EUR/USD : l’euro chute après les déclarations dovish de Mario Draghi

La Banque centrale européenne pourrait à nouveau assouplir sa politique monétaire si l'inflation de la zone euro ne converge pas vers son objectif des 2%.

A la veille de la nouvelle réunion de politique monétaire de la Fed, le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a tenu de nouveaux propos accommodants qui ont plombé le cours de l’euro et porté les indices boursiers.

Défendant les outils de politique monétaire de son organisation, le patron de la BCE, qui s’est exprimé à l’occasion du Forum de la banque centrale à Sintra, a indiqué qu’il pourrait procéder à une baisse des taux d’intérêts directeurs ou qu’il pourrait faire à nouveau l’usage d’un programme de rachats d’actifs.

Le CAC 40 décolle, l'euro décroche

La réaction des marchés financiers face à ces déclarations dovishs ne s’est pas fait attendre : l’euro a décroché face à un panier de devises, chutant face au dollar à 1,1180$ pour évoluer en baisse de près de 0,30 % ce midi, à 1,1184$. Aux antipodes, les indices boursiers européens ont fait place à l’euphorie. Après une ouverture en baisse, le CAC 40 a grimpé sans discontinuer depuis le discours de Mario Draghi à dix heures pour se situer à 5450,70 points, à +1,12 % ce midi. La trajectoire est similaire pour le Dax, qui progresse de 0,72 % à 12 172,37 points.

« Le traité européen exige que nous actions soient à la fois nécessaires et proportionnées pour remplir notre mission et atteindre nos objectifs, ce qui implique que les limites que nous avons fixées à nos outils correspondent aux contingences auxquelles nous faisons face », a déclaré Mario Draghi.

« Si la crise nous a montré une seule chose, c’est que nous devons faire usage de toute la flexibilité permise par notre mandat – et que nous le ferons à nouveau pour relever tout défi à la stabilité des prix dans l’avenir ».

Une inflation toujours insuffisante

Plus précisément, le président de la Banque centrale a indiqué qu’il « restait prêt à améliorer les forward guidances en ajustant leur biais et leur conditionnalité pour tenir compte des variations de la trajectoire d’ajustement de l’inflation », précisant que « cela s’applique à tous les instruments de notre politique monétaire ».

« En l’absence d’amélioration, alors que la convergence durable de l’inflation vers notre objectif reste menacée, des mesures de relance supplémentaires seront nécessaires. »

Se montrant ainsi ouvert à un nouveau QE (Quantitative Easings), programme de rachats de dettes massifs interrompu par la BCE en décembre 2018, dont il estime qu’il reste « une marge considérable », Mario Draghi ouvre la voie à une politique monétaire encore plus accommodante que prévu.

Retour du QE ?

Depuis le début de l’année, la trajectoire de la BCE a été contrainte de composer avec une croissance économique européenne qui pique du nez, et des incertitudes internationales persistantes.

Au mois de mai, les prévisions économiques de la Commission européenne avaient été une nouvelle fois révisées à la baisse, tablant sur 1,2 % de croissance en 2019 pour la zone euro – la BCE se montrant plus optimiste à 1,3 %.

Publiés ce matin, les derniers chiffres de l’inflation de la zone euro restent par ailleurs timides, ressortant à 1,2 % au mois de mai après 1,7 % en avril, s’éloignant davantage de l’objectif d’inflation de la BCE « en-dessous mais proche de 2 % », et pour l’instant sous ses prévisions 2019, à 1,3%.

Par deux fois, en avril, puis en juin, la Banque centrale européenne a reporté la perspective d’un changement du niveau des taux, indiquant finalement qu’ils resteraient inchangés au moins jusqu’à la fin du 1er semestre 2020, malgré des projections d’inflation réhaussées pour 2019 et 2021.

Elle a par ailleurs annoncé le lancement de nouveaux TLTRO, des prêts bonifiés d’une durée de deux ans, qui seront proposés en septembre 2019 pour prendre fin en 2021. Les précisions apportées sur les taux d’intérêt adossés à ces prêts lors de sa dernière réunion de juin avaient laissé les investisseurs sur leur faim, les jugeant moins généreux que prévu.

Le mandat de Mario Draghi à la tête de la BCE s’achève en octobre, et la course à la nouvelle présidence anime à plein le Symposium de Sintra. Son discours porte les espoirs d’un successeur « colombe », poursuivant la trajectoire engagée sous son mandat depuis la fin 2011.


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-


Voir plus de valeurs forex en temps réel

Vente
Achat
Mise à jour
Variation
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.