Action Renault : entraînée dans le rouge par Nissan à 48h de ses résultats financiers

L’action du constructeur français endosse l’habit de lanterne rouge du CAC 40 ce mercredi 24 avril. Il est emporté par des prévisions de résultats en berne de son partenaire japonais Nissan.

A 48h de la publication de ses résultats trimestriels, le 26 avril, Renault a chuté de 3,70 % sur l’indice parisien, entraîné par son partenaire japonais, Nissan, qui a une nouvelle fois abaissé sa prévision de bénéfice annuel.

Le groupe japonais, partenaire de Renault au sein d’une alliance chamboulée par des accusations de malversations financières de leur ancien président franco-turco-libanais, Carlos Ghosn, évalue désormais son bénéfice net à 319 milliards de yens sur l’exercice à fin mars 2019, contre 410 milliards de yens précédemment, en baisse de près de 60 %.

L’arrestation de Carlos Ghosn pointée par Nissan

Il annonce un résultat opérationnel à 318 milliards de yens contre 450 milliards antérieurement, malgré un chiffre d’affaires attendu à 11 574 milliards de yens, supérieur à ses précédentes prévisions.

Le groupe, qui dévoilera ses résultats définitifs le 14 mai, n’a pas hésité à désigner l’arrestation de Carlos Ghosn comme la source de la baisse de ses profits, à son plus bas niveau depuis mars 2010.

Mais c’est surtout aux Etats-Unis que le constructeur japonais peine à redresser la barre, dont les résultats ont amputé de 43 milliards de yens le bénéfice net de Nissan sur son exercice clos. En cause : un volume de vente insuffisant et des coûts de production élevés, en partie due à une politique d’offres promotionnelles américaine engagée il y a plusieurs années.

Le bénéfice de Nissan a aussi été impacté par une politique d’extension de garantie qui a demandé au constructeur de provisionner 66 milliards de yens pour couvrir ces frais qui concernent 3 millions de modèles Sentra et Altima ainsi que les Versa produites entre 2012 et 2017.

Côté français, cette annonce a sévèrement refroidi les investisseurs de la marque au losange qui dispose de 43,4 % du capital de Nissan.

Une gouvernance remise à plat

Avec l’arrestation de Carlos Ghosn en novembre 2018, l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi s’est échinée un certain temps sur les sources et les responsabilités respectives des deux partenaires à l’origine de ces malversations. D’autant que les semaines passant, les charges du parquet de Tokyo à l’encontre de Carlos Ghosn se sont alourdies. Un temps libéré, celui-ci à de nouveau été écroué en avril pour une 4e inculpation d’abus de confiance aggravé.

L’ex-dirigeant a été écarté en janvier au profit d’un autre français, Jean-Dominique Sénard, ex-président de Michelin, mais dont les missions confiées ont été limitées à la présidence de Renault, l’entreprise français ayant décidé de scinder les fonctions de présidence et de direction générale pour parer à tout abus de pouvoir.

Cette nomination d’un acteur « extérieur » a permis d’apaiser quelque peu les tensions entre la gouvernance japonaise et française, en les réunissant à nouveau autour de la table.

Les deux entreprises se sont depuis entendues pour remettre à plat l’organe de direction de leur alliance en Europe, en supprimant la structure hollandaise Renault Nissan BV (RNBV) dont aurait largement profité Carlos Ghosn pour passer sous silence une partie de sa rémunération, au profit d’un « Conseil de l’Alliance ».

Rejet d’une proposition d’intégration de Renault

Pour la première fois réuni le 11 avril, ce conseil sans structure juridique formelle, réunira tous les mois les trois directeurs généraux de Renault, Nissan et Mitsubishi sous la houlette de Jean-Dominique Sénard. La mission des quatre dirigeants sera de superviser les opérations de l’alliance et de trancher sur un certain nombre de dossiers partagés par l’alliance comme la logistique, le service après-vente ou encore les RH.

Toutefois, le conflit qui animait déjà les deux groupes avant l’affaire Ghosn, relatif à un meilleur équilibre capitalistique entre Renault et Nissan, reste d’actualité. D’après la presse japonaise, Nissan devrait rejeter une proposition d’une intégration de Renault plus poussée au niveau du management et du capital, en vue d’une probable fusion.

Qu’attendre des résultats trimestriels de Renault ?

Si Nissan estime que l’affaire Ghosn a pesé sur ses résultats, côté Vieille Europe, chez Renault, l’inquiétude devrait davantage se porter sur le ralentissement général des ventes automobiles que connaît l’Europe depuis le début de l’année.

Selon l’Association des constructeurs européens d’automobile, les immatriculations européennes (UE et AELE) ont baissé de 3,6 % sur le mois de mars, et de 3,9 % sur un an.

Renault, qui a publié ses résultats commerciaux du 1er trimestre 2019 début avril, indique une progression trimestrielle des ventes de ses véhicules particuliers et utilitaires légèrement positive à +0,2 %, qui comprend une progression de 5,1 % pour la marque Dacia.

Les véhicules particuliers de la marque Renault ont reculé de 4,3 %, tandis que celles de ses VU ont progressé de 6,3 %.

Sur le seul mois de mars, les ventes de la marque Renault ont accusé un repli de 5,9 %, impactant à la fois ses véhicules particuliers et utilitaires. A contrario, Dacia a bondi de 13,8 %.

Le groupe avait déjà publié des résultats financiers mitigés en 2018, avec un chiffre d’affaires en recul de 2,3 % par rapport à 2017, et un bénéfice en chute de 37 %, à 3,3 milliards, impacté par la contribution de Nissan. Il vise en 2019 une marge opérationnelle de 6 %.

Analyse technique du cours de l'action Renault

Renault abandonne 37% depuis le point haut de 2018 à 96,38€ et correspondant également au plus haut historique sur la valeur. Après un échec sous la moyenne mobile 200 périodes la semaine dernière, le titre Renault corrige de plus de 5% et la clôture d’hier sous le retracement de Fibonacci de 38,2% (hausse de 2009 à 2018) pourrait conduire à une accélération de la tendance.

Notre objectif se situe sur la moyenne mobile 100 périodes à 58,61€ et correspondant à un support historique sur Renault. Les résultats, les tensions avec Nissan et les menaces de Trump nous conduit à anticiper une poursuite de la baisse à moyen terme et la cassure de la moyenne mobile 100 périodes pourrait mener à une forte accélération baissière par la suite.

Analyse technique : Vincent Boy


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Investissez sur les actions dès aujourd'hui

Prenez position à l’achat ou à la vente sur des milliers d'actions internationales.

  • Augmentez votre exposition sur les marchés grâce à l'effet de levier
  • Bénéficiez de spreads à partir de 0,1% sur les principales actions mondiales
  • Négociez les CFD directement dans les carnets d'ordres grâce à l'accès direct aux prix du marché

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-


Voir plus de valeurs forex en temps réel

Vente
Achat
Mise à jour
Variation
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.