FTSE 100 et l’Allemagne 30
  • Le seul courtier à proposer des cotations 24h/24

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-


Voir plus de valeurs forex en temps réel

Vente
Achat
Mise à jour
Variation
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.